Tour Auto 2001

En cette année 2001, le Tour Auto célèbre le dixième anniversaire de sa renaissance. Du 9 au 14 avril, plus de deux cents équipages vont fêter dignement l’évènement, dont plusieurs en provenance de pays lointains : Chine, Brésil, USA, Equateur, Afrique du Sud.

sommaire :

Interview de Walter Röhrl

Gilles Bonnafous le 14/04/2001

Partagez

réagir

Champion du monde des rallyes en 1980 et 1982, Walter Röhrl est assurément l’un des plus grands pilotes de rallyes automobiles. C’est aussi un habitué du Tour Auto, dont il remporta l’édition de 1998 au volant d’un speedster Porsche 356 Carrera.

G.Bonnafous

G.Bonnafous
Toujours fidèle à Porsche, il pilotait cette année — comme l’an dernier — un coupé 356 B Carrera GS/GT de 1963. Douze exemplaires seulement de ce modèle exceptionnel ont été construits. Le moteur de 1600 cm3 ne développe pas moins de 180 ch, contre 130 ch au modèle " standard ". Par ailleurs, les ouvrants de la voiture sont en aluminium et les vitres en matière plastique. Cette 356, qui a appartenu à John Surtees, fait partie aujourd’hui de la collection de voitures anciennes de la famille Dauphin (une famille allemande), qui possède une entreprise spécialisée dans les sièges de bureau. Une collection riche de plus de cent véhicules, qui devrait prochainement s’ouvrir au public sous la forme d’un musée automobile.

Lors d’une de nos rencontres avec Walter Röhrl, nous lui avons demandé son appréciation sur le Tour Auto 2001.

Motorlegend : Par rapport aux éditions précédentes du Tour Auto, auxquelles vous avez pris part, quel est votre sentiment sur ce millésime 2001 ?

Walter Röhrl : Pour ce qui me concerne, et d’un point de vue sportif, je suis satisfait. J’ai réussi à décrocher la deuxième place du classement général malgré le cruel manque de puissance de ma Porsche par rapport aux plus grosses cylindrées du plateau. Et ce malgré un temps sec sur les quatre cinquièmes du parcours. Mais la raison de ma présence régulière dans le Tour Auto est double. Parallèlement à l’aspect sportif, je viens ici également pour mieux découvrir la France. Nous traversons des villages très pittoresques et de superbes paysages. C’est vraiment fantastique ! Pour moi, la motivation " touristique " est très forte. Et puis, il y a cette ambiance formidable, avec tous ces gens qui se massent au bord des routes et dans la traversée des villages. Bien que les voitures passent très vite et fassent un bruit d’enfer, ils sont toujours chaleureux et enthousiastes et ils nous témoignent une grande sympathie. On se sent bien dans votre pays.

G.Bonnafous
Motorlegend : Vous avez l’habitude de ce type d’épreuves. Comment jugez-vous le Tour Auto par rapport aux manifestations concurrentes ?

Walter Röhrl : Si quelqu’un veut participer à une épreuve historique, le Tour Auto est la plus belle d’Europe. Et c’est une vraie course. Contrairement aux Mille Milles par exemple, qui n’ont pas de contenu sportif, qui sont une promenade. Le Tour Auto est dur pour les mécaniques comme pour les pilotes, qui doivent rester concentrés en permanence. Et tout ceci dans un magnifique environnement. C’est un cocktail unique de sport, de compétition et de tourisme. Je connais toutes les manifestations de ce type organisées dans le monde et, à l’évidence, le Tour Auto est la meilleure.
article précédent  Interview de Stirling Moss

Page précédente
Interview de Stirling Moss

article suivant  La cinquième étape

Page suivante
La cinquième étape

Partagez

réagir