Tour Auto 2001

En cette année 2001, le Tour Auto célèbre le dixième anniversaire de sa renaissance. Du 9 au 14 avril, plus de deux cents équipages vont fêter dignement l’évènement, dont plusieurs en provenance de pays lointains : Chine, Brésil, USA, Equateur, Afrique du Sud.

sommaire :

Interview de Jean-Marie Almeras

Gilles Bonnafous le 14/04/2001

Partagez

réagir

Au volant de sa Porsche Turbo, Jean-Marie Alméras a été l’un des principaux animateurs du Tour Auto. D’abord accablé par des problèmes mécaniques et par la malchance dans les premières étapes, il s’est offert un festival de temps scratch dans les épreuves spéciales de la deuxième partie du Tour.

G.Bonnafous

G.Bonnafous
Motorlegend : Jean-Marie Alméras, êtes-vous satisfait de votre Tour Auto ?

Jean-Marie Alméras : Globalement oui. Les frères Alméras ont une histoire au Tour Auto, mais cela faisait des années que nous n’y avions pas participé. Il a donc fallu réapprendre l’épreuve. Dans ces conditions, je ne comptais pas m’imposer cette année. Certes, je finis loin au classement général. Mais dès le premier jour, j’ai pris une pénalité de cinq minutes et demie pour une panne des pompes électriques, puis pour un retard sur la route après Montlhéry. Avec un tel handicap, il était impossible de revenir à une place d’honneur.

Motorlegend : C’est dans le Midi que vous avez commencé à briller !

Jean-Marie Alméras : Effectivement, l’étape Carcassonne-Aix–en-Provence a été la première où je n’ai pas connu de problèmes mécaniques. Ainsi, j’ai pu réaliser le meilleur chrono des trois épreuves spéciales. Le lendemain, entre Aix et Cannes, j’ai continué sur ma lancée en terminant premier et deuxième des deux épreuves.

Motorlegend : Quel est votre sentiment sur le Tour Auto ?

Jean-Marie Alméras : J’ai apprécié l’excellente organisation et l’ambiance conviviale du Tour. Et puis, on voit du beau pays. Le tracé est superbe, il offre sur 2000 kilomètres un joli condensé de routes difficiles et pittoresques. Avec des étapes plaisantes et variées. On a réinventé une manière moderne de faire le Tour avec des voitures anciennes, qui d’ailleurs ne sont pas toutes si anciennes que cela. Par contre, sur le plan sportif, nous manquons d’informations sur nos performances. Nous sommes une vingtaine de pilotes à nous battre à coup de secondes et il serait souhaitable d’obtenir plus rapidement les classements (hors pénalisations).

G.Bonnafous
Motorlegend : Je sens que vous reviendrez l’an prochain !

Jean-Marie Alméras : Cette année, j’ai appris un maximum et je compte bien revenir en 2002. Mais ce sera pour gagner. Pour nous, qui sommes des spécialistes, l’enjeu est d’essayer de remporter la victoire. Rappelez-vous que, dans le passé, mon frère a terminé deuxième du Tour. Mais nous n’avons jamais gagné. Après avoir remporté le Monte-Carlo et le Tour de Corse, les frères Alméras aimeraient bien inscrire le Tour Auto à leur palmarès.
article précédent  Interview de Jean Ragnotti

Page précédente
Interview de Jean Ragnotti

article suivant  Interview de Stirling Moss

Page suivante
Interview de Stirling Moss

Partagez

réagir

Commentaires