Championnat Endurance 2011

Petit Le Mans : Peugeot gagne et garde son titre

Jean-François Destin le 03/10/2011

Partagez

réagir


Peugeot

Peugeot
Après 10 heures et mille miles parcourus sur l’infernal circuit de Road Atlanta (USA), Peugeot est parvenu à mettre Audi KO. Lorsque la 908 N° 8 de Montagny/Sarrazin/Wurz a franchit en tête le drapeau à damiers devant la Peugeot Oreca de Minassian/Gené/Lapierre, les deux Audi R18 étaient déjà hors course depuis longtemps. La N°2 de Capello/MacNish/Kristensen a été victime d’un embrayage défaillant au tiers de l’épreuve et la N°1 de Dumas/Fassler/Bernhard en partie détruite trois heures avant l’arrivée dans un accident qui fera couler beaucoup d’encre.

Peugeot
Dès le départ, les deux constructeurs se sont livrés une lutte dantesque. Dans un trafic compliqué par les nombreuses neutralisations, les Peugeot et les Audi ont longtemps fait jeu égal au gré des ravitaillements. Mais comme souvent cette saison, chaque constructeur a perdu très vite une voiture. La N°2 chez Audi et la 908 N°7 chez Peugeot, Bourdais étant rentré avec un couple conique cassé.

Epique et à rebondissements, le duel franco/allemand restera longtemps imprévisible au point qu’au quart de la course, la Lola Aston-Martin 007 de Primat/Mucke/Fernandez, 3ème à l’arrivée, prit un moment le commandement.

Audi

Audi
Alors que le soleil déclinait et qu’il restait une centaine de tours à couvrir, on s’attendait à un combat à suspens entre Montagny en tête au volant de sa 908 et Romain Dumas juste derrière aux commandes de sa R18. Ce dernier avait déjà essayé de passer en force dans une courbe difficile mais avait dû rétrograder. Peu intimidé, il effectuait une nouvelle tentative quasi désespérée sur la Peugeot lors du dépassement d’une Porsche qu’il accrochait avant de terminer dans les fascines.

Immédiatement, le Dr Ullrich, patron d’Audi Sport et pourtant connu pour son fair-play incriminait l’entière responsabilité de l’accident à Montagny dont la 908 n’avait pas été touchée. Le pilote français regretta les propos très durs du responsable allemand en estimant n’avoir pas été concerné par la prise de décision risquée de Dumas.
Dès lors, il suffisait à Peugeot de gérer la course en tête de la 908 N°8 aux mains de Sarrazin et à Oreca d’assurer la 2ème place pour le clan tricolore.

Peugeot rafle la victoire et le championnat ILMC puisque quel que soit le résultat de la dernière épreuve en novembre à Zuhaï en Chine, il ne peut plus être rattrapé par Audi.
En LMP2, la victoire revient à la HPD ARX Honda du Level 5 Motorsport de Bouchut/Scott/Barbosa. En GT Pro et Am, Ferrari a été intraitable avec respectivement la 458 Italia de Fisichella/Bruni/Kaffer et la F 430 de Kron/Jônsson/Rugolo.
article précédent  Petit Le Mans : Peugeot en quête d'un 2ème sacre

Page précédente
Petit Le Mans : Peugeot en quête d'un 2ème sacre

article suivant  ILMC : Peugeot fête son titre à Zhuhaï

Page suivante
ILMC : Peugeot fête son titre à Zhuhaï

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de bb246
bb246 a dit le 05-10-2011 à 22:05
Depuis bien longtemps Peugeot n'a rien à envier aux voitures Allemandes qui elles ont des frais d'entretien exorbitants. Dites -moi quelle est la clientèle en deuxième ou xième main de ces fameuses autos? Regardez combien sont devenues des voitures de collection et leur prix? Ces autos Allemandes finissent leur vie sous forme de cube chez les ferrailleurs. Deutche qualité de mes .......
avatar de yves.pasteur
yves.pasteur a dit le 05-10-2011 à 15:31
On n'a pas de leçon à recevoir des Allemands. Seuls les résultats comptent et le fair Play allemand n'existe pas, leur arrogance oui.
avatar de steeves
steeves a dit le 05-10-2011 à 07:41
Il est aussi important de savoir gagner que d'accepter de perdre. La compétition est un eternel recommencement !!!!!!
avatar de iveric
iveric a dit le 03-10-2011 à 17:51
J'ai repassé plusieurs fois, au ralenti, l'enregistrement de l'incident entre la Peugeot et l'Audi. Il ne fait aucun doute que la manoeuvre de l'Audi était audacieuse et qu'elle a voulu forcer le passage. Je ne vois pas pourquoi la Peugeot aurait du le lui faciliter, et sa trajectoire était tout à fait normale. D'ailleurs, les commissaires n'ont dit mot ! Le fameux DR Ulrich, dont on fait un personnage bien trop important aurait mieux fait de ...la fermer.... et devrait maintenant faire des excuses à Montagny. Vos résumés sont très clairs et très interessants, merci.