24 Heures du Mans 2013

15h - 18h : Audi mène mais Toyota résiste bien

Jean-François Destin le 22/06/2013

Partagez

réagir


Arnaud Cornilleau / ACO
Après trois heures de course, Audi et Toyota rivalisaient, les voitures japonaises profitant comme prévu d’une moindre consommation de carburant. A 18h30, Lotterer (Audi N°1) précédait Davidson (Toyota N°8) de 18 secondes suivi des deux autres Audi et de la deuxième Toyota.

A 15 heures, le départ avait été donné sous une pluie fine et dans la confusion au niveau des pneumatiques, Toyota et Audi ayant choisi de partir avec des Michelin Hybride. Des « slicks » non sculptés mais dont la composition préserve le grip sur sol humide. On s’attendait d’emblée à un tir groupé allemand mais Davidson sur la Toyota TS30 N°7 parvenait à suivre le train imprimé par Lotterer sur l’Audi N°1 pour s’installer à la seconde place. Il réalisait même le meilleur tour en course en 3’33’’374 et chez Toyota, ce fut le bonheur suprême lorsque Lapierre passa McNish pour accrocher la troisième place. Dans les tribunes balayées par un vent frisquet, on s’apprêtait à vivre comme l’an dernier un duel au sommet.

Mais 10 minutes après le départ, le Danois Alan Simonsen, 34 ans, détruisait son Aston Martin en percutant les rails au virage du tertre rouge. Transporté à l’hôpital, il devait malheureusement décéder peu après des suites de ses blessures. Le choc avait été suffisamment violent pour justifier le remplacement de plus de 100 mètres de glissières et un grand nettoyage de la piste. Il fallut presque une heure aux spécialistes pour tout réparer, les trois Safety Car retenant à intervalles réguliers les 55 voitures en piste. Un temps démesurément long favorisant plutôt Audi, le V6 diesel étant plus facile à refroidir que le V8 atmosphérique de la Toyota Hybride. En roulant entre 160 et 200 km/h, les concurrents eurent aussi beaucoup de mal à maintenir les pneus en température.

Durant cette interminable neutralisation, plusieurs concurrents en profitèrent pour repasser aux stands. Notamment Nelson Panciatici sur l’Alpine Signatech suite à une perte de pression du pneu arrière droit décelée par la télémétrie. En repartant, il dut attendre de longues minutes pour avoir le feu vert de retour vers la piste. Un retard puis par la suite une rupture de courroie et un changement d’alternateur la faisait pointer en 35 ème position à 6 tours des leaders.

Audi

Audi

Audi

Audi
article précédent  Grille de départ : l'Audi N°2 garde la pole

Page précédente
Grille de départ : l'Audi N°2 garde la pole

article suivant  18h - 21h Audi accélère, Toyota s'accroche, Alpine se lamente

Page suivante
18h - 21h Audi accélère, Toyota s'accroche, Alpine se lamente

Partagez

réagir

Commentaires