Saga Lancia

LANCIA Flaminia

Gilles Bonnafous le 02/12/2005

Partagez

réagir

A la fin de l’époque Gianni Lancia, arrive au sein de la direction technique de la marque un personnage important, l’ingénieur Antonio Fessia. Avec lui et Carlo Pesenti, qui a pris les commandes de Lancia à la fin 1955, commence une nouvelle période notamment marquée par la production de la Flaminia.
LANCIA
G. Bonnafous
LANCIA
D.R.
Dévoilée au salon de Genève 1957, la berline Flaminia prend la suite de l’Aurelia, après que le prototype dû à Pinin Farina et inspiré de l’Aurelia Florida a été exposé au salon de Turin de 1956. Plus grande et plus luxueuse berline italienne de l’époque, cette superbe voiture bénéficie d’une très grande qualité de construction, comme toujours chez Lancia. Sa motorisation est confiée à un V6 de 2,5 litres assemblé dans la vieille usine du Borgo San Paulo. S’il est ouvert à 60° comme celui de l’Aurelia, il en est toutefois différent dans sa conception. La transmission est assurée par une boîte à quatre vitesses accolée au pont arrière. La Flaminia bénéficie également d’une nouvelle suspension avant à bras transversaux.

La deuxième série de la voiture est présentée au salon de Turin de 1961. La puissance du moteur passe de 100 ch à 110 ch (167 km/h) et (surtout) quatre freins à disques remplacent les tambours du modèle antérieur. Une version spéciale de 140 ch est également proposée (180 km/h).
LANCIA
Lancia
LANCIA
Flaminia berline de dernière série D.R.

Si Antonio Fessia travaille dans l’esprit innovant de la marque, il le fait toutefois de manière partielle. En effet, les Lancia sont pénalisées par le poids et les moteurs se révèlent insuffisamment puissants par rapport à leur masse. Ce qui oblige à en augmenter la cylindrée. Lancée au salon de Francfort de 1963 et produite jusqu’en 1970, la troisième série de la berline Flaminia passe ainsi de 2500 à 2800 cm3 par réalésage (129 ch et 170 km/h).
LANCIA
Lancia Flaminia coupé Pinin Farina G. Bonnafous
LANCIA
Lancia Flaminia coupé Pinin Farina D.R.
Pour sa Flaminia, Lancia a conçu une gamme forte de cinq modèles, pas moins : à la berline s’ajoute une fratrie de trois coupés carrossés par Pinin Farina, Touring et Zagato, ainsi qu’un cabriolet confié à Touring. Phénomène peu courant, les dérivés sportifs de la Flaminia auront plus de succès que la berline, diffusée à seulement 3944 exemplaires pour l’ensemble des trois séries. Ils sont équipés d’une définition plus puissante du V6 2,5 litres de 119 ch.

Le coupé Pinin Farina dérive du concept car Florida II exposé par le carrossier au salon de Genève en 1958. Produit par Lancia dès l’année suivante après un certain nombre de modifications, il est réalisé sur l’empattement de la berline réduit de 12 centimètres, ce qui lui permet d’accueillir quatre passagers. Tout le monde se plaît à louer l’équilibre de ses lignes aussi harmonieuses qu’élégantes. La voiture connaît une première évolution, lorsqu’elle bénéficie d’un carburateur triple corps qui en fait passer la puissance à 128 ch (moteur 2,5 3B). Puis le coupé Pinin Farina recevra le V6 de 2,8 litres (moteur 2,8 3B), qui, avec 140 ch, le propulse à 180 km/h.
LANCIA
Lancia Flaminia coupé Pinin Farina Lancia

Les Flaminia signées Touring sont, quant à elles, construites sur un empattement court de 2,52 mètres, qui limite leur habitacle à deux places. Pour autant, grâce à la finesse de leur design, qui leur confère une silhouette basse, les Flaminia Touring paraissent plus longues que la réalisation de Pinin Farina alors qu’elles sont en réalité plus courtes de 18 centimètres. Construites en aluminium selon la technique Superleggera, elles sont également plus légères que le coupé Pinin Farina (l’écart avoisine les 200 kilos). Plus sportives, elles offrent des performances supérieures (meilleures accélérations et vitesse de 180 km/h).
LANCIA
Coupé Flaminia Touring D.R.
LANCIA
Coupé Flaminia Touring D.R.
Les Flaminia Touring connaissent une première évolution en 1961, lorsque leur V6 monte à 140 ch grâce à trois carburateurs Weber double corps de 35 mm (moteur 3C). La vitesse progresse à 190 km/h. En 1962, elles sont dotées du V6 de 2,8 litres. Toujours équipé de trois Weber double corps sur les Touring, il offre maintenant 150 ch, alors que le couple avoisine les 23 mkg.
LANCIA
Cabriolet Flaminia Touring D.R.
LANCIA
D.R.

Quelques mois plus tard, est lancé un second coupé Touring (dit GTL), le quatrième sur base Flaminia ! Il s’agit d’une variante 2 + 2 réalisée sur un empattement allongé à 2,60 mètres. Le design a été retouché, le pavillon prenant plus d’ampleur pour accueillir deux places d’appoint à l’arrière. En même temps, les ailerons ont été légèrement rehaussés. Dans ce léger remodelage, la ligne perd un peu de sa finesse. Mais heureuse époque, où la créativité l’emporte sur les économies d’échelle et où l’on n’hésite pas à modifier une plate-forme pour produire quelques centaines d’exemplaires d’un modèle. Le coupé Flaminia Touring GTL sera construit à environ 300 unités…
LANCIA
Coupé Flaminia Touring GTL (2+2) D.R.
LANCIA
Coupé Flaminia Touring GTL (2+2) D.R.
La plus sportive et la plus exclusive des Flaminia est le coupé Zagato lancé en 1958 et dont la ligne rappelle celle de l’Appia GT du même carrossier. La voiture connaîtra une évolution mécanique identique à celle des Flaminia Touring avec les mêmes moteurs de 2,5 litres, puis de 2,8 litres (3C). Plus légère, elle jouit toutefois de performances légèrement supérieures. Une version Super Sport apparaît in fine, dont le V6 dépasse les 150 ch. Elle est reconnaissable notamment à ses phares carénés. Avec 210 km/h, elle est la plus rapide des Lancia de série produites jusqu’alors.
LANCIA
Coupé Flaminia Sport Zagato D.R.
LANCIA
Coupé Flaminia Zagato Motorlegend.com
article précédent LANCIA Delta

Page précédente
LANCIA Delta

article suivant LANCIA Flavia

Page suivante
LANCIA Flavia

Partagez

réagir