Championnat Endurance 2013

WEC : 6 Heures de Silverstone : Audi et Toyota à armes égales

Jean-François Destin le 12/04/2013

Partagez

réagir


Audi
C’est à midi ce dimanche (13 heures en France) que sera donné le coup d’envoi de la saison d’endurance, le fameux WEC (World Endurance Championship) concocté par L’ACO et la FIA. Une deuxième édition encore plus explosive en LMP1 par la présence, dès la première course, de deux Toyota TS030 face aux deux Audi R18 e-tron Quattro. On se souvient de l’entrée timide de la marque en 2012 avec une seule voiture mais d’une fin de saison époustouflante se concrétisant par trois victoires méritées au Brésil, au Japon et en Chine.

Une montée en puissance décelable dès les 24 heures du Mans ou les 2 japonaises engagées firent jeu égal avec les Audi avant d’être victimes d’un spectaculaire accident pour l’une et d’ennuis mécaniques pour l’autre.

En 2013 Audi pourrait bien céder à Toyota son statut de favori. Certes, le palmarès 2012 des allemands est flatteur (vainqueur du Championnat et des 24 heures du Mans) et le récent doublé aux 12 Heures de Sebring montre que les troupes sont affutées.

Mais cet hiver, dans les ateliers d’Ingolstad, les R 18 e-tron Quattro n’ont fait l’objet que d’améliorations mineures. Le volant à inertie chargé de délivrer la puissance des 2 moteurs électriques sur le train avant a été optimisé pour atteindre 218 chevaux. Une petite compensation en regard des 20 chevaux perdus (490 contre 510) par le V6 TDI 3.7l suite au montage de brides rétrécies réglementaires. Le cheminement des flux d’air de refroidissement a été modifié. Plus visibles sont les extensions d’ailes arrière et la caméra installée sur le toit du poste de pilotage. Elle permettra aux pilotes d’accroitre la sécurité dans le trafic.

Audi

Audi
Chez Toyota, le système hybride très performant autour du super condensateur hérite d’un plus gros voltage. Une technologie de charge/décharge permettant d’ajouter, à temps partiels, 300 chevaux aux 530 chevaux du V8 3.4l essence atmosphérique. Le châssis a été entièrement revu dans sa partie avant et aucune pièce de carrosserie n’est identique à la TS030 de l’an dernier. Avec en prime un allègement non négligeable, la Toyota millésime 2013 possède tous les atouts nécessaires pour briller à Silverstone ou elle avait battu le record du tour l’an dernier.

Côté équipage, Audi parait, la encore, sous pression. Si la dream-team composée de Fassler/Treluyer/Lotterer en haut du podium aux 12 Heures de Sebring en mars dernier semble intouchable sur la R18 N°1, il n’en est pas de même de l’équipage Duval/Kristensen/McNish. La vélocité du français de 30 ans, premier nommé, risque de contrarier le danois et l’écossais, tous deux quadra déclinants, McNish au fil des années ayant de plus en plus de mal à canaliser sa fougue.

Toyota pourra en revanche compter sur deux équipages rapides, expérimentés et homogènes. Le français Nicolas Lapierre sera aux commandes de la TS030 N° 7 aux côtés du japonais Nakajima et de l’autrichien Wurz. L’autre français de l’équipe, Stephane Sarrazin, ex pilote Peugeot 908, est associé au britannique Davidson et au suisse Buemi.

Toyota

Porsche
En dehors des quatre hybrides d’usine, la catégorie LMP1 ne compte que trois autres prototypes privés, les deux Rebellion Racing à moteur V8 Toyota et la rapide HPD ARX Honda du Strakka Racing.

En LMP2 on retrouve 10 voitures connues dont 8 animées d’un V8 Nissan atmosphérique 4.5l de 450 chevaux. C’est le cas notamment chez Oak Racing, Delta ADR, Greaves Motorsport et avec la Zytek du Pecom Racing. Les deux restante , des Lotus T128 très prometteuses équipées d’un V8 Judd sont les rares voitures du plateau à répondre aux cotes du nouveau règlement LMP1 2014, ce qui en dit long sur l’ambition de l’équipe Gulf Racing Middle East. Les T128 sont confiées à des pilotes redoutables dont Liuzzi (80 GP de F1 au compteur) et le tchèque Charouz réputé pour sa pointe de vitesse.

Comme en 2012, le GT donnera lieu à des passes d’armes mémorables. Aux deux 458 Italia d’AF Corse considérablement améliorées s’opposeront les deux 911 RSR d’usine aux couleurs de Porsche AG Team Manthey et les deux Aston Martin Vantage elles aussi entièrement revisitées. Pour Porsche qui prépare son retour en LMP1 en 2014, il s’agit, à partir des 911, de valider quantité de composants liés à l’endurance.

En GTE AM, on retrouvera entre autres la Chevrolet Corvette C6 ZR1 Larbre compétition de Jacques Leconte sacrée l’an dernier, trois Ferrari 458 Italia, la 911 GT3 RSR Imsa Performance et deux Aston Martin V8.

Sept courses de 6 heures et les 24 Heures du Mans composeront le menu du WEC 2013. Après Silverstone, le concurrents se retrouveront à Spa (4mai), au Mans (22/23 juin), à Sao Paulo (1er septembre), à Austin USA (22 septembre), à Fuji (20 octobre), à Shangaï (10 novembre) et à Barheïn (30 novembre).

Toyota
article suivant  WEC : 6h de Silverstone : Audi intraitable a dominé Toyota de bout en bout

Page suivante
WEC : 6h de Silverstone : Audi intraitable a dominé Toyota de bout en bout

Partagez

réagir

Commentaires