Saga Zagato

Si, par sa dimension économique, Zagato apparaît comme une maison secondaire, la carrosserie a joué, grâce à sa personnalité forte et originale, un rôle qui dépasse la simple arithmétique de sa production.

sommaire :

Les Alfa Romeo Zagato

Gilles Bonnafous le 30/01/2006

Partagez

réagir

Dès les années vingt, Zagato collabore avec Alfa Romeo, un partenariat qui s’avérera décisif pour l’avenir de la jeune entreprise. Après quelques modèles, dont la RLSS, le véritable élan est donné par la 6C 1500 Sport, qui, grâce à sa victoire aux Mille Milles de 1928, apporte la renommée aux voitures frappées du Z. Suit la 6C 1750 Super Sport, qui, aux mains de Campari, remporte l’édition 1929 avant de récidiver l’année suivante avec Nuvolari. Au début des années trente, Zagato travaille encore sur la 8C 2300, dont il réalise le spider sur châssis court. Mais, en raison de l’évolution de son style, plus bourgeois et esthétisant, Alfa Romeo va s’éloigner de Zagato pour se rapprocher de Touring, qui deviendra le carrossier attitré de la firme milanaise.

Alfa Romeo 6C 1750 Super Sport en 1929 Alfa Romeo

Alfa Romeo 1900 Super Sprint Zagato en 1954 D.R.
Après la Seconde Guerre mondiale, il faudra attendre 1955 et l’apparition de la 1900 Super Sprint pour redécouvrir une Alfa Zagato. Sous la patte du carrossier, cette superbe voiture, essentiellement destinée à la compétition, a subi une cure d’amaigrissement (par rapport au modèle d’usine), qui lui permet d’atteindre les 200 km/h.

Dévoilée au salon de Genève en mars 1960, la Sprint Zagato (SZ) est la version la plus sportive du coupé Giulietta. Réalisée sur la même base que la Sprint Speciale (empattement, moteur 1300 Veloce, boîte à cinq vitesses), la SZ ne pèse que 854 kilos (limite de poids pour la catégorie GT) grâce à sa carrosserie entièrement en aluminium. Cette qualité, jointe à une aérodynamique particulièrement soignée, lui permet de franchir le cap des 200 km/h. Produite de 1960 à 1962 en 217 exemplaires, la SZ sera construite en deux séries. La seconde apparaîtra en 1962, équipée de freins à disques à l’avant et dotée d’une robe encore mieux profilée, d’une lunette arrière panoramique et d’une poupe à pan coupé (coda tronca).

Alfa Romeo Giulietta Sprint Zagato en 1960 D. Bailleux

Alfa Romeo Giulietta Sprint Zagato en 1961 (coda tronca) Zagato

Développée en collaboration avec Zagato, auteur d’un magnifique design aérodynamique, la Giulia TZ (Tubolare Zagato) reçoit en 1963 le 1600 cm3 double arbre porté à 113 ch (215 km/h). Construite sur un châssis tubulaire (dont elle tire son nom), elle remporte la Coupe des Alpes 1964 et le Critérium des Cévennes 1965. Elle s’adjugera également de nombreuses victoires de classe : 24 Heures du Mans, 12 Heures de Sebring, Targa Florio, 1000 Kilomètres du Nürburgring et Tour de France. En 1965, la TZ 2 bénéficiera d’un châssis abaissé et d’une carrosserie en résine et fibre de verre (170 ch et 245 km/h).

Alfa Romeo Giulia TZ D.R.

Alfa Romeo 2600 SZ D.R.
Découverte sur le stand Zagato du salon de Turin 1963, la 2600 SZ va connaître un long temps de gestation. Elle ne sera présentée dans sa version définitive qu’au salon de Francfort 1965. Construite sur l’empattement réduit du Spider, elle reçoit le moteur de 145 ch monté sur la Sprint et le Spider. Son poids plume et son aérodynamique sophistiquée lui permettent d’atteindre les 200 km/h. Profondément différent de son frère dessiné par Bertone, le coupé 2600 SZ, construit à seulement 105 exemplaires, est une voiture rare.

Dévoilé au salon de Turin de 1969, le coupé Junior Z est la dernière voiture réalisée pour Zagato par le styliste Ercole Spada, qui quittera l’entreprise en 1969. Elle sera également la dernière Zagato à sortir des ateliers de Terrazzano di Rho du vivant d’Ugo Zagato. Dotée d’une excellente aérodynamique, sa ligne épurée et en forme de coin fait figure de précurseur. Elle jouera un rôle important, reprise par Alfa Romeo sur ses modèles sportifs ultérieurs, dont l’Alfasud Sprint. On remarque également le traitement original de la proue, barrée par une verrière en plexiglas. La carrosserie est en acier, à l’exception du capot moteur en aluminium.

Alfa Romeo 1600 Junior Zagato G.Bonnafous

Alfa Romeo 1600 Junior Zagato G.Bonnafous


Alfa Romeo Junior Z 1300 Alfa Romeo

Alfa Romeo Junior Z 1600 Zagato
Monocoque, le coupé Junior Zagato est construit sur la base du Spider Duetto. D’abord motorisée par le 1300 cm3, la voiture cède la place à la version 1600 présentée au salon de Turin 1972. Sous le capot, prend place le quatre cylindres de la Giulia, dont les 1570 cm3 développent 110 ch. Un léger lifting de la partie arrière, qui allonge le véhicule, accompagne cette mutation. Construite jusqu’en 1975, la 1600 Junior est la dernière Alfa Romeo Zagato avant le lancement de la SZ des années 90.

Imaginée pour célébrer les 70 ans d’existence de Zagato et dévoilée au salon de Genève de 1989, l’Alfa Romeo SZ a été conçue en souvenir de la Giulietta SZ. D’abord présentée sous l’appellation ES 30 (Experimental Sportcar), la voiture a pour base l’Alfa 75. Elle reçoit le V6 à 60° de trois litres qui lui offre 207 ch. Son design extravagant ne fera pas l’unanimité et il lui vaudra le surnom justifié de « Monstre ». Zagato lancera au salon de Paris 1992 une version cabriolet, la RZ (R pour roadster).

Alfa Romeo SZ Zagato

Alfa Romeo RZ Zagato
article précédent  Historique Zagato

Page précédente
Historique Zagato

article suivant  Les Aston Martin Zagato

Page suivante
Les Aston Martin Zagato

Partagez

réagir