Saga Volvo

Le nom Volvo est apparu pour la première fois en juin 1915 sur... un roulement à billes SKF conçu pour l’industrie automobile. D’où le nom latin « Volvo » qui signifie « je roule ».

sommaire :

Histoire : Les Volvo d'avant guerre

Gilles Bonnafous le 14/11/2005

Partagez

réagir

C’est le 14 avril 1927 que la première Volvo quitte l’usine de Hisingen à Göteborg. Baptisée ÖV 4 et surnommée la « Jakob », la voiture entre en production après qu’une série de dix prototypes a été testée au cours des deux années antérieures. Il s’agit d’une torpédo, dont le style trahit une nette inspiration américaine, laquelle caractérisera l’ensemble des productions de la jeune firme suédoise jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La voiture est motorisée par un quatre cylindres de deux litres développant 28 ch à 2000 tr/mn. La vitesse de croisière est de 60 km/h. Une version berline de la Jakob apparaît dans la foulée. Cette PV 4 ou « Special » peut recevoir en option des freins sur les roues avant.
Volvo ÖV 4
Volvo ÖV 4 Volvo
Le prototype de la Jakob
Le prototype de la Jakob D.R.
Dés l’origine, les géniteurs de Volvo ont souhaité doter leurs modèles de six cylindres. C’est chose faite dès 1929 avec le lancement de la PV 651, qui marque la fin des quatre cylindres Volvo après un millier de voitures construites. Désormais, du moins jusqu’à la guerre, les suédoises recevront des six cylindres. La PV 651 apparaît comme un modèle plus long et plus large que la Jakob. Son trois litres développe 55 ch. Un mot d’explication sur son appellation mystérieuse : PV signifie PersonVagn (voiture particulière en suédois) ; quant au nombre 651, 6 correspond à six cylindres, 5 à cinq places et 1 à première série. La PV 651 est épaulée par une version plus luxueuse équipée de freins hydrauliques (PV 652).
Volvo PV 4 de 1920
Volvo PV 4 de 1920 D.R.

Volvo s’intéresse rapidement à l’important marché suédois des taxis, qui requiert des véhicules de grande capacité. D’où le lancement en 1930 d’une sept places, la TR construite sur le châssis de la 651 allongé à 3,10 mètres. Cette voiture sera suivie de plusieurs générations de taxis Volvo, dont les TR 701 et TR 702 remplacés en 1938 par les PV 801 et PV 802.

Voitures bourgeoises et bien construites, les Volvo subissent au cours des années trente une très forte influence américaine. Outre que les marques d’outre-Atlantique occupent une place de choix sur le marché automobile du pays, des ingénieurs suédois, qui travaillaient à Detroit, sont revenus chez eux pour apporter leur contribution à Volvo. Ils ont apporté dans leurs bagages le savoir faire technologique et le design des Etats-Unis.
Volvo TR 701
Volvo TR 701 Volvo
Volvo PV 801
Volvo PV 801 Volvo
C’est à cette époque qu’est lancé le slogan publicitaire « Volvo, la voiture suédoise ». Il a été imaginé en réponse à une attaque de la General Motors, qui a accusé la firme de ne pas vendre un produit réellement suédois — Chevrolet possède une usine d’assemblage à Stockholm. Toutefois, la part de Volvo sur son marché ne dépasse pas les 8% et l’essentiel du chiffre d’affaires est assuré par les poids lourds apparus dès 1928.

En 1933, tandis que Volvo livre sa 10 000e voiture, est présentée la PV 653, une évolution de la PV 651. Son six cylindres passe à 3,3 litres et 65 ch. Comme la PV 651, la 653 est doublée d’un modèle plus luxueux, la PV 654. La même année naît une curiosité, la « Vénus Bilo ». Exemplaire unique réalisé artisanalement par Gustaf Ericsson, cette auto aérodynamique et futuriste constitue une tentative pour tester le marché de la voiture aérodynamique. Les réactions hostiles au look singulier de la Vénus Bilo scelleront son destin.
Volvo Vénus Bilo
Volvo Vénus Bilo Volvo
Volvo PV 654
Volvo PV 654 Volvo

Volvo PV 36 dite « Carioca »
Volvo PV 36 dite « Carioca » D.R.
Volvo PV 51 Cabriolet
Volvo PV 51 Cabriolet Volvo
Evolution de la PV 653, la PV 658 est lancée en 1935. Si elle conserve une ligne classique à la carrosserie anguleuse, son moteur monte en puissance avec 3,7 litres et 80 ch (PV 659 en version luxe). La nouveauté de l’année s’appelle PV 36, dite « Carioca », un modèle aérodynamique innovant mais très proche de la Chrysler Airflow. Pour la première fois chez Volvo, une voiture reçoit une carrosserie entièrement métallique. Animé par le six cylindres de 3,7 litres porté à 84 ch, ce modèle luxueux ne connaîtra qu’une diffusion restreinte (500 exemplaires).
Volvo PV 53
Volvo PV 53 Volvo
Volvo PV 60
Volvo PV 60 Volvo
Le succès commercial sera au rendez-vous de la PV 51 lancée en 1936. La création de cette voiture plus populaire répond à la nouvelle stratégie de Volvo : concurrencer les importations de modèles de gamme inférieure. De proportions légèrement réduites, la PV 51 se contente d’un équipement simplifié et d’une finition modeste. Plus dans l’air du temps avec ses courbes et son arrière fastback, elle jouit d’un design modernisé. L’influencé de la Carioca est nette, mais dans une définition assagie. Plus légère et motorisée par le 3,7 litres (86 ch), la PV 51 s’avère plus rapide que les autres modèles de la gamme. En 1937, apparaîtra une variante à la finition nettement améliorée (PV 52). En 1938, cette voiture sera déclinée en quatre variantes : PV 53 et PV 54 (versions standard que ne distinguent que quelques détails), PV 55 et PV 56 (versions luxe). Elles seront les dernières Volvo de l’avant-guerre.

Quant à la grosse PV 60, elle ne sera lancée en 1946 après que plusieurs prototypes ont roulé à partir de 1942. Elle sera produite jusqu’en 1950, toujours avec le même 3,7 litres (90 ch). Outre son changement de vitesses au volant, son design traduit une influence américaine criante, en particulier sa proue qui imite celle des Pontiac de 1939.
article précédent  Les breaks Volvo

Page précédente
Les breaks Volvo

article suivant VOLVO 140, la gamme

Page suivante
VOLVO 140, la gamme

Partagez

réagir

Commentaires