Saga Volvo

Le nom Volvo est apparu pour la première fois en juin 1915 sur... un roulement à billes SKF conçu pour l’industrie automobile. D’où le nom latin « Volvo » qui signifie « je roule ».

sommaire :

Histoire : Historique Volvo

Gilles Bonnafous le 15/11/2005

Partagez

réagir

Le nom Volvo apparaît pour la première fois en juin 1915 sur un roulement à billes SKF conçu pour l’industrie automobile. D’où le nom « Volvo », « Je roule » en latin. Consciente de l’importance que revêtira plus tard l’industrie automobile, la firme suédoise SKF (Svenska Kullager Fabriken) dépose le nom Volvo pour toutes sortes d’activités liées à celle-ci : roulements à rouleaux, transmissions, cycles, etc. On verra ainsi des gazogènes et des caravanes pliantes Volvo.

Cadre de SKF, Assar Gabrielsson rentre en Suède en 1923 après avoir dirigé la succursale française de la firme. C’est à ce moment qu’il jette les plans d’une automobile. La décision de la construire interviendra pendant l’été 1924 quand il rencontrera un ingénieur SKF, Gustaf Larson.

Volvo
La Volvo OV 4, aussi nommée Jakob
La Volvo OV 4, aussi nommée Jakob Volvo
La Volvo sera le fruit de l’alliance d’un gestionnaire et d’un technicien. Une série de dix prototypes est testée avec succès en 1925 et 1926. Après quoi, SKF accepte d’investir dans le projet et d’assurer le financement des mille premières voitures. Le 14 avril 1927, la première « Jakob » quitte l’usine située sur l’île de Hisingen, à Göteborg.

Les débuts de la marque sont modestes et l’essentiel du chiffre d’affaires est assuré par les poids lourds apparus dès 1928. L’entreprise s’avère rapidement bénéficiaire et, en 1931, elle verse pour la première fois des dividendes à ses actionnaires. Bien construites, les Volvo sont des voitures bourgeoises motorisées à partir de 1929 par des six cylindres. Inspirées depuis leur création par le style d’outre-Atlantique, elles vont subir au cours des années trente une influence américaine de plus en plus marquée.

Adopté dès l’origine, le logo de la marque représente le symbole du fer, un cercle traversé d’une flèche diagonale orientée vers le haut. Il sera doublé d’une baguette barrant le radiateur en diagonale. D’abord nécessité technique — elle permet de maintenir le monogramme chromé en place —, elle deviendra ensuite un symbole décoratif.

Volvo

Au lendemain de la guerre, Volvo lance un modèle populaire équipé d’un quatre cylindres de 1,4 litre, la PV 444. Cette voiture, qui connaîtra un immense succès, fonde l’histoire moderne de Volvo. S’étant fait une place au soleil de l’Amérique où elle est exportée à partir de 1955, son succès y ouvrira la voie d’un marché qui deviendra le plus important de la firme. Un succès largement confirmé par l’Amazon lancée en 1956, une famille de modèles qui assoira la réputation internationale de Volvo faite de fiabilité et de sécurité. Cette tradition sera poursuivie par les générations 140 et 200 respectivement présentées en 1967 et 1974.
PV 444
PV 444 Volvo
Volvo Amazon P121
Volvo Amazon P121 Volvo
A partir de la génération 140, Volvo utilise un système d’appellation à trois chiffres. Le premier nombre renvoie à la série (la génération de modèles), le deuxième au nombre de cylindres du moteur et le troisième au nombre de portes. Ainsi, une 164 est une série 1 équipée d’un six cylindres et dotée de quatre portes. Toutefois, on note de nombreuses exceptions. A titre d’exemple, la 780 est équipée de moteurs essence à quatre et six cylindres, ainsi que de diesel six cylindres, mais pas de huit cylindres. De même, la 360 dispose de quatre cylindres seulement.

De nos jours, la gamme Volvo est divisée en cinq lignes de produits. La lettre du modèle indique la ligne à laquelle il appartient : S pour Sedan (berline en anglais américain), V pour Versatility (polyvalence, à savoir les breaks), C pour Convertible (cabriolet), XC pour Cross Country (les 4 x 4 tout-terrain) et R pour High specified vehicles (véhicules à caractéristiques particulières).
Volvo 144
Volvo 144 Volvo
Volvo 164
Volvo 164 Volvo

En 1975, Volvo acquiert la division automobile du constructeur DAF. La marque néerlandaise produit la Daf 66, dont l’originalité réside en une transmission automatique par courroie (variable en continu) dite Variomatic. Rebadgée Volvo 66, cette voiture offre alors un bas de gamme à la firme suédoise avant que cette dernière ne sorte la 340 construite dans l’usine hollandaise de Born.
Volvo 480 Turbo
Volvo 480 Turbo Volvo
Volvo 440
Volvo 440 Volvo
La première traction avant lancée par Volvo est la 480, un coupé quatre places à la ligne séduisante présenté au salon de Genève de 1985. Construite aux Pays-Bas, la voiture souffrira toutefois de problèmes électroniques. Elle n’en possèdera pas moins une fiabilité mécanique reconnue (moteur Renault) et une excellente tenue de route qu’elle devra à sa suspension conçue par Lotus. Sa plate-forme et sa mécanique seront reprises par la 440, une berline cinq portes hatchback, et par la 460, version classique de la 440.

Depuis le début des années 70, Volvo collabore avec Renault et Peugeot à la construction d’un V6 fabriqué à Douvrin dans le Nord de la France — le fameux PRV. La coopération avec Renault se poursuivra à partir 1979 dans le cadre d’un accord industriel pour la fourniture de moteurs de 1,4 litre et 1,7 litre destinés à la génération 300. Dans les années 90, le partenariat se terminera dans le psychodrame de l’échec de la fusion avec la marque de Billancourt. On sait que cette dernière se consolera avec Nissan.

Quant à elle, la firme suédoise se retrouvera dans le giron de Ford, qui verra grand intérêt à ajouter à son « Premier Automotive Group » une marque dotée d’une excellente image et reconnue aux Etats-Unis. Annoncée le 28 janvier 1998, la transaction sera réalisée l’année suivante au prix de 6,45 milliards de dollars. Cette cession s’accompagnera d’une disposition particulière : le nom Volvo devra être utilisé à la fois par Volvo Automobiles et par les sociétés du groupe AB Volvo (camions, bus, moteurs marins, etc.).

Champion de la sécurité passive, Volvo a eu recours dès l’après-guerre au verre feuilleté. En 1959, l'Amazon et la PV 544 sont équipées en série de ceintures de sécurité à trois points (en option à partir de 1957). Cette invention de Nils Bohlin, le patron de la sécurité Volvo, constitue alors une première mondiale.
Volvo PV544, USA
Volvo PV544, USA Volvo
Volvo P120
Volvo P120 Volvo
Le premier pas était ainsi fait d'une démarche qui allait devenir la spécificité de la firme. Quitte à en abuser plus tard dans sa politique de communication au risque d'altérer l'image de la marque. Moins en pointe dans le domaine de la sécurité active, Volvo ne généralisera les freins à disques (à l'avant) qu'en 1964 sur l'ensemble de la gamme 120. Un progrès dont bénéficiait la DS depuis 1955…

Au fil des années, les Volvo bénéficieront de nombreux systèmes de protection sophistiqués : contre l’impact latéral (SIPS, Side Impact Protection System) introduit en 1991 sur les 940/960 et 850, contre les collisions pour les occupants des places antérieures (WHIPS, Whiplash Protection System) en 1998, et antirenversement (ROPS) sur la XC 90.
Volvo 760
Volvo 760 Volvo
Volvo S40
Volvo S40 Volvo
article suivant  Les breaks Volvo

Page suivante
Les breaks Volvo

Partagez

réagir

Commentaires