Autostadt, le nouveau parc de loisir de VW

Inauguré en juin 2000, Autostadt réunit sur 25 hectares un vaste ensemble de pavillons dédiés aux marques du groupe VW, et plus généralement à l’automobile.

sommaire :

Le pavillon Lamborghini

Gilles Bonnafous le 27/11/2000

Partagez

réagir

Dépouillé et austère, l’aspect extérieur du pavillon Lamborghini offre un contraste saisissant avec le show qu’il accueille. Enfoncé dans la terre tel un monolithe tombé du ciel, un cube noir sert de cadre à un spectacle de fureur et de feu entièrement fondé sur l’émotion et la sensualité.

Seulement éclairé par des lampes au sol, un sombre couloir conduit à l’antre secret où se love la bête sauvage que le spectateur s’apprête à découvrir. C’est dans une haute salle totalement obscure qu’il discerne une Diablo brillant d’un vif éclat dans sa livrée orange. Cloué à la verticale sur un mur, le fauve indompté apparaît derrière les barreaux noirs d’une cage protégeant le spectateur de la bête féroce. Le show peut commencer.
Placé sous le signe de la puissance impétueuse et de la force brutale, le spectacle n’est qu’explosions, lumières aveuglantes, lasers et nuées blanches des fumigènes. La musique se calque d’abord sur le rythme cardiaque d’un taureau de combat avant de se muer en fureur, celle des rugissements du V12 de Sant’Agata jouant dangereusement avec la zone interdite du compte-tours. Le spectateur est emporté par le déchaînement de la violence primitive de l’orage et des éclairs, dans le tonnerre des décibels qui violent les tympans. Oreilles sensibles s’abstenir ! Un cataclysme qui fait trembler le pavillon tout entier.

Enfin, dans le paroxysme d’un volcan en feu, la Diablo se libère de sa cage, traverse le mur et disparaît dans les fumées de l’éruption. Pour se retrouver à l’air libre sur le mur extérieur du pavillon.

Hébété, abasourdi, le spectateur n’a plus qu’à se remettre de ses émotions au bar situé à proximité...
article précédent  Le pavillon Bentley

Page précédente
Le pavillon Bentley

article suivant  Le pavillon Seat

Page suivante
Le pavillon Seat

Partagez

réagir

Commentaires