Louis Vuitton Classic 2000

A l’occasion de l’an 2000, le concours "Automobiles Classiques et Louis Vuitton" change de nom et devient Louis Vuitton Classic. Il rejoint ainsi la famille des autres Louis Vuitton Classic organisés à Londres (au Hurlingham Club) et à New York (au Rockfeller Center).

sommaire :

Louis Vuitton Classic 2000

Gilles Bonnafous le 09/09/2000

Partagez

réagir

Le Louis Vuitton Classic célébrant cette année la Femme et l'Automobile, la Cour d'honneur de Bagatelle s'ornait des sept voitures, que Motorlegend vous a longuement présentées. L'Italienne Maria-Teresa de Filippis et l'Américaine Tanis Hammond, deux femmes pilotes aussi sympathiques que talentueuses, avait fait le déplacement.

Maria-Teresa de Filippis Motorlegend.com

Tanis Hammond Motorlegend.com
Le Louis Vuitton Classic rendait également hommage à la carrosserie Pininfarina, qui fête son 70ème anniversaire. Pour l'occasion, Sergio Pininfarina officiait en qualité de président d'honneur du jury du concours d'élégance, qui comptait dans ses rangs, entre autres personnalités, Philippe Guédon, PDG de Matra Automobile, Patrick Le Quément, Directeur du Design Renault, Fabrizio Giugiaro, Gérard Welter, Hervé Poulain et Paul Frère.

La pelouse du parc accueillait plusieurs modèles rares portant la griffe Pininfarina : un cabriolet Bentley Mk VI, une Bristol 400 de 1947 et la Lancia Florida, prototype du coupé Flaminia. Surtout, Bagatelle 2000 nous a offert une extraordinaire réunion de Ferrari d'exception : 342 America de 1953, 250 MM de la même année, 375 MM de 1954, 250 LM, etc. (sans oublier la 250 GT Nembo magnifiquement carrossée par Neri & Bonacini). Parmi les prototypes et concept cars frappés du Cavallino et réalisés par Pininfarina, mention particulière pour la 365 P Guida Centrale (déjà vue à Bagatelle il y a quelques années), la Pinin, Ferrari 4 portes à laquelle le Commendatore ne donna pas suite, et la Rossa, dernière oeuvre en date de la grande maison. Au même moment, à Monza, Michael Schumacher faisait vibrer les tifosi et comblait de joie tous les amoureux des voitures rouges!

Ferrari 250 GT Motorlegend.com

Ferrari 342 America, 1953 Motorlegend.com

70 voitures participaient au concours " Automobiles Classiques et Louis Vuitton ", des merveilles parmi lesquelles nous citerons l'Alfa Romeo 6C 2500 SS, la Delahaye 84 N carrossée par Louis Janoir et exposée sur le stand du club lors du dernier Rétromobile, l'Invicta Type S, la Lagonda V12, la MG Magnette K3, la Rolls-Royce Phantom II Continental, la somptueuse Chrysler Imperial du célèbre collectionneur américain Sam Mann, une Cisitalia 202 B, une Maserati 300 S. La liste serait longue! Sans oublier des raretés comme les deux Pic-Pic (une marque suisse dont seulement huit voitures sont aujourd'hui recensées dans le monde).

Point d'orgue du week-end, le défilé et la remise des prix ont clôturé, le dimanche, ces deux journées consacrées à l'exception automobile. Un cérémonial qui a vu le couronnement de la Ferrari 250 MM de 1953, sacrée Best of Show.


Bentley MK V, 1939. Motorlegend.com

Delahaye 84 N, 1923. Motorlegend.com
Toutefois, et tous les passionnés d'automobiles de collection s'en réjouiront, Bagatelle 2000 n'apparaissait pas uniquement comme un exceptionnel rassemblement de grands classiques somptueusement restaurés. On ne saurait trop louer les organisateurs d'avoir ouvert cette année la porte du prestigieux concours à des ancêtres et modèles rares présentés dans leur état d'origine. Car rien ne remplacera jamais l'authenticité. Ainsi, a été créée une nouvelle catégorie baptisée " Irremplaçables ", qui rassemble des voitures antérieures à 1925 restées dans leur jus, selon l'expression consacrée. A l'image de la Renault VI torpédo Gonthier de 1906, lauréat de la catégorie, ou du superbe racer Gima de 1927.

Brillante manifestation mondaine, le Louis Vuitton Classic avait également réuni de nombreuses personnalités et vedettes du monde des arts, parmi lesquelles nous ne citerons que Jessie Norman et Pierre Arditi. Une présence ô combien légitime, car le design automobile ne constitue-t-il pas l'un des Beaux-Arts ?

Ferrari 250 MM, 1953. Motorlegend.com

Renault VI torpédo Gonthier, 1906. Motorlegend.com
article précédent  La femme et l'automobile

Page précédente
La femme et l'automobile

article suivant  Pic-Pic et Gima

Page suivante
Pic-Pic et Gima

Partagez

réagir