Louis Vuitton Classic 2000

A l’occasion de l’an 2000, le concours "Automobiles Classiques et Louis Vuitton" change de nom et devient Louis Vuitton Classic. Il rejoint ainsi la famille des autres Louis Vuitton Classic organisés à Londres (au Hurlingham Club) et à New York (au Rockfeller Center).

sommaire :

GORDINI 24 S

Gilles Bonnafous le 09/09/2000

Partagez

réagir

"La vitesse n’est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi, mais un élan de bonheur ". Nul doute que Françoise Sagan ait éprouvé au volant de la Gordini 24 S les sensations qui lui ont inspiré cet éloge de la vitesse extrait de son livre "Avec mon meilleur souvenir".

Cette 24 S, Françoise Sagan l’a achetée en 1956 à Amédée Gordini, à un prix que ce dernier avait fixé pour pouvoir payer les dettes de l’écurie ! Construite en 1953 à deux exemplaires — le second se trouve au Musée National de l’automobile de Mulhouse —, la magnifique barquette bleue est une biplace de compétition motorisée par un huit cylindres en ligne de trois litres. Elle représente aussi le talent du célèbre " sorcier " à son apogée. Plusieurs fois recarrossée, sa forme actuelle à ailes saillantes date de 1955.
GORDINI
D.R
GORDINI
D.R
En trois ans de carrière sportive, la 24S, châssis 36 S, prend part aux plus grandes épreuves du calendrier : Tour de France Automobile, qu’elle remporte en 1953 aux mains expertes de Jean Behra, 24 Heures du Mans, Course Panaméricaine et Mille Milles. Elle participe également aux 12 Heures de Reims et aux Coupes du Salon, qu’elle gagne en 1954, toujours pilotée par Jean Behra. Sa dernière course sera les 1000 kilomètres de Paris en juin 1956, où elle est confiée à l’équipage Manzon-Guelfi. Juste avant d’être reprise par Françoise Sagan.

Passionnée de voitures de sport, la romancière a également possédé une Aston Martin, deux Jaguar, une XK 140 et une Type E, une AC Bristol, ainsi qu’une Ferrari 250 GT California. Que des cabriolets ou des roadsters, dont elle apprécie " la communion totale avec la nature " qu’ils offrent à leurs passagers. Des modèles d’exception aussi, car, pour Françoise Sagan, une automobile " n’est pas seulement un instrument de transport, mais aussi un élément mythique, l’instrument possible de notre Destin, capable de vous perdre et de vous sauver, le char d’Hippolyte et non le millième exemplaire d’une chaîne ". Une passion qui lui a dicté de superbes pages sur la vitesse. Laissons la conclusion à l’auteur de Bonjour Tristesse : " Qui… n’a jamais aimé la vitesse, n’a jamais aimé la vie – ou alors, peut-être, n’a jamais aimé personne " .

Les citations de Françoise Sagan sont extraites de son livre Avec mon meilleur souvenir paru en 1984 aux Editions Gallimard.
article précédent FERRARI 330 GTC

Page précédente
FERRARI 330 GTC

article suivant MASERATI 250 F

Page suivante
MASERATI 250 F

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de niels77
niels77 a dit le 03-08-2010 à 23:12
André Costa..essayeur à l'auto-journal avait édité un essai qu'il avait effectué avec la Gordini 24 S sur le trajet Paris Lyon dans les années 50 ... je ne me souviens plus de la moyenne effectuée à l'époque ,où rappelons le,il n'y avait pas d'autoroute ,mais dans mes vagues souvenirs,c'était un chrono très avantageux ... quelqu'un a-t-il souvenir de cette rubrique ? ma seconde question,lequel de ces deux véhicules a servi à cet essai ?