Saga Porsche

PORSCHE 911

Gilles Bonnafous le 23/05/2001

Partagez

réagir

Dithyrambe et superlatifs : monument de l'histoire automobile, grand mythe automobile du siècle, voiture culte... La 911 a atteint un tel degré dans l'admiration et la passion que la marque Porsche elle-même n'a jamais pu s'extraire d'un concept né il y a aujourd'hui près de 40 ans.

C'est peu dire que la succession de la 356, premier modèle de la marque et premier grand succès, fut réussie ! Mais un avantage aussi exceptionnel peut se retourner en un pernicieux danger, quand la réussite d'une marque s'identifie exclusivement à celle d'un modèle. Tous les produits nouvellement lancés par la firme à la suite de la 911 - 914 (1969), 924 (1976), 944 et 968 ainsi que 928 (1977) - se sont révélés incapables d'assurer la relève, à tout le moins de se poser en compétiteurs de la vedette de Zuffenhausen. Ainsi le succès s'est-il transformé en un piège, d'où est récemment sorti Porsche en déclinant et élargissant avec le Boxster le concept… de la 911.
PORSCHE
Porsche 911 Targa D.R
PORSCHE
Porsche Carrera Coupé 993 D.R
Rarement donc, dans l'histoire de l'automobile, relève aura été mieux gérée, héritage mieux assuré que celui de la 356. Fidèle dans l'esprit à sa devancière - moteur boxer refroidi par air -, la 911 bénéficie toutefois d'un avantage déterminant avec l'apport du six cylindres. Bien que modernisées par un ponton qui, creusé à l'avant, dégage les ailes, ainsi que par des volumes moins galbés, les formes de la 911 s'inscrivent également dans la continuité de la 356. Insensible à l'évolution du design et, a fortiori, à l'écart des modes, cette ligne pure et dépouillée relève d'une esthétique intemporelle.

PORSCHE
Porsche 912 D.R
PORSCHE
Porsche 911 2,7 Targa de 1973 D.R
D'abord baptisée 901 et présentée en avant-première au salon de Francfort en 1963, la 911 entre en production en mai 1964. Pendant un an, elle côtoiera sur les chaînes la 356 C, dont le dernier exemplaire sortira en avril 1965. Placé dans la coque de la 911, le moteur de la 356 joue même les prolongations avec la 912, d'abord équipée du quatre cylindres 1600 cm3 de la 356 SC ramené à 90 ch, puis du deux litres de même puissance. Oubliée aujourd'hui des collectionneurs, cette voiture largement produite est devenue un modèle rare. Pourtant, ce ne sont pas moins de 11 000 exemplaires qui ont été construits de 1965 à 1969.

Lancée avec un deux litres de 130 ch, la 911 connaît rapidement le succès. A tel point que l'année 1973, avec près de 44 000 voitures produites, sera l'une des plus brillantes de l'histoire de la marque.

La 911 S voit le jour en 1966, toujours équipée du moteur de 2 litres qui, avec deux carburateurs Weber, offre maintenant 160 ch. En 1968, la série B bénéficie de l'injection mécanique Bosch pour cause de normes anti-pollution américaines, les Etats-Unis constituant le principal marché de Zuffenhausen. La puissance passe alors à 170 ch. Avec la série C, la cylindrée est portée en 1969 à 2,2 litres (par réalésage), ce qui vaut à la 911 S d'atteindre la remarquable puissance de 180 ch (et un couple de 20,3 mkg). Apparue en août 1971, la série E constitue la troisième génération de cylindrée du modèle avec 2,4 litres et 190 ch. La voiture peut se prévaloir de performances qui en surprennent plus d'un dans la circulation d'aujourd'hui : 230 km/h, 0 à 100 km/h en 7,5 secondes et le kilomètre départ arrêté en 27 secondes.

La 911 S 2,4 litres constitue à notre avis de la meilleure des 911 anciennes (hors versions RS) et l'une des plus passionnantes de toutes les versions de la 911. Elle se révèle en particulier supérieure à la série G apparue en 1973, qui, bien que portée à 2,7 litres, verra sa puissance ramenée à 175 ch. La conduite de la S 2,4 litres (de préférence sur route sinueuse !) apparaît comme un véritable enchantement. Légère (moins de 1100 kg), puissante et maniable à souhait, elle témoigne d'une agilité extraordinaire. La placer en entrée de virage se révèle particulièrement aisé. Dans cet exercice, la légèreté du train avant fait merveille, comme la précision de la direction.

Toutefois, il est vrai que la tenue de route de la 911 peut surprendre. Pêché traditionnel de la voiture, le louvoiement de l'avant donne à cette dernière l'impression de chercher éternellement sa voie. Ceci mis à part, c'est un vrai régal que de la mettre en appui sur les roues arrière, et les enchaînements de virages serrés procurent un rare bonheur de pilotage (à condition de maintenir le pied sur l'accélérateur). Comme il est grisant de poursuivre le jeu jusqu'aux limites de l'adhérence, moment des plus excitant où l'on perçoit l'amorce d'un mouvement de dérive…
PORSCHE
911 S 2,4 Coupé D.R
PORSCHE
Porsche Carrera RS 2,7 D.R
C'est en 1972 qu'est lancé un sommet de la gamme 911, la Carrera RS. Motorisée par un 2,7 litres de 210 ch (mais pas plus de 20 ch supplémentaires par rapport à la S 2,4 litres) et dotée d'un aileron aérodynamique, cette voiture est principalement destinée à la compétition. Elle deviendra un must pour tous les collectionneurs de Porsche.

La 911 s'est couverte de gloire en remportant trois succès consécutifs au rallye de Monte-Carlo. Après une première victoire en 1968 avec Vic Elford et David Stone, Björn Waldegaard et Lars Helmer ont récidivé en 1969 et 1970 au volant d'une 911 S 2,3 litres de 240 ch. Avec un ultime succès en 1978 (Jean-Pierre Nicolas sur une Carrera RS), la 911 aura triomphé à quatre reprises en principauté.
PORSCHE
Porsche Carrera RS 964 D.R
PORSCHE
Porsche 911 Monte Carlo D.R

Le salon de Paris de 1974 marque l'apparition d'un modèle d'exception, la 911 Turbo, dont le trois litres turbocompressé développe 260 ch (puis 300 ch en 1977 avec 3,3 litres).

L'évolution de la 911 sera marquée par l'augmentation de sa cylindrée, qui passe à trois litres en 1975, à 3,2 litres en 1983 et à 3,6 litres en 1989 (250 ch). Le lancement en 1988 d'une version à quatre roues motrices, la Carrera 4, constitue une étape décisive dans l'histoire de la 911 - la tenue de route transformée se révélant plus sécurisante.
PORSCHE
911 Turbo D.R
PORSCHE
Porsche 930 Turbo D.R
Dotée de formes adoucies et plus aérodynamiques, la 911/993 bénéficie d'un nouvel essieu arrière et d'une boîte de vitesses à six rapports. Augmentée, la puissance passe à 272 ch. Moins brutale que le modèle de la génération antérieure, la Turbo 993 voit néanmoins sa puissance faire un bond en avant, avec pas moins de 408 ch.
PORSCHE
Porsche Carrera RS 993 D.R
PORSCHE
Posche 964 Turbo D.R

Le 15 juillet 1996 marque une date importante dans l'histoire Porsche. Ce jour-là, en présence de Ferry Porsche, le personnel de l'usine assiste à la sortie de la millionième voiture produite à Zuffenhausen. Un bonheur n'arrivant jamais seul, cette même année voit le lancement d'une nouvelle génération de modèles au design très réussi, la 911/996. Révolution à Stuttgart, le six cylindres boxer passe au refroidissement liquide ! Mais la nouveauté ne s'arrête pas là puisque, poursuivant la montée en puissance des mécaniques Porsche, le nouveau moteur de 3,4 litres développe désormais 300 ch.


Voiture phare de la marque et fleuron technologique, la 911 Turbo bénéficie aujourd'hui de performances de tout premier plan. Transmis aux quatre roues, les 420 ch délivrés par son 3,6 litres et son énorme couple de 560 Newton mètres lui permettent d'abattre le 0 à 100 km/h en 4,2 secondes. Quant à la vitesse maximum, elle s'établit à 305 km/h...
PORSCHE
Porsche 911 Targa 996 D.R
PORSCHE
Porsche 911 Turbo 996 D.R
Amplifiant le mythe de la 356, la 911 a donné à Porsche une nouvelle dimension, illustrée par une exceptionnelle période de succès sportifs. Des 130 ch de la première 911 aux 420 ch de l'actuelle Turbo, que de chemin parcouru !
article précédent PORSCHE 356

Page précédente
PORSCHE 356

article suivant PORSCHE 911 GT2

Page suivante
PORSCHE 911 GT2

Partagez

réagir