Grand Prix Historique de Pau 2002

AC Cobra 289 d'Andruet et Pescarolo

Gilles Bonnafous le 25/05/2002

Partagez

réagir

AC
G.Bonnafous
AC
G.Bonnafous
Vedettes du Grand Prix de Pau historique, Jean-Claude Andruet et Henri Pescarolo firent, tout au long du week-end, une démonstration de leur talent. Au volant de l'AC Cobra 289 de l'écurie ATS engagée par Robert Sarrailh, ils remportèrent haut la main la course d'endurance.

Pour la circonstance, l'AC Cobra 289 avait été équipée du moteur de la Daytona de l'écurie ATS accidentée par Jacques Lafitte au Tour Auto - cette dernière n'étant pas encore réparée. L'identification des deux V8 se fait par leurs cache-culbuteurs différents. Ainsi gréée, la voiture se prévalait de 408 ch.

Le samedi soir, lors des essais qualificatifs, Jean-Claude Andruet réalisait d'abord un excellent temps (inférieur à 1'33''), avant qu'Henri Pescarolo, après avoir bénéficié d'un tour clair, ne fixe définitivement les choses avec 1'31''5. Ce chrono inaccessible aux autres concurrents plaçait la Cobra nettement en tête, partageant la première ligne de la grille de départ avec la Diva de Just Jaeckin. Henri Pescarolo nous confiait alors : " Le problème des essais dans ce type de course, c'est d'arriver à bénéficier d'un tour clair. La voiture est très plaisante à conduire, je m'amuse bien au volant. J'aime les tracés en ville et Pau est typiquement le circuit où il ne faut faire aucune faute ".
AC
G.Bonnafous
AC
G.Bonnafous

AC
G.Bonnafous
AC
G.Bonnafous
Pendant la course disputée le dimanche en fin d'après-midi, alors que la pluie menaçait, l'équipage maîtrisait parfaitement la situation. Après l'abandon au septième tour de la Diva de Just Jaeckin sur rupture de transmission et avec une piste qui demeurait sèche malgré de lourds nuages, la victoire paraissait assurée. L'AC Cobra passait en vainqueur la ligne d'arrivée avec une avance confortable sur la Lotus Super Seven de Jérôme Servies, classée deuxième (une belle performance) et la TVR Grantura des Anglais Ward et Conoley, troisième.


Ravi de son week-end palois, Jean-Claude Andruet nous déclarait : " S'il avait plu, ça n'aurait pas été aussi facile. Néanmoins, la piste était glissante. Au premier tour, je me suis fait piéger au virage de la gare, je suis allé un peu loin, sans doute également à cause des pneus, qui étaient encore froids. Mais tout s'est bien passé. Le circuit est superbe, c'était vraiment génial. L'AC Cobra est maniable comme une berlinette grâce à la puissance. Tu la fais virer et survirer à ta guise, toujours en contrôle, soit avec le volant, soit avec l'accélérateur, et ça, c'est le grand pied ! De sorte que, même dans les virages serrés, tu arrives à dépasser des petites voitures agiles. On peut s'infiltrer en balançant et en rebalançant la voiture. C'est fantastique ! ".
AC
G.Bonnafous
AC
G.Bonnafous
article précédent  Les HWM Jaguar de S. Curtis et M. Steele

Page précédente
Les HWM Jaguar de S. Curtis et M. Steele

article suivant AMILCAR CO et C6

Page suivante
AMILCAR CO et C6

Partagez

réagir

Commentaires