Grand Prix Historique de Pau 2002

Interview de Stirling Moss

Gilles Bonnafous le 25/05/2002

Partagez

réagir

Star du week-end avec Jean-Claude Andruet et Henri Pescarolo, Stirling Moss était l'invité de la deuxième édition du Grand Prix de Pau historique. L'immense champion (sans couronne) était, comme toujours, accompagné de sa charmante épouse Susy. Il était engagé dans la course des voitures de Sport à moteur avant sur une Lola Mk 1 de 1960 préparée par l'écurie IN Racing de Ian Nuthall.

Hélas, Stirling Moss fut très frustré - tout comme le public - de ne pouvoir faire étalage de son talent. Le samedi matin, le moteur Coventry Climax 1,2 litre double arbre de sa Lola a explosé lors des premiers essais. Le vilebrequin a cédé et une bielle est passée à travers le bloc…
Stirling Moss et son épouse Susy
Stirling Moss et son épouse Susy Motorlegend.com

Motorlegend.com
Nous l'avions rencontré le vendredi précédant le Grand Prix et lui avions demandé ses impressions sur la manifestation.

Motorlegend : Vous participez pour la première fois au Grand Prix de Pau historique. Quelles sont vos premières impressions, en particulier sur le circuit ?

Stirling Moss : Je suis ravi de prendre part à cette manifestation. Il y a ici de très belles voitures et l'ambiance comme les gens sont très amicaux. Quant au circuit, il est magnifique, mais difficile. N'étant pas venu l'an dernier, il y a une quinzaine d'années que je n'ai pas couru à Pau, de sorte que je ne me rappelle pas vraiment le tracé. Il ne me sera pas aisé de l'apprendre parfaitement d'ici à dimanche.

Motorlegend : Vous pilotez une Lola Mk 1, qui est votre propriété. Combien de voitures anciennes possédez-vous ?

Stirling Moss : Ma collection se limite à deux voitures : cette Lola Mk 1 et une Alfa Romeo TZ1. Pour Pau, j'ai préféré la Lola à l'Alfa Romeo. Elle est plus agréable à piloter sur ce circuit, car plus agile. J'aimerais disposer d'une voiture plus puissante, le Coventry Climax 1200 cm3 dont elle est équipée ne développant que 115 ch. C'est une belle voiture, mais elle n'est pas assez rapide pour gagner. Elle ne peut être compétitive face aux Maserati 250 S et 300 S. Mais elle est très amusante à conduire. S'il pleut, ce sera mieux…
Le moteur cassé de la Lola Mk 1
Le moteur cassé de la Lola Mk 1 Motorlegend.com
Retour aux paddocks
Retour aux paddocks Motorlegend.com
Motorlegend : Vous avez piloté un nombre considérable de modèles de course. Pourquoi avoir choisi la Lola Mk 1 et l'Alfa Romeo TZ1 ?

Stirling Moss : Au total, j'ai piloté 84 modèles différents en course. Mais je n'ai conservé aucune des voitures sur lesquelles j'ai couru. La Lola Mk 1, que j'ai achetée il y a six ans seulement, est probablement l'une des plus jolies et des plus agréables barquettes Sport à conduire. Pourtant, je ne l'ai jamais pilotée au cours de ma carrière. Quant à l'Alfa Romeo TZ1, je l'avais achetée pour participer au Tour de France, une manifestation que j'apprécie beaucoup, comme vous le savez. Malheureusement, la voiture a cassé dès la première étape ! C'est la raison pour laquelle je cours depuis sur une MGB, que l'on me prête. Elle est beaucoup plus fiable, ce qui me permet de terminer l'épreuve !

Motorlegend : Quel est votre programme de courses historiques pour les mois qui viennent ?

Stirling Moss : Je serai bien sûr présent à Goodwood, ainsi qu'à Laguna Seca, au Classic Rally d'Autriche et peut-être au Mans.
article précédent  Interview de Flavien Marçais

Page précédente
Interview de Flavien Marçais

article suivant  L'écurie Hall & Hall

Page suivante
L'écurie Hall & Hall

Partagez

réagir

Commentaires