Grand Prix Historique de Pau 2002

Les HWM Jaguar de S. Curtis et M. Steele

Gilles Bonnafous le 25/05/2002

Partagez

réagir

Deux rares HWM Jaguar étaient engagées dans la course des voitures de Sport à moteur avant, opposées notamment aux Lotus, Lola et à trois Maserati (250 S et Si, 300 S). Datant de 1954 et 1956, elles appartiennent à deux Anglais, Michael Steele et Stephen Curtis.

Fondée par John Heath et George Abecassis, la marque HWM (Hersham and Walton Motors) a couru à Pau dans les années cinquante. Elle fut même la première écurie britannique présente sur le continent après la guerre. Engagées en Grand Prix, les HWM étaient équipées de moteurs Alta de 2,5 litres. Après avoir cessé sa participation aux Grand Prix, la marque équipa des voitures de Sport de moteurs Jaguar, imitant en cela certains propriétaires qui l'avaient précédée dans cette voie.

HWM Jaguar de Stephen Curtis G.Bonnafous

HWM Jaguar de Michael Steele G.Bonnafous
A l'image de Stirling Moss, Peter Collins ou Paul Frère, des pilotes célèbres tinrent le volant d'HWM, ainsi que Lance Macklin, Duncan Hamilton, Tony Gaze et Yves Giraud-Cabantous. L'entreprise cessa son activité après la fin tragique de John Heath aux Mille Milles de 1955. L'an passé, à Goodwood, les collectionneurs d'HWM se sont retrouvés pour rendre hommage à cette petite marque, qui appartient aujourd'hui à un concessionnaire Aston Martin.

Originaire du Somerset, Stephen Curtis est un habitué des courses françaises de VHC. Il était déjà présent à Pau l'an dernier, où il courut sur une Frazer-Nash Le Mans Replica. Cette année, il est venu avec son HWM Jaguar, qui est l'une des dernières voitures de la marque. Elle fut construite en 1956 pour Phil Scragg, un riche homme d'affaires spécialiste des courses de côtes, raison pour laquelle elle est équipée de garde-boue - qui permettent de mieux voir les roues dans les virages. Cette particularité en fait du reste un modèle unique. Car si en 1955 et 1956, trois autres voitures reçurent le même châssis, elles furent dotées d'une carrosserie conventionnelle à ailes enveloppantes.

G. Bonnafous

G. Bonnafous

L'HWM de Stephen Curtis a gardé son moteur d'origine, le six cylindres XK 3,8 litres à carter sec de la Jaguar Type D Le Mans. Elle est équipée d'un pont arrière de Dion, qui lui confère une excellente motricité, supérieure à celle de la Type D. Malgré sa puissance, la voiture ne bénéficie pas de freins à disques, ce qui ne constituait pas un inconvénient en courses de côte - des épreuves très courtes, à peine plus d'un kilomètre, où les tambours n'avaient pas le temps de chauffer. Sa livrée bleue est celle que lui avait donnée son premier propriétaire.

G.Bonnafous

G.Bonnafous
Cette HWM, Stephen Curtis la convoitait depuis longtemps - il faillit l'acheter en 1976. Finalement, il en fit l'acquisition en 1994. Depuis lors, il la pilote en courses historiques, comme ce fut le cas à Monaco le week-end précédant le Grand Prix de Pau. Mais la voiture réalisa sa meilleure prestation à Magny-Cours en 1999, où, confiée à Flavien Marçais, elle prit la deuxième place derrière une Jaguar Type D après être partie en dernière position (suite à un incident aux essais).

Loin de cantonner la conduite de son HWM à des fins sportives, Stephen Curtis l'utilise également pour partir en vacances - ces Anglais nous étonneront toujours ! Malgré l'inconfort de cette voiture de course, il n'hésite pas à se lancer dans de longs déplacements en compagnie de son épouse. A l'image de celui qui le conduisit, il y a quelque temps, du Somerset à Carcassonne, en passant par Albi où il put tourner sur le circuit. Notre homme était enchanté du voyage. Sa femme, un peu moins, qui lui lança : " Never again ! ". Et Stephen Curtis d'ajouter avec son flegme tout britannique : " But it was ok "…

G. Bonnafous

G. Bonnafous

Construite en 1954 pour le pilote Tony Gaze, l'HWM de Michael Steele est motorisée par le Jaguar XK 3,4 litres de la Type C. Ce dernier est alimenté par trois carburateurs Weber double corps - les HWM ayant été les premières voitures anglaises à recevoir des Weber. La voiture possède son châssis original, bien différent de celui de la voiture de Stephen Curtis, puisqu'il s'agit d'une monoplace convertie en Sport par l'usine. Trois HWM ont reçu la même carrosserie, celle-ci étant la deuxième - toutes ont survécu et se trouvent aujourd'hui aux mains de collectionneurs anglais.

G.Bonnafous

G.Bonnafous
Le pilote Julian Bronson pilota la voiture à Reims en 1954, où elle se classa cinquième. Elle partit ensuite en Australie, où elle courut avant d'être accidentée en 1956. C'est dans les années 80 qu'elle fut restaurée conformément à l'origine.

Préparée par l'écurie IN Racing de Ian Nuthall, l'HWM de Michael Steele est régulièrement alignée en courses de VHC. Elle termina cinquième au Mans l'an passé, battant toutes les Jaguar, et elle s'est classée quatrième à Monaco cette année. Elle obtint le même résultat à Pau.

G. Bonnafous

G. Bonnafous
article précédent  L'écurie IN Racing

Page précédente
L'écurie IN Racing

article suivant AC Cobra 289 d'Andruet et Pescarolo

Page suivante
AC Cobra 289 d'Andruet et Pescarolo

Partagez

réagir