Grand Prix Historique de Pau 2002

ISO Grifo A3C

Gilles Bonnafous le 25/05/2002

Partagez

réagir

L'une des vedettes de la course d'endurance d'une heure, programmée en clôture du Grand Prix de Pau historique, était l'ISO Grifo A3C, une italo-américaine de 1965 appartenant à l'Anglais Nick Wigley. Débordant de puissance et habillée d'une ligne magnifique, la belle n'est pas passée inaperçue tout au long du week-end. Elle était pilotée par son propriétaire associé à Flavien Marçais.

Présentée en 1963 au salon de Turin, l'Iso Grifo est l'une des plus belles réalisations nées du judicieux mariage entre les stylistes transalpins et les puissants V8 américains. Son superbe design est signé Bertone, mais la voiture a été dessinée par un créateur de génie, Giorgetto Giugiaro. Lancée après la Rivolta et produite parallèlement à celle-ci, elle en reprend le châssis. Mais l'empattement a été raccourci à 2,45 mètres, car la Grifo est une deux places, contrairement à son aînée.
ISO
G.Bonnafous
ISO
G.Bonnafous
Sous l'immense capot de la Grifo, prend place le V8 5,3 litres de la Chevrolet Corvette, une mécanique bourrée de chevaux et au couple monstrueux. La voiture de Nick Wigley a été préparée par l'écurie anglaise IN Racing dirigée par Ian Nuthall, une entreprise très professionnelle spécialisée dans la préparation des voitures de courses historiques. Le V8 développe 370 ch (contre 350 ch à la voiture de série).

ISO
G.Bonnafous
ISO
G.Bonnafous
Puissante et encombrante, la Grifo est une machine faite pour les circuits rapides. C'est peu dire qu'elle est mal adaptée à un tracé urbain comme le circuit de Pau. Pénalisée par son gabarit imposant et sa masse, bien qu'elle ait été considérablement allégée - son poids s'établit à 1150 kilos au lieu des 1600 kilos du modèle de série -, l'Iso Grifo manque d'agilité sur une piste sinueuse, où le moindre écart se paie comptant. Et ses pilotes éprouvent des difficultés à passer le couple supérieur à 50 mkg, même sur le sec. Sous la pluie, n'en parlons même pas !

Flavien Marçais nous déclarait avant la course : " Nous n'irons pas chercher l'AC Cobra, ni la Diva, ni les Lotus Elan, qui sont plus rapides, mais je pense que nous pouvons prétendre à une place honorable. De plus, comme nous courons dans le cadre du Trophée Gentlemen Drivers, la voiture est équipée de pneus Dunlop Racing de section L à profil 70, alors que la Cobra et nombre d'autres voitures sont chaussées de Racing de section M à profil 60. Une différence qui nous coûte deux secondes au tour ! Ce serait bien de figurer dans les cinq premiers ".

Une prévision aussi sage que juste, puisque, le dimanche soir, l'équipage franco-anglais terminait à la quatrième place de l'épreuve d'endurance.
ISO
G.Bonnafous
ISO
G.Bonnafous
article précédent DIVA F10 de Just Jaeckin

Page précédente
DIVA F10 de Just Jaeckin

Partagez

réagir