24 Heures du Mans 2010

Audi bat Peugeot 3-0

Jean-François Destin le 14/06/2010

Partagez

réagir


Audi
A l’heure où débute la coupe du monde de football, un match France/Allemagne s’est joué ce week-end dans la Sarthe avec au final un triplé pour Audi et une déroute totale pour Peugeot.

Le trio Benhard/Dumas/Rockenfeller sur la R15 N° 9 du North America l’emporte à 242,554 km/h de moyenne en battant le record de distance parcourue (5410 kms) vieux de 39 ans. Suivent les deux R15 du team Joest pilotées par Fassler, Lotterer, Treluyer, Capello, Kristensen et Mac Nish. La 9ème victoire dans la Sarthe de la firme d’Ingolstadt.

Pourtant favori et jugé le plus performant après les essais, le constructeur français n’a pu amener aucune des quatre voitures engagées à l’arrivée. Si la première 908 a été stoppée très tôt suite à une suspension cassée, les trois autres prototypes ont vu leur V12 HDI de plus de 700 chevaux partir en fumée. La seule rescapée aux couleurs d’Oreca encore en course dimanche midi n’a pas échappé au massacre dû, selon les premiers constats, à des problèmes de pistons ou de bielle. Tour à tour, Olivier Quesnel et Hughes de Chaunac, patron de Peugeot Sport et Oreca fondaient en larmes en se demandant pourquoi le ciel leur était tombé sur la tête avec une telle violence.


Audi

Audi
« Nous n’avons cassé aucun moteur pendant nos séances d’essai y compris lors de tests d’endurance de plus de 30 heures au Castellet, c’est incompréhensible » analysait Jean Claude Lefebvre, le porte parole de Peugeot, KO debout après une nuit blanche. Il ajoutait qu’aucun symptôme d’une défaillance mécanique n’est monté sur les écrans de télémétrie, pas même une variation anormale de la pression d’huile ou d’un quelconque capteur. Une énigme qui va animer le débriefing prévu cette semaine à Vélizy et mettre sur la sellette les sous-traitants.

Cette déroute inattendue des Peugeot résulte d’un rythme de course effréné lié à la pression constante exercée par des Audi. Au fil des tours, elles se sont montré de plus en plus rapides et surtout d’une fiabilité à laquelle n’aurait jamais cru le Dr Ulrich lui-même.

Sombre pendant les essais et s’étant fait presque passer un savon par Ferdinand Piech pour ne pas avoir réalisé la pole, il avouait en conférence de presse qu’il n’aurait jamais imaginé un triplé. Son seul objectif étant de tourner régulièrement tout en espaçant les ravitaillements pour accrocher un podium.

Loïc Bailliard

Loïc Bailliard
« Nous savions les Peugeot très rapides et notre stratégie reposait sur une régularité en course, un zéro faute dans les stands et aucune erreur de pilotage dans le trafic. Une consigne parfaitement respectée même si Tom Kristensen s’est fait une frayeur en doublant une M3 au ralenti sur la trajectoire ».

Ulrich aussi fairplay dans la victoire que dans la défaite reconnaissait à mots couverts que sans les casses moteurs, il aurait été bien difficile de battre Peugeot. Un incroyable renversement avec une Audi R15 Plus jugée mal née, mal dégrossie au point que les ingénieurs avaient délaissé un peu les évolutions pour mieux se consacrer à la R18 de l’année prochaine !

Une LMP1 allemande inédite qui, à coup sûr, va retrouver Peugeot dans la Sarthe en 2011. Profitant des nouveaux règlements annoncés par l’ACO il y a quelques jours, Peugeot engagera quatre prototypes en panachant le diesel, l’essence et l’hybridation. « Et rien ne dit que le diesel sera encore un V12 » lançait un ingénieur Peugeot en esquissant une moue.
article précédent  Victoire Audi, coup dur pour Peugeot

Page précédente
Victoire Audi, coup dur pour Peugeot

article suivant  LMP2, GT1 et GT2, la course dans la course

Page suivante
LMP2, GT1 et GT2, la course dans la course

Partagez

réagir

Commentaires