Saga Morgan

Une Morgan n'est ni une voiture ancienne, ni une réplique. C'est autre chose. En vérité, c'est un cas, échappant à toutes les étiquettes et classifications.

sommaire :

Histoire : Morgan en compétition

Gilles Bonnafous le 01/06/2006

Partagez

réagir

H.F.S. Morgan nourrissait une grande passion pour la course automobile et ses voitures le lui ont bien rendue. Dès l’origine, il fait courir ses trois-roues pour en assurer la promotion. Obtenus dès 1913, les premiers succès internationaux, en France particulièrement, assurent la réputation de la marque.

Morgan

D.R.
Lancée en 1936, la 4/4 est engagée en compétition sur circuit, mais surtout en courses de côte, voire en trial, spécialité dont les Britanniques sont friands — raison pour laquelle la voiture est dotée de deux roues de secours à l’arrière. En 1937, plusieurs châssis de course sont préparés (raccourcis, allégés et dotés d’ailes de moto) qui reçoivent le 1098 cm3 Coventry Climax porté à 60 ch. Une 4/4 privée est alignée par une jeune femme, Prudence Fawcett (copilote Geoffrey White), aux 24 Heures du Mans en 1938. Elle s’y classe treizième au général et deuxième de sa classe à de moyenne de 92 km/h, ainsi qu’en 1939 (quinzième avec Geoffrey White et Dick Anthony). Le succès de Prudence Fawcett conduit Morgan à réaliser une réplique de la voiture du Mans équipée d’ailes moto et capable de rouler à près de 130 km/h. Seulement trois auraient été fabriquées.

Jusqu’à la guerre, la voiture prend part à de nombreuses épreuves, notamment aux 3 Heures de Brooklands (victoire de classe en 1938), au RAC (trois victoires consécutives de classe par George Goodall, futur directeur de Morgan, de 1937 à 1939) et à Donington.

D.R.

D.R.


D.R.

D.R.
Au cours des années cinquante, la 4/4 et la Plus 4 prouvent sur la piste et sur les routes des rallyes leur compétitivité en s'illustrant dans une multitude d'épreuves régionales et internationales. On citera notamment la victoire de classe obtenue au RAC en 1956 (et troisième au général). Morgan obtient également des succès outre-Atlantique, aux 12 Heures de Sebring 1955 et 1957, ainsi qu’à Watkins Glen, Fairchild et Lime Rock.

Morgan
A la fin des années cinquante, une Plus 4 de course modifiée par Chris Lawrence s’adjuge de nombreuses épreuves en Angleterre. Cette réussite amène Morgan à proposer en 1961 la Plus 4 Super Sports reconnaissable à ses roues à rayons et à sa carrosserie en aluminium. Plus pointu (travail sur la distribution et l’échappement) et avec l’apport de deux carburateurs Weber, le quatre cylindres de la TR4 atteint 125 ch (200 km/h). 101 exemplaires seront construits. La version course dépasse les 150 ch.

La Super Sports bat le record du tour de sa classe établi par Porsche au Nürburgring. Elle offre surtout à Morgan l’un de ses plus grands succès sportifs avec la victoire de classe obtenue aux 24 Heures du Mans de 1962 (treizième au général). Pilotée par Christopher Lawrence et Richard Shepherd-Barron, la célèbre TOK 258, dont le moteur développe de l’ordre de 160 ch, a réalisé une moyenne de 151 km/h. Lawrence récidivera à Spa en 1963.

Le lancement de la Plus 8 marque une nouvelle ère de l’engagement Morgan en compétition. Elle servira de base à des préparateurs qui en feront des monstres, des voitures silhouette fort éloignées du modèle de série. A l’image de celle de John Macdonald, dont le moteur suralimenté est donné pour 550 ch. Prévue pour les 24 Heures du Mans, la voiture n’y courra jamais.
Morgan Plus 8
Morgan Plus 8 D.R.

D.R.
Développée avec la bénédiction et l’assistance de l’usine, la Morgan Plus 8 réalisée par Rob Wells est construite sur un châssis tubulaire et dotée d’une carrosserie en fibre de verre. Surmonté d’une culasse Weslake, le V8 développe 300 ch. Elle gagnera en 1981 le championnat britannique Modsports.

Quant à la Morgan Plus 8 GTR, elle représente l’un des programmes sportifs les plus coûteux de l’histoire Morgan. Son moteur de cinq litres et 385 ch est monté dans un châssis en aluminium à suspension indépendante. Engagée par Charles Morgan dans le championnat GT au cours des années 90, elle n’obtiendra aucun résultat significatif. Mais elle servira de base au projet Aero 8.
Morgan Plus 8 GTR
Morgan Plus 8 GTR D.R.
article précédent  Les trois-roues Morgan

Page précédente
Les trois-roues Morgan

article suivant  Morgan, une marque à part

Page suivante
Morgan, une marque à part

Partagez

réagir

Commentaires