Saga Audi

Il y a 40 ans, la marque renaissait avec le lancement de la première Audi de l’ère moderne, tandis que la Quattro représentait en 1980 une étape décisive dans l’histoire de la firme.

sommaire :

AUDI 100

Gilles Bonnafous le 19/05/2005

Partagez

réagir

Première Audi inédite, l’Audi 100 exprime la haute ambition de la jeune firme. Son rôle sera décisif. Incarnant véritablement la résurrection de la marque aux quatre anneaux, elle va installer cette dernière dans la cour des grands. Présentée à l’automne1968, l’Audi 100 est également le premier modèle d’une longue et fructueuse lignée, qui contribuera grandement à forger l’image de la marque. Scandée par quatre générations, sa carrière durera 26 ans et débouchera sur l’A6 lancée en 1994.

De proportions nettement agrandies par rapport à la première gamme Audi héritée de la DKW F102, la carrosserie de l’Audi 100 est plus longue, plus large, mais moins haute. Si son design dérive de la F102, le profil gagne en finesse. Longue, pure et élégante, la ligne est une vraie réussite.
Audi 100 LS, 1969
Audi 100 LS, 1969 Audi
AUDI
D.R.
Sous le capot, on retrouve le quatre cylindres de 1,8 litre, qui équipe la Super 90. Il est ici disponible en trois versions de 80 ch, 90 ch (100 S, une variante reconnaissable à son jonc chromé à la ceinture de caisse) et 100 ch (100 LS). Traction avant, la voiture reprend certains schémas techniques propres à la marque, comme l’essieu arrière rigide avec barres de torsion.

Lancée en carrosserie quatre portes, l’Audi 100 est épaulée en 1969 par une version deux portes, un rare exemple de berline haut de gamme ainsi proposée. L’année suivante, c’est un coupé qui voit le jour. Suit au rachat de NSU par le groupe Volkswagen, la production de l’Audi 100 sera assurée à partir de 1970 dans l’usine de Neckarsulm. En 1974 apparaîtra une version économique motorisée par un nouveau 1,6 litre à l’excellent rendement (85 ch) obtenu grâce à un arbre à cames en tête.
Audi 100, 1969
Audi 100, 1969 Audi
Audi 100, 1973
Audi 100, 1973 Audi

Après avoir connu un succès exceptionnel (830 000 exemplaires vendus), la première Audi 100 s’efface en 1976 au profit de la deuxième génération du modèle. Cette dernière (type 43) est d’abord lancée avec deux moteurs à arbre à cames en tête, un quatre cylindres de 1,6 litre (85 ch) et un deux litres (115 ch).
Audi 100, 1979
Audi 100, 1979 Audi
Audi 100, 1979
Audi 100, 1979 Audi
Mais un an plus tard, Audi se fait vivement remarquer en proposant un nouveau moteur cinq cylindres, une innovation dans l’industrie automobile. D’une cylindrée de 2,2 litres et alimenté par une injection mécanique Bosch K-Jetronic, ce groupe à arbre à cames en tête de 136 ch est le premier cinq cylindres monté sur une voiture de tourisme. Il constitue par ailleurs un heureux compromis entre performances et sobriété. Connu pour sa remarquable sonorité, il entraîne la voiture à 188 km/h.

Ce moteur sera installé dans l’Audi 200, un nouveau haut de gamme extrapolé de la 100 et lancé en 1979. Equipé d’un turbo, il motorisera également la Quattro. Il sera encore utilisé en version atmosphérique à quatre soupapes par cylindre sur de nombreuses Audi.
Audi 100 GL, 1977
Audi 100 GL, 1977 Audi

A partir d’avril 1978, le désormais célèbre cinq cylindres Audi apparaît dans deux nouvelles versions. La première, dotée de carburateurs, développe 115 ch et se substitue au deux litres de même puissance. Quant à la seconde, c’est un diesel de deux litres et 70 ch, dont l’alésage a été réduit.

En août 1977, un break, l’Audi 100 Avant, vient compléter la gamme des berlines à deux et quatre portes. Spacieux, équipé d’un large hayon et d’une banquette arrière rabattable, il rencontrera un large succès, qui fondera la réussite de ce modèle pour les générations ultérieures.
Audi 100 Avant GLS, 1978
Audi 100 Avant GLS, 1978 Audi
Audi 100, 1982
Audi 100, 1982 Audi
Présentée en 1982, l’Audi 100 de troisième génération marquera également l’histoire des Audi modernes. Répondant aux exigences d’économie de carburant, son aérodynamique poussée — Cx de 0,30 — constituera le meilleur résultat jamais obtenu sur une berline de grande diffusion. Parmi ses nombreuses motorisations, on retiendra le cinq cylindres turbo de 165 ch (216 km/h) et l’excellent diesel 2,5 litres TDI de 120 ch (198 km/h).

Lancée en 1990 et motorisée par des quatre, cinq et six cylindres, la quatrième génération est entièrement redessinée. C’est sous ses formes arrondies que prendra fin la lignée des Audi 100. L’A6 assurera la relève en 1994.
Audi 100, 1990
Audi 100, 1990 Audi
article précédent  La première génération Audi

Page précédente
La première génération Audi

article suivant AUDI 100 S

Page suivante
AUDI 100 S

Partagez

réagir

Commentaires