Saga Audi

Il y a 40 ans, la marque renaissait avec le lancement de la première Audi de l’ère moderne, tandis que la Quattro représentait en 1980 une étape décisive dans l’histoire de la firme.

sommaire :

Histoire : Historique de la renaissance Audi

Gilles Bonnafous le 12/05/2005

Partagez

réagir

L’année 2005 marque pour Audi un double anniversaire. Il y a quarante ans, la marque renaissait de ses cendres avec l’apparition de la première Audi de l’ère moderne, tandis que le lancement de la Quattro représentait en 1980 une étape décisive dans l’histoire de la jeune firme.

Audi

Audi
Rien n’est moins évident que de faire revivre une marque oubliée. Avec l’échec du «revival» de Talbot, Peugeot en sait quelque chose… La prouesse d’Audi n’en paraît que plus significative, surtout quand on mesure la force de l’image et le niveau de qualité qu’a atteint aujourd’hui la firme d’Ingolstadt.

Flash-back sur une histoire aussi longue que complexe. Audi voit le jour à Zwickau en 1909, fondée par August Horch, qui vient de quitter la firme qu’il avait créée et qui porte son nom. La marque Horch poursuit la philosophie de son créateur et pratique une politique d’innovation sur des modèles haut de gamme et de grande qualité technique (moteurs 8 cylindres en ligne et V12).

Audi Type R 19/100 PS Audi

Horch 670 V12 cabriolet D.R.

En 1928, Jörgen Skafte Rasmussen, l’homme qui a fait fortune avec les motos DKW, passe aux quatre roues et rachète Audi. De la petite DKW à traction avant et moteur bicylindre deux temps seront extrapolés dès 1931 des modèles haut de gamme, les Audi Front (traction avant). L’année suivante, Horch, Audi et DKW se joignent à la firme Wanderer pour créer à Chemnitz le groupe Auto Union — les quatre marques sont installées en Saxe. De ce mariage naît, sous le symbole des quatre anneaux, une gamme étonnamment large, qui va des motos et voitures populaires aux modèles de prestige.

Audi Front, 1933 Audi

Wanderer W11, 1932 Audi
Après la Seconde Guerre mondiale, la Saxe se trouvant en zone soviétique, les marques d’Auto Union ne peuvent reprendre leurs activités à l’exception de DKW, dont la tradition se perpétuera en Allemagne de l’Est avec l’IFA F9, héritière de la DKW F9 d’avant guerre — Horch fera une brève réapparition en RDA avec la Sachsenring construite à partir de 1956 à moins de 1400 exemplaires.

En République Fédérale d’Allemagne, Auto Union renaît à Ingolstadt en septembre 1949. Un retour modeste qui se fait sous le signe des anneaux associés à l’écusson DKW vert et blanc. En ces temps de reconstruction, c’est un utilitaire qui voit le jour en premier, le type F 89 L. Lui succède la nouvelle Meisterklasse construite à Düsseldorf. En 1953, les DKW reçoivent un moteur trois cylindres de 900 cm3. Baptisées 3 = 6, elles connaissent un grand succès. Très inspirée de la Ford Thunderbird, la jolie petite Auto Union 1000 SP apparaît en 1957.

DKW Meisterklasse Universal type F89 S, 1951 Audi

Auto-Union 1000 SP, 1958 Audi

Pour faire face à la demande, une nouvelle usine est construite à Ingolstadt, d’où sort en 1959 la populaire DKW Junior au design modernisé. L’ère des modèles Auto Union deux temps s’achèvera avec la F102, une traction avant de gamme moyenne lancée en 1964 et motorisée par un trois cylindres de 1,2 litre.

DKW Junior, 1959 Audi

DKW F102 Audi
Après avoir été la propriété du groupe Daimler-Benz à partir de 1958, Auto Union est racheté en 1965 par Volkswagen. C’est de cette union que naît la première Audi de l’ère moderne, qui, tout en reprenant la carrosserie de la F102 à peine modifiée, reçoit un moteur quatre temps d’origine Mercedes. Vous suivez ?

Mais Audi se lance vite dans la conception de modèles entièrement nouveaux. En 1968, l’Audi 100 consacre la renaissance de la marque fondée 70 ans plus tôt par August Horch. L’année suivante, Volkswagen prend le contrôle de NSU pour l’associer à Auto Union. De l’usine de Neckarsulm sortira notamment l’Audi 100.

Audi 75 1,7l 75 ch Audi

Audi 100 LS, 1969 Audi


Audi Quattro, 1982 Audi

Audi 100 Avant GLS, 1978 Audi
Suivra en 1980 le lancement de la Quattro, un modèle d’anthologie dont on connaît la brillante carrière sportive, notamment aux mains de Michèle Mouton. Présentée en 1982, l’Audi 100 de troisième génération marquera, par le large succès qu’elle rencontrera, l’histoire des Audi modernes. Son aérodynamique et sa traction avant l’inscrivent dans une tradition qui remonte aux Audi Front des années trente.

De la recherche technologique, slogan de la marque, témoignent notamment le moteur cinq cylindres, le diesel TDI et, à partir de 1994, la structure en aluminium de l’A8 et l’A2. Témoin de la vitalité de la marque, le coupé TT sera dévoilé en 1998. D’une ligne à nulle autre pareille, il sera épaulé par un roadster. Quant à l’A8 W12, elle perpétue la tradition des prestigieuses limousines Horch.

Audi TT, 2000 Audi

Audi A8 W12, 2000 Audi
article suivant  L'AUDI Quattro en compétition

Page suivante
L'AUDI Quattro en compétition

Partagez

réagir