Saga Aston Martin

Mouvementée, l'histoire d'Aston Martin révèle un destin hors-norme. Celui d'une marque de prestige et de performances, mais à la santé fragile. En cent ans d'aventure, Aston Martin a souvent changé de mains et a connu des périodes plus ou moins fastes. Reste que son image inoxydable la rend virtuellement immortelle ! Rendez-vous dans cent ans ?

sommaire :

ASTON MARTIN Vanquish (2012)

Vincent Desmonts le 18/07/2013

Partagez

réagir

ASTON MARTIN
Finie la récré ! Après s'être bien amusés (et avoir dépensé des fortunes) en mettant au point la One-77, le personnel d'Aston Martin a du revenir les pieds sur Terre : il devenait urgent de remplacer la vieillissante DBS. La firme s'est donc attelée à la tâche, avec des moyens hélas limités. Pas question de concevoir un tout nouveau moteur ou une boîte entièrement inédite : la supercar devra se contenter d'une énième évolution du V12 Aston Martin, et d'une unique boîte automatique à 6 rapports. La voiture devra par ailleurs reposer sur une nouvelle variante de la plate-forme VH, qui utilise davantage de fibre de carbone pour plus de légèreté, mais sans être aussi coûteuse que la baignoire de la One-77. Seule grosse nouveauté : la carrosserie n'est plus en aluminium, mais en carbone.

Comme à son habitude, Aston Martin présente d'abord la voiture sous la forme d'un « concept-car » ultra-réaliste, baptisé Project AM310. L'auto est dévoilée dans le cadre exotique du concours d'élégance de la Villa d'Este, en Italie. Quelques jours plus tard, son nom est dévoilé : Vanquish. La nouvelle Aston remet ainsi au goût du jour le patronyme du modèle commercialisé de 2001 à 2007, et qui avait véritablement propulsé (non sans heurts!) Aston Martin dans l'ère moderne. Reste que la nouvelle Vanquish laisse un petit goût de trop peu...

Le constructeur britannique avait-il anticipé la violente course à la puissance à laquelle se livrent les glorieuses marques transalpines ? Toujours est-il que lorsque l'Aston Vanquish est présentée, Ferrari vient de dévoiler sa F12berlinetta (740 chevaux!) et Lamborghini, une Aventador de 700 chevaux. Avec son V12 de « seulement » 573 chevaux, l'Aston Martin a une génération de retard. Côté poids aussi : face à ses rivales 100 % carbone, la Vanquish doit composer avec une masse supérieure à 1 700 kilos. Enfin, à l'heure où les boîtes à double embrayage deviennent le standard, l'anglaise doit se contenter d'une transmission automatique « à l'ancienne ».

Sans doute consciente de ces faiblesses, la marque a préféré mettre l'accent sur les qualités de GT prestigieuse de la Vanquish. C'est particulièrement sensible dans l'habitacle, qui marque pour le coup de sérieux progrès par rapport aux Aston des générations précédentes. La console centrale est entièrement remaniée pour une meilleure ergonomie, les cuirs sont plus beaux que jamais. Extérieurement, l'Aston Vanquish est sublime d'élégance et d'agressivité contenue, avec juste ce qu'il faut de clins d’œils à sa grande sœur, la One-77. Reste qu'à plus de 250 000 €, la concurrence est aussi sérieuse qu'incontournable...
ASTON MARTIN
ASTON MARTIN
ASTON MARTIN
ASTON MARTIN
ASTON MARTIN
ASTON MARTIN
article précédent ASTON MARTIN V8 et V12 Vantage

Page précédente
ASTON MARTIN V8 et V12 Vantage

Partagez

réagir

Commentaires