Saga Aston Martin

Mouvementée, l'histoire d'Aston Martin révèle un destin hors-norme. Celui d'une marque de prestige et de performances, mais à la santé fragile. En cent ans d'aventure, Aston Martin a souvent changé de mains et a connu des périodes plus ou moins fastes. Reste que son image inoxydable la rend virtuellement immortelle ! Rendez-vous dans cent ans ?

sommaire :

ASTON MARTIN DB5 et DB6

Gilles Bonnafous le 07/11/2006

Partagez

réagir

En 1963, le passage de la DB4 à la DB5 se fait en douceur, le prototype de cette dernière étant une DB4 Vantage — du reste sa première appellation est Aston Martin DB4 série 6.

L’Aston Martin DB5 est identique à sa devancière par son design. Sa ligne, qui reprend celle de la DB4 Vantage, séduit par la douceur de ses volumes galbés. Les formes rondes de la face avant sont soulignées par les globes des phares carénés empruntés aux DB4 Vantage et GT. La carrosserie Superleggera, réalisée en aluminium sur charpente tubulaire, est bien sûr due à Touring.
Aston Martin DB4 GT
Aston Martin DB4 GT Aston Martin
Aston Martin DB5 de 1964
Aston Martin DB5 de 1964 Aston Martin
Quoi de neuf alors ? Le moteur. Le six cylindres en ligne double arbre voit sa cylindrée portée à quatre litres par réalésage — 96 millimètres au lieu de 92. Alimenté par trois carburateurs SU HD 8, il délivre 282 ch SAE à 5500 tr/mn. Le couple monte à 39,6 mkg à 3850 tr/mn. L’Aston Martin DB 5 file ainsi à 238 km/h. Le 0 à 100 km/h est abattu en 7,5 secondes et le 400 mètres départ arrêté en 16 secondes.

Autre progrès par rapport à la DB 4, cette mécanique se trouve très bien servie par l'excellente boîte de vitesses ZF à cinq rapports, qui remplace avantageusement l'ancienne transmission David Brown à quatre vitesses et overdrive — cette dernière la monte standard sur les premiers exemplaires.
Egalement disponible, une boîte automatique Borg Warner à trois vitesses. Un pont autobloquant Salisbury est disponible.
ASTON MARTIN
Aston Martin
ASTON MARTIN
Aston Martin

Parmi de nombreuses améliorations de détail, l’Aston Martin DB5 bénéficie d’un alternateur. L’équipement s’avère plus complet que sur la DB4 (lève-vitres électriques notamment), avec pour conséquence une prise de poids d’une centaine de kilos.

Grande routière brillante, confortable et sûre, la DB5, malgré un moteur puissant et des performances de haut niveau, laisse surtout l'impression d'une GT bourgeoise et distinguée. Sa vocation première ne saurait être de se voir bousculée dans des enchaînements rapides de petites routes. Disponible à partir de septembre 1964, la version Vantage apporte un surcroît de puissance. Avec trois carburateurs Weber, celle-ci monte à 314 ch SAE. Environ 65 exemplaires en seront construits.
ASTON MARTIN
Aston Martin
James Bond et sa DB5 dans Goldfinger
James Bond et sa DB5 dans Goldfinger Aston Martin
Popularisée par la version gadgétisée de James Bond dans le film Goldfinger de Guy Hamilton, la DB5 bénéficiera d’une publicité qui fera plus pour la notoriété grand public d’Aston Martin que la qualité intrinsèque de ses voitures et la victoire remportée aux 24 Heures du Mans en 1959 — suivie du titre de champion du monde des constructeurs conquis la même année.

Si l’Aston Martin DB5 est également proposée en cabriolet — il sera produit à un peu plus de 120 exemplaires —, une autre forme, plus insolite et non prévue au programme, va apparaître, celle du break de chasse. Trouvant sa DB5 quelque peu exiguë pour transporter son équipement de chasse et ses chiens, David Brown s’est fait construire un break pour son usage personnel. La voiture va attiser l’appétit de ses clients et, pour répondre à la demande, Aston Martin confiera à la carrosserie Harold Radford la réalisation d’une série de ces utilitaires aussi rapides qu’exclusifs. Toutefois, la carrosserie Superlegerra devant être coupée à l’arrière, ils pâtiront d’un certain manque de rigidité. En dehors de l’exemplaire de David Brown, douze breaks de chasse seront construits de 1965 à 1967.
Aston Martin Convertible
Aston Martin Convertible Aston Martin
ASTON MARTIN
Aston Martin

Habitacle de la DB5
Habitacle de la DB5 Aston Martin
Aston Martin DB6
Aston Martin DB6 Aston Martin
Présentée en 1965, l’Aston Martin DB6 prend la relève de la DB5. Mécaniquement identique, elle apparaît comme une version embourgeoisée et plus spacieuse de sa devancière. L’empattement a été allongé et le pavillon remanié : la ligne de toit est plus haute et le pare-brise plus droit. Les vitres de custode ont également été modifiées. Grâce à ses places arrière plus confortables, la DB6 vise la clientèle désireuse d’une vraie quatre places, ce qu’elle est. La carrosserie, qui abandonne la technique Superleggera, se singularise également par un becquet aérodynamique. Comme la DB5, la voiture existe en version Vantage à trois carburateurs Weber.

Dévoilé au salon de Londres 1966, le cabriolet porte pour la première fois chez Aston Martin l’appellation « Volante ». Les premiers exemplaires ont été construits sur le châssis court. Quelques voitures bénéficieront du moteur Vantage. L’Aston Martin DB6 sera également transformée en break de chasse par les carrossiers Harold Radford et FLM Panelcraft.

Après qu’une version Mark 2 est lancée en 1969, qui partage de nombreux éléments avec la DBS, la DB6, dernier dérivé de la DB4, sera produite jusqu’en 1970.
ASTON MARTIN
Aston Martin
ASTON MARTIN
Aston Martin
article précédent ASTON MARTIN DB4

Page précédente
ASTON MARTIN DB4

article suivant ASTON MARTIN DB7 (1994-2003)

Page suivante
ASTON MARTIN DB7 (1994-2003)

Partagez

réagir

Commentaires