Louis Vuitton Classic 2001

Traditionnel rendez-vous de la rentrée dédié à l'automobile d'exception, le Louis Vuitton Classic 2001, quatorzième du nom, offrait aux amateurs passionnés comme aux néophytes l'occasion de découvrir des voitures hors du commun.

sommaire :

PORSCHE 917 LH psychédélique

Gilles Bonnafous le 09/09/2001

Partagez

réagir

Après la Femme et l'automobile en 2000, Louis Vuitton avait retenu cette année, comme thème de la cour d'honneur, la peinture contemporaine à travers les voitures d'artistes. Incontestable vedette du plateau, la superbe Porsche 917 LH " psychédélique " du Martini Racing Team célébrait avec autant de bonheur que d'audace le mariage de l'art et de l'automobile.
PORSCHE
Motorlegend.com
PORSCHE
Motorlegend.com
Appartenant à un collectionneur américain, la 917 LH (LH pour Lang Heck, longue queue, version adaptée aux circuits rapides) était venue spécialement de Pennsylvanie pour la circonstance. Sa présentation était assurée par le sympathique M. George à la décontraction très américaine.

En cette année 1970, la Porsche 917 n° 3 du Martini Tacing Team fait sensation aux 24 Heures du Mans avec sa livrée " psychédélique ". Hans Dieter Dechent, le patron de l'écurie, a décidé de faire preuve d'originalité pour marquer sa différence par rapport aux nombreuses autres Porsche alignées au départ de l'épreuve. Car le bataillon venu de Zuffenhausen apparaît des plus impressionnant : pas moins de sept 917, sans parler des 907, 908, 910 et 911 S. Au total 24 Porsche sur 51 voitures engagées ! Ancien pilote d'endurance, par ailleurs adepte des coups promotionnels, Hans Dieter Dechent s'est déjà fait remarquer pour son goût des décorations singulières, alors qu'il pilotait ou engageait des voitures sous les couleurs de la Lufthansa ou du Martini Racing Team.
PORSCHE
Motorlegend.com
PORSCHE
Motorlegend.com

Par rapport à la classique livrée bleue et orange des 917 Gulf et à la sage présentation des 917 Salzbourg, Dechent a opté pour l'audace. Les flammèches vert pomme dansant comme des serpents psychédéliques sur un fond violine souligné de blanc, ainsi que la calligraphie fantaisie du numéro, font de la 917 une sculpture plutôt voyante. Comme une machine infernale habillée par un couturier très " tendance " (de l'époque). Cette déco très représentative de l'esthétique du début des années soixante-dix vaudra à la voiture d'être baptisée " Hippie Car ", ou " Porsche psychédélique ", par la presse et le public.
PORSCHE
D.R
Le secret avait été bien gardé, comme l'explique Hans Dieter Dechent : " J'avais demandé discrètement au département Style de l'usine, studio dirigé à l'époque par Anatole Lapine, de me proposer plusieurs projets résolument délirants. De toutes ces esquisses, c'est la plus farfelue qui fut retenue ! A l'époque du Pop Art, je souhaitais m'inscrire dans la mode… L'opération avait été menée en deux temps : au pesage comme aux essais, avec ses volutes blancs sur fond violine, ma 917 fut remarquée, mais sans déchaîner l'enthousiasme - c'est un euphémisme - du patron de Martini, le comte Gregorio Rossi. Et ce n'était là que simple prélude. Car, le samedi, pour son apparition sur la grille, la Martini n°3 s'était offert un nouveau visage à grands renforts de bombes aérosols. Au violine et blanc, s'ajoutait un vert cru du plus bel effet ! Avec, en plus, un numérotage dont la calligraphie s'écartait elle aussi des normes habituelles. Le tout ne manquait pas d'allure. Mais le comte Rossi fut loin de partager cette appréciation… Le public, tout comme la presse, firent bon accueil à nos extravagances et, finalement, tout s'arrangea sur la piste ".
PORSCHE
Motorlegend.com
PORSCHE
Motorlegend.com

C'est le moins qu'on puisse dire. Car Porsche allait (enfin) remporter sa première victoire aux 24 Heures du Mans, Hans Herrmann et Richard Attwood l'emportant au volant d'une 917 K. Ce succès - le premier d'une très longue série - tournera même au triomphe avec la deuxième place de notre 917 LH " psychédélique " confiée aux mains de Gérard Larousse et Willy Kauhsen, tandis que l'équipage Lins-Marko assurera le triplé sur une 908.
PORSCHE
Motorlegend.com
PORSCHE
Motorlegend.com
Monstre de puissance mû par un 12 cylindres à plat de 4,5 litres et 580 ch, qui la propulse à 380 km/h, la 917 sera pour plusieurs années la terreur des circuits d'endurance. Aux 24 Heures du Mans 1971, Helmut Marko et Gijs van Lennep mènent à nouveau la 917 à la victoire, mais en version de 4,9 litres. L'année suivante, Porsche s'illustrera dans le championnat Can Am grâce à la 917/10 de 900 ch et George Follmer, proclamé champion de la discipline. L'année suivante, Mark Donohue écrasera ce championnat au volant de la 917/30 de 1100 ch, la plus puissante voiture de Sport-prototypes jamais construite.

Si à l'époque, la judicieuse initiative de Hans Dieter Dechent a pu choquer certains esprits, elle a aujourd'hui perdu son parfum de scandale, et on n'en retiendra plus que l'intérêt esthétique. Il est vrai que depuis, on en a vu d'autres ! Nous pensons notamment à la 917 n° 23 des 24 Heures du Mans 1971, dont la décoration divisait la carrosserie, peinte en rose, en quartiers de porc !
article précédent MERCEDES 300 Sc Pinin Farina

Page précédente
MERCEDES 300 Sc Pinin Farina

article suivant STANGUELLINI SEFA de course et coupé Motto

Page suivante
STANGUELLINI SEFA de course et coupé Motto

Partagez

réagir

Commentaires