Louis Vuitton Classic 2001

Traditionnel rendez-vous de la rentrée dédié à l'automobile d'exception, le Louis Vuitton Classic 2001, quatorzième du nom, offrait aux amateurs passionnés comme aux néophytes l'occasion de découvrir des voitures hors du commun.

sommaire :

Louis Vuitton Classic 2001

Gilles Bonnafous le 09/09/2001

Partagez

réagir

Traditionnel rendez-vous de la rentrée dédié à l'automobile d'exception, le Louis Vuitton Classic 2001, quatorzième du nom, s'est tenu les 8 et 9 septembre derniers dans le parc de Bagatelle à Paris.

Disons de suite que cette prestigieuse manifestation n'a pas connu l'affluence escomptée. La modeste fréquentation du samedi pouvait trouver son explication dans une météo menaçante. Mais malgré le soleil revenu, la journée de dimanche n'a pas attiré la grande foule. Les absents ont eu tort car, comme chaque année, le Louis Vuitton Classic 2001 offrait aux amateurs passionnés comme aux néophytes l'occasion de découvrir des voitures de très grande qualité.
Mercedes 500 K cabriolet C, 1935.
Mercedes 500 K cabriolet C, 1935. Motorlegend.com
Bugatti 29/30 Grand Prix, 1922.
Bugatti 29/30 Grand Prix, 1922. Motorlegend.com
Après la femme et l'automobile en 2000, Louis Vuitton avait retenu cette année, pour thème de la cour d'honneur, la peinture contemporaine à travers les voitures d'artistes. Les BMW, Venturi, Mac Laren F1 et autre Matra 530 revisitées par Roy Liechtenstein, Arman, César ou Sonia Delaunay célébraient le mariage de l'art et de l'automobile. Nous y reviendrons, avec notamment un gros plan sur la magnifique Porsche 917 LH psychédélique du Martini Racing. Appartenant à un collectionneur américain, elle était venue spécialement de Pennsylvanie pour la circonstance.

Delahaye 135 MS Chapron, 1946.
Delahaye 135 MS Chapron, 1946. Motorlegend.com
Mercedes W 196 de F1.
Mercedes W 196 de F1. Motorlegend.com
Le parc de Bagatelle servait d'écrin à la dernière des nombreuses festivités organisées tout au long de l'année 2001 par DaimlerChrysler France pour commémorer le centième anniversaire de Mercedes. De concert, la marque à l'étoile remplaçait Chrysler comme sponsor du Louis Vuitton Classic. La firme de Stuttgart avait rassemblé un exceptionnel ensemble de véhicules. Outre la monoplace de Formule 1 W 196, venue du musée d'Untertürkheim, et plusieurs 300 SL (clin d'œil oblige au lancement de la nouvelle SL), deux voitures appartenant à des particuliers constituaient des exemplaires uniques. Un extraordinaire ancêtre de 1912, monstre de 9,5 litres et 90 ch (une puissance considérable pour l'époque) conçu par Paul Daimler, est le seul rescapé d'une petite production. Présenté par un collectionneur suisse, ce type 37/90 marche comme un avion. Quant à la 300 SC Pinin Farina, elle fut réalisée sur commande spéciale pour une personnalité transalpine. Ajoutons à ce brillant aréopage une somptueuse 540 K en carrosserie cabriolet A (à deux places), la plus élégante et la plus racée des versions de ce modèle de très haut de gamme (douze exemplaires seulement en sont aujourd'hui répertoriés).
Mercedes 540 K Cabriolet A, 1937.
Mercedes 540 K Cabriolet A, 1937. Motorlegend.com
Mercedes 37/90, 1912.
Mercedes 37/90, 1912. Motorlegend.com

Fidèle à son habitude et à son rang, le rendez-vous de Bagatelle donnait à voir des voitures restaurées à la perfection. Mais, fort heureusement, il permettait aussi d'admirer quelques véhicules en état d'origine, une qualité dont on ne soulignera jamais assez le caractère irremplaçable. Le must en la matière était une Benz Victoria, propriété de la même famille depuis son acquisition en 1894. En somme, une première main de 107 ans ! Entièrement originale, la machine était exposée moteur tournant. Et la mécanique fonctionnait comme une horloge ! Pareillement conservées dans leur état d'origine, une SCAR de 1910 et une Brasier de 1911 faisaient montre de tous leurs cuivres, attributs propres à ces ancêtres magnifiques. Egalement dans son jus, une Hispano-Suiza H6B carrossée par Proux, et qui sentait bon le cuir d'antan, était présentée par François Cointreau, le restaurateur bien connu. Plus près de nous, une BMW 507, achetée neuve à son premier propriétaire il y a cinq ans, affichait seulement 57 000 (vrais) kilomètres au compteur.
BMW 507.
BMW 507. Motorlegend.com
SCAR Type K Sport, 1910.
SCAR Type K Sport, 1910. Motorlegend.com

Parmi les 70 voitures exceptionnelles exposées sur la verte pelouse de Bagatelle, il est difficile, voire injuste, de n'en sélectionner que quelques-unes. Citons toutefois une Invicta Type S de 1931, deux Aston Martin d'avant guerre, une 15/98 et une Le Mans, un spider Alfa Romeo 8C-2300 Zagato, un rare cabriolet Traction 7C et, plus récente, une barquette Maserati A6 GCS. Mention spéciale pour deux Voisin, une Lumineuse et une C 28 de 1935, qui fut, après la guerre, la voiture personnelle de Gabriel Voisin. Peu de Ferrari cette année (pour une fois !), mais, parmi les modèles de Maranello, nous avons aimé une très belle 166 MM à carrosserie Touring (reconstruite).

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir une Chrysler coupé Ghia de 1952, un modèle rare (à fortiori en France) et doté d'une histoire extraordinaire : retrouvée dans un coin de Bretagne il y a quelques années et sauvée in extremis de la destruction, elle sortait de restauration. Belle et originale, cette voiture de carrossier méritait largement un prix… qu'elle n'a pas eu. Pourquoi ?
Invicta Type S, 1931.
Invicta Type S, 1931. Motorlegend.com
Aston Martin 15/98, 1937.
Aston Martin 15/98, 1937. Motorlegend.com
A cet égard, il est dommage que le concours ait accouché d'un palmarès fort conventionnel, même si le " Best of show " est revenu à l'Alfa Romeo 1900 Bat 7, la deuxième (1954) des trois exercices de style réalisés par Bertone sur le châssis Alfa 1900. Une étonnante et très belle voiture de bande dessinée, mais déjà présentée il y a quelques années en compagnie de ses deux sœurs. A l'avenir, le jury gagnerait à faire preuve de moins de frilosité et à manifester plus d'originalité, voire d'audace, dans ses choix afin d'éviter l'impression de déjà vu. Quant au défilé de remise des prix du dimanche après-midi, s'il fût épargné par la pluie, il ne le fut guère par la morosité. Manque de relief dans l'animation et déficit de passion se conjuguaient à des commentaires plats et superficiels.
Voisin C 11 Lumineuse, 1928.
Voisin C 11 Lumineuse, 1928. Motorlegend.com
Alfa Romeo 1900 BAT 7 Bertone, 1954.
Alfa Romeo 1900 BAT 7 Bertone, 1954. Motorlegend.com
article précédent  Les voitures d'artistes

Page précédente
Les voitures d'artistes

article suivant ASTON MARTIN LM10 Le Mans 1932

Page suivante
ASTON MARTIN LM10 Le Mans 1932

Partagez

réagir

Commentaires