Louis Vuitton Classic 2001

Traditionnel rendez-vous de la rentrée dédié à l'automobile d'exception, le Louis Vuitton Classic 2001, quatorzième du nom, offrait aux amateurs passionnés comme aux néophytes l'occasion de découvrir des voitures hors du commun.

sommaire :

FERRARI 166 MM Touring

Gilles Bonnafous le 09/09/2001

Partagez

réagir

Machine de compétition destinée aux épreuves de Sport, la 166 MM porte le nom de la victoire (alors la plus significative) remportée en 1946 par Ferrari dans la prestigieuse course des Mille Milles. Pendant plusieurs saisons, elle se révélera un brillant cheval de bataille pour l'usine, la Scuderia Ferrari, ainsi que pour les clients sportifs de la marque à travers le monde.
Michael Trösser
Michael Trösser Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com
La première 166 MM est présentée au salon de Turin en mars 1949. Sa carrosserie a été dessinée et réalisée par Touring dans un style nouveau, très réussi. Une ligne aussi basse qu'élégante, qui sera d'ailleurs largement copiée. Touring a déjà collaboré avec le Commendatore pour les premières Ferrari 125 barquette et Spider Corsa.

Pour en savoir plus sur la carrosserie Touring et sa technique spécifique, dite Superleggera, lire l'article sur l'Alfa Romeo 6 C 2300 B Mille Miglia.

L'année 1949 sera un grand cru pour Maranello. Elle voit la première présence de Ferrari au salon de Paris, où deux barquettes Touring 166 MM entourent un coupé 166 Inter (également œuvre de Touring) sur le stand au cheval cabré. Surtout, la barquette 166 MM Touring offre à Ferrari sa première grande victoire internationale avec le triomphe de Luigi Chinetti et Lord Seldsdon aux 24 Heures du Mans.

La 166 MM série 2 apparaît en 1953. Son moteur - V12 de deux litres - a bénéficié depuis 1949 de nombreuses améliorations : nouvelles culasses à douze lumières, culbuteurs à galets, trois énormes carburateurs quadruple corps et suspension arrière renforcée.
FERRARI
Motorlegend.com
La voiture de Michael Trösser appartient à cette deuxième série. Elle en est même le deuxième exemplaire construit et porte le numéro de châssis 0264 M. C'est peu dire que son histoire est complexe. Michael Trösser et son équipe ont effectué de longues recherches pour en reconstituer le curriculum vitae, qui fait aujourd'hui l'objet d'un impressionnant dossier illustré de nombreuses photos, prises notamment à l'usine en 1953.

0264 M est née sous les traits d'un spider Autodromo, mais construit dans l'usine Ferrari : peut-être par les gens d'Autodromo, peut-être sur un design dû à Dino Ferrari, le fils défunt d'Enzo, on ne sait exactement. La voiture appartient d'abord à la Scuderia Ferrari, avant d'être vendue en avril 1953 au comte Michelangelo Leodarni. Ce dernier la fait courir, soit en la conduisant lui-même, soit en la confiant à des pilotes de renom, dont Franco Cortese et le grand Alberto Ascari, qui la pilote le 28 juin 1953 à Monza. La 166 MM connaît à plusieurs reprises la légende des Mille Milles, avec Cortese ou Valetti et Leodarni (en 1956).
FERRARI
Motorlegend.com

FERRARI
Motorlegend.com
Michael Trösser possède la 166 MM Touring depuis deux ans. Il l'a acheté à l'un de ses amis, le pilote allemand Bernd Hahne, à qui elle a appartenu pendant vingt-cinq longues années. A son volant, celui-ci a beaucoup couru en VHC, sur circuits comme en rallyes. Sa carrosserie étant assez fatiguée, la voiture a bénéficié d'une restauration cosmétique, dont a profité notre ami pour corriger quelques imperfections de style et donner à la carrosserie Touring son aspect originel. Les travaux ont porté sur le pare-brise, la face avant (grille et projecteurs) et la poupe. Carlo Felice Bianchi Anderloni, le fils du fondateur de la carrosserie Touring - et lui-même animateur de l'entreprise jusqu'à sa fermeture -, a examiné la voiture et a estimé qu'elle était irréprochable. Quant au châssis et à l'ensemble des éléments mécaniques (moteur, boîte, suspensions), tous d'origine, ils étaient en parfait état.
FERRARI
Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com
Très amoureux de sa 166 MM Touring, Michael Trösser l'utilise autant que faire se peut dans les rallyes de VHC - Mille Milles (par deux fois), Enstal Klassik en Autriche, Tour Auto -, ainsi que sur les circuits : Spa, Nürburgring, Eiffel Klassik ou Challenge Shell Ferrari. Perfectionniste dans l'âme, Michael souhaite maintenant retrouver la carrosserie originelle de la voiture et la restaurer. Faute de quoi, il la fera reconstruire pour offrir à la belle les deux robes qu'elle a portées au cours de son existence. Passion, quand tu nous tiens…
FERRARI
Motorlegend.com
article précédent CHRYSLER Coupé Ghia

Page précédente
CHRYSLER Coupé Ghia

article suivant ISO Grifo

Page suivante
ISO Grifo

Partagez

réagir

Commentaires