Louis Vuitton Classic 2001

Traditionnel rendez-vous de la rentrée dédié à l'automobile d'exception, le Louis Vuitton Classic 2001, quatorzième du nom, offrait aux amateurs passionnés comme aux néophytes l'occasion de découvrir des voitures hors du commun.

sommaire :

MERCEDES 300 Sc Pinin Farina

Gilles Bonnafous le 09/09/2001

Partagez

réagir

Avec la Mercedes 300, lancée en 1951, Mercedes renoue après la guerre avec sa tradition des limousines de très grand standing. La même année, un coupé dérivé est présenté au salon de Paris, la 300 S, dont la ligne magnifique, le luxe et… le prix exorbitant (34 500 DM contre 19 900 DM pour la 300 déjà très chère) en font le fleuron de la gamme. L'empattement de la berline a été raccourci de quinze centimètres et le moteur porté à 150 ch, grâce notamment à un troisième carburateur Solex.

Quatre ans plus tard, apparaît la 300 Sc, qui se caractérise extérieurement par l'ajout de chromes et de déflecteurs aux vitres latérales. Surtout, la voiture est équipée d'une nouvelle suspension arrière et son moteur reçoit l'injection Bosch, qui lui permet d'offrir 175 ch - une mécanique montée également sur la 300 SL mais poussée à 215 ch. Cette seconde série sera produite jusqu'en 1958 à 200 exemplaires, dont 68 coupés.
MERCEDES
Motorlegend.com
MERCEDES
Motorlegend.com
Pinin Farina n'a réalisé que quatre concept cars sur des châssis Mercedes d'après guerre : deux coupés exécutés en 1955 et 1956 sous la responsabilité de Sergio Pininfarina, le premier sur la base de la berline 300 b, le second sur le coupé 300 Sc. Dans les années soixante, le maître italien exercera son talent sur une Pagode 230 SL et un coupé 300 SEL 6,3 L.
Fred Kriz, un collectionneur américain de Los Angeles, ne possède rien moins que les deux concept cars Pinin Farina 300 b et Sc. Ce sont bien sûr des exemplaires uniques. Celui que nous vous présentons, le 300 Sc de 1956, correspond à une commande spéciale réalisée pour une personnalité transalpine, le docteur Pastora.

La voiture est construite sur le châssis de série (si l'on peut dire s'agissant de voitures fabriquées au compte-gouttes), dont elle emprunte la mécanique. Son design n'est pas sans rappeler celui du coupé 220 S/SE de 1957 dans la ligne de toit et l'épure des ailes arrière. La découpe du panneau de custode et de la lunette arrière annonce par ailleurs les coupés des séries 111 et 112 dessinés par Paul Bracq. De même, les projecteurs sous verre préfigurent ce que seront, en plus développé, les Lichteinheiten de ces modèles. A l'intérieur, on retrouve par contre l'habitacle typiquement Mercedes de la 300, notamment la planche de bord.

C'est à la fin des années 80 que Fred Kriz a fait l'acquisition de ce coupé 300 Sc très exclusif. La voiture se trouvait en assez bon état, mais elle avait été repeinte en blanc, avec un intérieur noir. Il fut décidé de procéder à une restauration complète. Initié au début des années 90, le chantier fut confié à Scott Restaurations, une entreprise située à Van Nuys, près de Los Angeles. La 300 Sc a ainsi retrouvé sa livrée originelle bleu marine et son habitacle le cuir gris - ces couleurs ont été dégagées lors du travail de restauration, car on ne disposait que de photographies d'époque en noir et blanc. Fred Kriz présente régulièrement sa voiture dans les concours d'élégance américains, notamment à Pebble Beach en 1993, où elle fut primée.

Voiture originale, ce coupé 300 Sc Pinin Farina illustre les tentatives des carrossiers italiens d'exercer leur art sur les modèles allemands, en particulier ceux de Stuttgart - un exercice qui n'a pas toujours été des plus convaincant. Outre son caractère exclusif de concept car unique, l'intérêt historique de la voiture tient à ce qu'elle annonce certains éléments du style des coupés Mercedes des années soixante.
MERCEDES
Motorlegend.com
MERCEDES
Motorlegend.com
article précédent ISO Grifo

Page précédente
ISO Grifo

article suivant PORSCHE 917 LH psychédélique

Page suivante
PORSCHE 917 LH psychédélique

Partagez

réagir