Festival Automobile Historique 2004

Premier du nom et, souhaitons-le, d’une longue lignée, le Festival Automobile Historique s’est tenu dans le Domaine National de Saint-Cloud.

sommaire :

MORGAN Four Four Flat Rad

Gilles Bonnafous le 29/05/2004

Partagez

réagir

Présenté aux salons de Londres et de Paris, le roadster Morgan Four Four Flat Rad (pour flat radiator, radiateur plat) sera produit de 1936 à 1950. Il dérive d’un prototype créé en 1935 à partir d’un trois-roues que la marque de Malvern Link a équipé d’un moteur à quatre cylindres et de deux roues à l’arrière, d’où son appellation. Le modèle, qui va connaître le succès, sera bientôt épaulé par une quatre places et par un cabriolet (en 1938).

Morgan, qui n’a jamais été un motoriste, monte sur ses trois-roues des mécaniques Matchless et JAP. S’agissant de la Four Four, deux moteurs sont retenus, le Ford Ten et surtout le Coventry Climax de 1122 cm3, tous les deux à soupapes latérales.
MORGAN
Motorlegend.com
MORGAN
Motorlegend.com
En 1938, la Four Four reçoit un moteur Standard Ten Special extrapolé du populaire groupe latéral de la Standard 9 CV et spécialement construit pour Morgan. Contrairement au Ford et au Coventry Climax, ce quatre cylindres en ligne de 1,3 litre bénéficie de soupapes en tête. Il est accouplé à une boîte de vitesses Moss à quatre rapports montée au centre du châssis. Avec 40 ch, il permet à la Four Four d’atteindre 125 km/h. Seulement 29 voitures en seront équipées jusqu’à la guerre. Cette mécanique continuera d’être montée jusqu’à la fin du modèle en 1950. La voiture évoluera ensuite vers la Plus Four, toujours dotée d’une calandre plate mais motorisée par un 1800 cm3 de Standard Vanguard — qui deviendra ensuite Triumph.
MORGAN
Motorlegend.com
MORGAN
Motorlegend.com

Morgan engage la Four Four en compétition, sur circuit mais surtout en courses de côte, voire en trial, spécialité dont les Britanniques sont friands — raison pour laquelle la voiture est dotée de deux roues de secours à l’arrière. En 1937, plusieurs châssis de course sont préparés (raccourcis et dotés d’ailes de moto) qui reçoivent le 1098 cm3 Coventry Climax. La Four Four est alignée aux 24 Heures du Mans en 1938, où elle se classe treizième au général (pilotée par une jeune femme, Prudence Fawcett, et par G. White), ainsi qu’en 1939 (quinzième avec G. White et C.M. Anthony). Jusqu’à la guerre, la voiture prend part notamment aux 3 Heures de Brooklands (victoire de classe en 1938), au RAC et à Donington.
MORGAN
Motorlegend.com
MORGAN
Motorlegend.com
Sa Four Four Flat Rad, un modèle de 1938 à moteur Standard, Jean-Louis Donaz l’a trouvée en France à la fin des années 70. Dans un état que l’on qualifiera d’usage avancé, elle nécessitait une remise en état complète. Ce qui fut fait. Elle arbore aujourd’hui sa carrosserie d’origine avec ses ailes « swift » descendant jusqu’aux roues arrière. Depuis 25 ans, Jean-Louis Donaz a beaucoup roulé dans sa Morgan, avec aussi son épouse qui en prend régulièrement les commandes comme ce fut le cas dans la course de côte du Festival Automobile Historique. Il ne s’agit certes pas d’une voiture de course mais d’un modèle sportif agréable à conduire et assez simple, à l’image des MG de la même époque.

La Four Four de Jean-Louis Donaz a participé à maints rallyes, notamment à la grande époque du Paris-Deauville, du Paris-Vichy et des Coupes de l’Age d’Or (en série compétition comme en démonstration), puis au Vintage Montlhéry. A son volant, Jean-Louis Donaz a également réalisé de nombreuses sorties de week-end en Angleterre en compagnie de Jacques Potherat, à Goodwood et à Brooklands.
MORGAN
Motorlegend
MORGAN
Motorlegend.com
article précédent MATRA Djet V

Page précédente
MATRA Djet V

article suivant TALBOT T 120 Baby Sport

Page suivante
TALBOT T 120 Baby Sport

Partagez

réagir