Festival Automobile Historique 2004

Premier du nom et, souhaitons-le, d’une longue lignée, le Festival Automobile Historique s’est tenu dans le Domaine National de Saint-Cloud.

sommaire :

VOLVO P 1800 ES

Gilles Bonnafous le 29/05/2004

Partagez

réagir

La première P 1800 fait son apparition en janvier 1960 dans le cadre du salon de Bruxelles. Il s’agit d’un coupé, dont la paternité du style manque de clarté. La ligne aurait été dessinée en Italie, chez Frua, par un Suédois, Pelle Pettersson, le propre fils de Helmer Pettersson, le responsable du projet P 1800 et précédemment auteur de la PV 444.

Volvo étant à court de moyens de production, la P 1800 est d’abord construite par Jensen Motors en Grande-Bretagne avec une carrosserie réalisée par la Pressed Steel Co Ltd dans son usine de Linwood en Ecosse. La voiture ne sera réellement mise en production qu’en 1961. La mécanique et la transmission sont empruntées aux berlines Amazon 121/122 S. Le quatre cylindres en ligne type B 18 de 1778 cm3 (à l’origine un bloc de V8 utilitaire coupé en deux) développe 100 ch.
VOLVO
Motorlegend.com
VOLVO
Motorlegend.com
La P 1800 sera popularisée par la série télévisée «Le Saint», dont la vedette, Roger Moore, apporta à la voiture une publicité plus efficace que n’aurait pu le faire la marque par tout autre moyen. Au cours de sa longue carrière, le modèle connaîtra plusieurs évolutions, qui concernent essentiellement la mécanique. Celle-ci passera à 108 ch, puis à 115 ch, avant d’être remplacée en 1968 par le deux litres de 118 ch. L’année suivante, la voiture bénéficie de l’injection électronique Bosch et devient 1800 E (130 ch). Cette nouvelle mouture est reconnaissable à sa grille de calandre noir mat.

Pour relancer le modèle, Volvo lance en 1971 une nouvelle version, dont la partie arrière a été complètement redessinée en break de chasse par l’Italien Coggiola. Un traitement original qui offre à la voiture un charme singulier et très exclusif. Entièrement réalisé en verre, l’immense hayon arrière reçoit des charnières et une poignée directement montées sur la vitre. En outre, cette formule présente le grand avantage, pour une voiture de sport, de bénéficier d’un coffre de dimensions généreuses.
VOLVO
Motorlegend.com
VOLVO
Motorlegend.com

Doté de l’injection électronique Bosch D-Jetronic, le moteur B 20 E de deux litres et 135 ch SAE permet à la voiture d’atteindre les 185 km/heure — elle reçoit la dénomination de P 1800 ES (ES pour Einspritzung, injection en allemand). Equipés du moteur B 20 F, les modèles américains voient leur puissance ramenée à 125 ch en raison des normes antipollution.

La carrière écourtée de la P 1800 ES ne durera que deux ans, la production s’arrêtant en juin 1973 avec seulement 8078 exemplaires fabriqués. Cette faible diffusion alliée au caractère très exclusif du modèle en a fait une voiture culte. Au total, Volvo a construit près de 47 500 « 1800 », dont la majorité exportée aux Etats-Unis (80% sur les trois dernières années de production).
VOLVO
Motorlegend.com
VOLVO
Motorlegend.com
La 1800 ES avec laquelle son propriétaire, Mathias Dautriat, est venu au Festival Automobile Historique a été vendue neuve en France par Bolinders au mois d’avril 1972. Elle porte le numéro de châssis 1222. « Dingue » du modèle depuis son enfance, Mathias Dautriat, qui recherchait une ancienne fiable et élégante, l’a trouvée par hasard dans un journal de petites annonces. Acquise en 2001 avec 65 000 kilomètres d’origine au compteur, elle présentait un état extérieur fort médiocre.

Abondamment bosselée, la carrosserie a été reprise et gratifiée d’une superbe peinture, tandis que la Volvo retrouvait sa configuration d’origine à l’exception des roues peintes en noir, une fantaisie que s’est autorisé Mathias Dautriat. Ce dernier, qui l’utilise quasi quotidiennement, a déjà parcouru 40 000 kilomètres à son volant. Et il compte bien continuer…
VOLVO
Motorlegend.com
article précédent TALBOT T 120 Baby Sport

Page précédente
TALBOT T 120 Baby Sport

Partagez

réagir

Commentaires