Festival Automobile Historique 2004

Premier du nom et, souhaitons-le, d’une longue lignée, le Festival Automobile Historique s’est tenu dans le Domaine National de Saint-Cloud.

sommaire :

DE TOMASO Pantera GTS

Gilles Bonnafous le 29/05/2004

Partagez

réagir

Snobées par certains « puristes », les italo-américaines ne manquent pourtant pas d’arguments pour séduire les collectionneurs. Certes, leurs mécaniques rustiques ne sauraient revendiquer un quelconque raffinement. Mais les V8 de Detroit offrent le privilège de conjuguer la puissance et le souffle à la simplicité technique et à l’économie d’entretien. Ce qui n’est pas rien pour des véhicules qui ne roulent pas tous les jours ! Conçue en Italie et motorisée par une mécanique Ford, la De Tomaso Pantera appartient à cette race.
DE TOMASO
Motorlegend.com
DE TOMASO
Motorlegend.com
Arrivé en Italie en 1955, l’argentin Alessandro de Tomaso crée sa propre entreprise automobile près de Modène quatre ans plus tard. Associée à Ford, la marque présente en 1969 la Pantera. Dévoilée au salon de New York de 1970, la voiture se voit assigner un objectif clair, se lancer à l’assaut du marché américain et concurrencer si possible la Chevrolet Corvette. A la très exclusive et sublime Mangusta de 1966, déjà motorisée par un V8 Ford de 4,7 litres, succède donc un modèle dont la vocation est d’offrir à la firme une dimension industrielle.

Basse et agressive dans ses formes, la Pantera ne manque pas d’allure ni de personnalité, même si ses lignes acérées ne peuvent rivaliser avec la Mangusta, l’un des chefs-d’œuvre de Giorgietto Giugiaro. Son design est dû à un styliste américain, Tom Tjaarda, fils de John Tjaarda, auteur en 1933 des premiers dessins de la Lincoln Zephyr. La carrosserie de la Pantera est fabriquée par Vignale à Turin.
DE TOMASO
Motorlegend.com
DE TOMASO
Motorlegend.com

Techniquement, la voiture a été conçue et développée par deux ingénieurs de renom, Dallara, un ancien de Lamborghini, et Bertocchi (ex-Maserati). Sa structure autoportante en acier reçoit la mécanique en position centrale arrière. L’âme (forte) de la Pantera est le V8 Ford Cleveland de 351 c.i. (5,7 litres), un groupe coupleux à souhait et bourré de chevaux accouplé à une boîte de vitesses ZF à cinq rapports. Toutefois, la voiture n’est pas légère (plus de 1400 kilos).

La Pantera va connaître plusieurs variantes et évolutions. Dès 1977, elle est épaulée par une version GTS, dont le moteur développe 330 ch SAE contre 300 ch à la Pantera « de base ». Le couple atteint alors 45 mkg à 3500 tr/mn et la voiture dépasse les 250 km/h. Sous ses diverses définitions, y compris la GT5 de 350 ch présentée en 1980, la Pantera sera construite à 7260 exemplaires entre 1970 et 1991 — dont l’essentiel au cours des trois premières années de production.
DE TOMASO
Motorlegend.com
DE TOMASO
Motorlegend.com
La Pantera GTS présente au Festival Automobile Historique est un modèle de 1973. Mais la voiture a reçu le look plus agressif de la GT5, dont la panoplie se compose de roues chaussées de pneus de 335 à l’arrière et de 285 à l’avant, d’un spoiler, ainsi que d’élargisseurs d’ailes et de bas de caisse. Quant à l’aileron qu’elle porte à l’arrière, il appartient au dernier modèle de la Pantera.

Son propriétaire la possède depuis dix ans. Achetée en Californie, la voiture a bénéficié d’une restauration totale. L’intérieur a reçu une sellerie en cuir Connolly et la carrosserie une livrée bleu nuit. Techniquement, le moteur a subi une légère préparation et l’efficacité du freinage (point faible du modèle) a été nettement améliorée.
DE TOMASO
Motorlegend.com
DE TOMASO
Motorlegend.com
article précédent BUGATTI Type 51

Page précédente
BUGATTI Type 51

article suivant DELAHAYE 135 Compétition

Page suivante
DELAHAYE 135 Compétition

Partagez

réagir

Commentaires