Tour d'Espagne 2000

Tour d'Espagne 2000 Contrairement à la grande majorité des épreuves historiques, le Tour d'Espagne n'est pas le prolongement, la renaissance ou l'évocation d'une épreuve existant auparavant, comme par exemple le Tour Auto ou le Monte-Carlo historique. Le Tour d'Espagne a été créé de toute pièce pour satisfaire la demande de collectionneurs espagnols et portugais, désireux de disputer une grande épreuve dans la péninsule ibérique. Par ailleurs, en cette période de début d'hiver où le climat commence à devenir bien désagréable dans l'Europe du nord, la course espagnole a un attrait certain pour clore en beauté la saison. L'ossature du Tour d'Espagne, dont la seconde édition vient de se disputer, est calquée sur celle du Tour Auto : rien d'étonnant, car il s'agit dans les deux cas du même organisateur, Patrick PETER, qui opère en Espagne en partenariat avec Carlos De MIGUEL et le RACE. Le Tour d'Espagne comprend plusieurs étapes, quatre en plus d'un court prologue, composées d'un parcours routier émaillé de plusieurs épreuves, soit sur circuit, soit sur route fermée à la circulation. Tout comme le Tour Auto, il est possible de s'inscrire dans l'une des deux catégories : compétition ou régularité. Dans le premier cas, le classement est déterminé par le chrono le plus rapide en circuit comme en spéciale. Dans le second cas, il ne s'agit plus de vitesse, mais de s'approcher le plus près possible d'une moyenne. En circuit, le temps de référence est établi après plusieurs tours d'essai et doit être respecté durant trois tours. La régularité est un exercice délicat, pas si évident à maîtriser même si les qualités de pilotage ne sont alors plus prépondérantes. L'importance du navigateur est déterminante, qui dicte au pilote la cadence à tenir et surveille les écarts en prenant de nombreux repères. Enfin, en régularité comme en vitesse, n'oublions pas que le co-pilote doit aussi lire le road-book (carnet d'itinéraires) et pointer à l'heure idéale à chaque contrôle horaire.

 Détente pour le Club Porsche de France

Détente pour le Club Porsche de France

Très porté sur les circuits, le Club Porsche de France a toujours une saison très chargée, succès oblige.

 L

L'épreuve

Résumé et temps forts des cinq jours d'épreuves disputées dans les catégories compétition et régularité.

 Tour d

Tour d'Espagne 2000

Contrairement à la grande majorité des épreuves historiques, le Tour d'Espagne n'est pas le prolongement d'une épreuve existant auparavant...

ASTON MARTIN DB2/4

ASTON MARTIN DB2/4

Engagé dans la catégorie compétition, le sympathique équipage britannique Simon Jefferies et Peter Flood courait sur une Aston Martin DB 2/4 Mk III de 1959.

ASTON MARTIN DB3S

ASTON MARTIN DB3S

La voiture alignée au Tour d'Espagne par Lucas Huni et Gary Pearson n'est autre celle classée à la seconde place des 24 heures du Mans 1956, piloté par Moss/Collins.

BMW 507

BMW 507

La BMW 507 alignée en Espagne par un équipage britannique, Richard et Jennifer Wills, est l'une des 252 voitures produites.

FERRARI 365 GT 4 BB

FERRARI 365 GT 4 BB

André Cadiou n'a pas manqué de venir goûter les charmes de l'automne andalou avec sa Ferrari 365 GT 4 BB lors du Tour d'Espagne.

PANHARD Monopole

PANHARD Monopole

Plus petite cylindrée du Tour d'Espagne, la Panhard Monopole de Bernard Deligny n'en était pas moins une des plus intéressantes voitures du plateau.

PORSCHE 550 RSK spider

PORSCHE 550 RSK spider

Alignée par un équipage espagnol, Fernandez et Andrade, la Porsche 550 RSK est l'un des derniers spiders 550 construits en 1959.