Monte-Carlo Historique 2001

Interview de Bernard Ricou

Yves Gallet le 31/01/2001

Partagez

réagir

Bernard Ricou est le fils d'André Ricou, qui fut concessionnaire Citroën à Chambéry et pilote entre 1950 et 1960. La famille Ricou était très impliquée dans la région avec la marque au double chevron, puisque l'oncle de Bernard possédait la concession de Grenoble alors que l'aventure avait débutée avec son grand-père. André Ricou a préparé des DS pour la course et même construit plusieurs coupés et une barquette de course sur base de DS Citroën. Bernard a participé cette année au Monte-Carlo historique en compagnie de Patrick Blanchard à bord d'une Porsche 914/6.

Y. Gallet
Motorlegend : pourquoi cette participation au Monte-Carlo?

Bernard Ricou : Je suis avant tout un passionné de voitures anciennes et je me retrouve aujourd'hui dans ce Monte-carlo en compagnie de mon ami Patrick Blanchard. Je dois dire qu'avant de rencontrer des ennuis avec le câble d'embrayage de la Porsche 914, tout s'est vraiment bien passé. Je ne m'attendais vraiment pas à trouver autant de neige et pour une première participation au Monte-Carlo historique, je suis vraiment très heureux.

ML : vous roulez habituellement avec la barquette que votre père a construite à l'époque...

Bernard Ricou : Oui. Après plusieurs coupés, en fait des DS raccourcies, mon père s'est lancé dans la fabrication de cette barquette en vue de faire des courses de côte. Il s'est essayé avec une seule fois en rallye, et a gagné le Neige et Glace 1961. Le châssis est une base de DS raccourcie. La barquette est très légère; elle est en alu et pèse 780 kg. Il y a eu plusieurs versions. Au début c'était simplement une DS raccourcie sans toit, puis la partie avant a été profilée. La dernière version, telle qu'est la voiture actuellement, a fait l'objet d'une étude en soufflerie qui lui donne cet aspect caractéristique avec les deux roues arrière dans une sorte de carénage et le capot avant qui s'ouvre à l'envers, un peu comme celui d'une Jaguar E. La mécanique était vraiment préparée : elle développait 120 ch contre 63 ch à l'origine. Mais c'était vraiment fragile!

ML : Pouvez-vous nous en dire plus sur cette préparation?

Bernard Ricou : Au début c'était une préparation Conrero, puis le travail a été fait au garage. L'alimentation était confiée à deux Weber double-corps de diamètre 45, avec un arbre à cames spécial. Le bas moteur a été équilibré, bielle, volant-moteur, vilebrequin. Pour s'approcher le plus près possible de la limite de classe (moins de deux litres), la cylindrée a été portée à 1990 cm3, d'où de plus gros pistons, et une culasse spéciale. La boite de vitesses est la boite hydraulique classique qui permet de freiner avec le pied gauche. Pour permettre de meilleurs démarrages en course de côte, la pédale actionnant normalement le frein de parking sert en fait d'embrayage juste pour le premier rapport. Aujourd'hui je participe au volant de cette voiture avant tout pour l'entretenir. Mais la mécanique, vraiment trop fragile, a été remplacée lorsque nous avons remis en route la voiture il y a vingt ans par un moteur DS 19 de 83 ch. Nous avons aussi amélioré le refroidissement. Mais pour le reste la voiture est dans son jus et c'est un grand plaisir de rouler à son volant.
article précédent  Historique du rallye de Monte-Carlo

Page précédente
Historique du rallye de Monte-Carlo

article suivant  Interview de Cesare Fiorio

Page suivante
Interview de Cesare Fiorio

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de Raidersv-88200
Raidersv-88200 a dit le 18-12-2014 à 09:48
Neige et Glace 1961 sur le Classement général Aucune mention du Coupé Citroen ANDRE RICOU en 1961. Voir lien suivant: http://barisis.free.fr/ds/dsport.htm où rien n'est mentionné .... pour le Classement de ce Coupé ...
avatar de Raidersv-88200
Raidersv-88200 a dit le 18-12-2014 à 09:38
Encore une Belle Réussite Artisanale. au Chevron .. Perso eu 2 DS 23 Carburateur -13cv.