Monte-Carlo Historique 2001

Interview de Cesare Fiorio

Yves Gallet le 31/01/2001

Partagez

réagir

Ancien directeur sportif de l'équipe Lancia, principalement en rallye, mais aussi en endurance, Cesare Fiorio a quitté le monde du rallye lorsque l'équipe Lancia s'est écartée du championnat du monde. Cesare a alors entamé une carrière en Formule 1, tout d'abord chez Ferrari puis actuellement chez Minardi. Le Rallye Monte-carlo historique a été l'occasion de le voir au volant, bien que pour des questions d'emploi du temps, il n'ait pu disputer que la dernière étape, la fameuse "nuit du Turini". Il pilotait pour l'occasion une... Lancia Fulvia 1600 HF, une auto du même type que celle qui s'est imposé dans le Monte 1972 aux mains de Sandro Munari.

Y. Gallet

Y. Gallet
Motorlegend : Quelles sont vos impressions alors que vous allez prendre le départ dans quelques minutes?

Cesare Fiorio : c'est une grande émotion car pour une fois je vais être au volant de la voiture et non plus quelquefois dans la montagne à choisir des pneus ou quelque chose comme ça. J'ai toujours pensé que ça devait être formidable de faire au moins une fois la nuit du Turini. Alors me voila! C'est une bonne occasion de connaître un peu les mêmes émotions que mes pilotes ont eu pendant si longtemps.

ML : Quel est votre souvenir le plus poignant de tous vos Monte-Carlo?

Cesare Fiorio : je crois que nous avons dû gagner avec l'équipe Lancia 10 ou 12 fois le Monte-Carlo mais je pense que c'est toujours la première fois qui compte le plus. C'était en 1972 avec Sandro Munari. A l'époque l'équipe Lancia n'était pas encore très réputée. On avait essayé plusieurs fois de gagner. On a fait deux fois deuxième. Alors quand on a gagné ici ça été une grande fête pour tout le monde.

ML : Vous apparaissez déjà sur les listes d'engagés du Monte-Carlo 1962...

Cesare Fiorio : C'est exact. J'ai disputé Monte-Carlo 1962 comme pilote sur une Lancia Flaminia. Une grosse voiture très encombrante. C'est ma seule participation mais je me souviens parfaitement de tout. Nous sommes sorti dans le ravin au col du Granier; nous avons réussi à retourner sur la route. Nous avons naturellement été très retardés mais c'était une très belle expérience.
article précédent  Interview de Bernard Ricou

Page précédente
Interview de Bernard Ricou

article suivant  Interview de Claude Roure

Page suivante
Interview de Claude Roure

Partagez

réagir

Commentaires