Monte-Carlo Historique 2001

Interview de Michel Ferry

Yves Gallet le 31/01/2001

Partagez

réagir

Michel Ferry occupe de nombreuses fonctions au sein de l'Automobile Club de Monaco. Il est notamment Président de la Commission des Voitures de Collection et Directeur de Course du rallye Historique.

Y. Gallet

Y. Gallet
Motorlegend : Quelles sont les nouveautés de cette 4è édition du Monte-carlo Historique?

Michel Ferry : Il n'y en a pas! Sauf en ce qui concerne le nombre des participants. Nous avions prévus 220 places et avons été fort surpris de recevoir 327 demandes. Ce qui pose naturellement des problèmes d'organisation, notamment d'occupation hôtelière. Nous avons donc limité cette année à 262 voitures, en acceptant les plus belles et en refusant l'armada des Porsche 911 et des Alpine parce qu'un rallye composé seulement de Porsche et d'Alpine est déplaisant. A côté de ça, il n'y a malheureusement qu'une seule Jaguar Mk II, aucune Panhard, alors qu'une PL17 marche très bien sur la neige, pas de 4CV, de Dauphine, de 403. Pour le côté culturel, pour le public, nous aimerions une gamme de voitures encore plus étendue. A l'avenir nous réfléchissons sur l'introduction de coefficient en fonction de l'âge des voitures, comme le prévoit d'ailleurs le règlement standard FIA des épreuves de régularité qui utilise les deux derniers chiffres de l'année de production en coefficient de pénalité.

ML : Le rallye historique semble désormais bien lancé. Pensez-vous admettre plus de concurrents dans l'avenir?

Michel Ferry : Cela pose un double problème. Hôtelier, tout d'abord car il y a de nombreuses manifestations et congrès à Monaco fin janvier, avec des réservations hôtelières qui se font plusieurs années à l'avance. Ensuite se pose le problème de l'occupation des routes: avec 250 voitures, un passage dure plus de quatre heures. C'est déjà énorme. Au fil des années on a perdu l'habitude des Monte-Carlo avec 400 voitures. Les riverains ne comprennent plus. La solution réside peut-être en donnant les départs toutes les 30 secondes, ce qu'autorise maintenant la FIA dans les épreuves de régularité.

ML : Quels sont les autres projets pour 2002?

Michel Ferry : Outre d'essayer d'accepter plus de concurrents, nous ouvriront deux villes de départ supplémentaires: Athènes et Marakech qui nous ont contacté dans ce sens. Avec sans doute une limitation du nombre de concurrents par ville. Par ailleurs il est possible que nous établissions une alternance entre Vals-les-Bains et Chambéry comme ville de rassemblement.
article précédent  Interview de Claude Roure

Page précédente
Interview de Claude Roure

article suivant  La légende revisitée

Page suivante
La légende revisitée

Partagez

réagir

Commentaires