Monte-Carlo Historique 2001

Le parcours

Yves Gallet le 31/01/2001

Partagez

réagir

Parcours de classement 1ère partie

Quatre épreuves sont au programme, et pas des moindres puisqu'il s'agit de Burzet-St Martial, St Bonnet-le-Froid, La Louvesc et St Pierreville-Antraigues, quatre spéciales particulièrement réputées pour leur sélectivité.
La plus difficile est celle de Burzet, balayée par une forte burle qui rend en certains endroits la visibilité très précaire. La neige est encore tombée en abondance durant la nuit et le paysage dans la traversée de la forêt est grandiose. La progression des voitures ne se fait pas sans quelques problèmes : les équipiers doivent parfois descendre de voiture pour pousser et il se forme de temps à autre des petits trains quand un obstacle retarde plusieurs concurrents.
J.M.Sole Valls et E.Mir Teixidor à bord d'une Seat 124.1430 de 1975
J.M.Sole Valls et E.Mir Teixidor à bord d'une Seat 124.1430 de 1975 Y. Gallet
Eric Mallenau volant d'une Porsche 356 B de 1962
Eric Mallenau volant d'une Porsche 356 B de 1962 Y. Gallet
Les premiers du classement provisoire ne sont pas à la fête; ils doivent ouvrir la route. Cool, parti second rattrape le premier, Bonardi, dans le village et attaque la descente en tête. Las, une voiture de riverain, immobilisée en travers de la route, oblige le pilote de la Porsche à le contourner. Dans la manœuvre, il se plante dans la congère, perd plus d'une heure avant d'être dégagé et abandonne. Rappelons que le pilote belge avait remporté le rallye il y a deux ans.
Après ce dantesque Burzet, les spéciales suivantes apparaissent bien plus faciles, même St-Bonnet-le-Froid, pourtant en partie enneigé. Après une neutralisation à La Louvesc, et l'épreuve qui suit, les équipages en terminent avec l'étape par la dernière épreuve de la journée, celle de St Pierreville. Ici plus de neige mais de nombreux concurrents se trompent de route et arrivent au Col de la fayolle sans passer par le contrôle intermédiaire de St Julien du Gua. Ce n'est plus la neige qui tombe, mais les pénalisations.

Parcours commun 2ème partie

Il faut se lever très tôt ce lundi matin : les premiers départs ont lieu dès 5h30 en direction de la spéciale de St Jean en Royans. On la suppose sèche : erreur, elle est largement verglacée. Là aussi, tout le monde ne trouve pas la bonne route et certains préfèrent les abîmes de Combe-Laval plutôt que le Col de l'Echarasson.
Avec le jour apparaît un beau soleil et toute la fin de l'étape est parcourue par un temps splendide. La facilité relative des routes, maintenant sèches, laisse peut-être aux équipages le plaisir d'admirer le paysage. Trois autres tests de régularité sont au programme : le Col du Corobin, le Col de Faye et le redoutable secteur de Le Mas-Aiglun dont une partie est taillée à flanc de montagne, dans un décor époustouflant de beauté mais également très impressionnant par son étroitesse et la profondeur du ravin.

Y. Gallet

Y. Gallet
La descente sur le port de Monaco est perçue comme une récompense. Passage sur le podium, parc fermé et quelques heures de détente avant le départ de la finale. L'ACM accueille tout le monde par un solide buffet dans une ambiance très festive.

Y. Gallet

Y. Gallet

Parcours final

Cette année il est considérablement allégé puisque une seule boucle est à parcourir contre deux auparavant. C'est la fameuse Nuit du Turini. Quatre spéciales étaient au programme, trois sont disputées, la quatrième est annulée en raison d'un important éboulement. Les conditions de route sont idéales. Les mieux placés au classement général se contentent de rouler avec précaution. D'autres, n'ayant plus rien à gagner, roulent à leur main, c'est à dire qu'ils se font plaisir sans souci du chronomètre et de la régularité. Quelques uns n'ont pas pris part à la dernière étape, soit par contrainte mécanique, soit par choix personnel. Le règlement les y autorise, moyennant pénalisation. Le retour final sur le port se fait dans l'allégresse et la satisfaction d'être venu à bout des difficultés d'un rallye qui restera comme un des plus beaux jamais disputés.

Y. Gallet
Cesare Fiorio
Cesare Fiorio Y. Gallet
Décidément le Rallye Monte-Carlo n'est pas une épreuve comme les autres et sa réputation ne provient pas uniquement du prestige de la Principauté. C'est un véritable rallye, exigeant des équipages comme des mécaniques et même dans sa version historique il tient largement ses promesses.
article précédent  La légende revisitée

Page précédente
La légende revisitée

article suivant Compte rendu

Page suivante
Compte rendu

Partagez

réagir

Commentaires