Le Mans Classic 2006

Le Mans Classic 2006 suivra, du 7 au 9 juillet, les traces de ses aînés et rassemblera à nouveau tous ceux désormais attachés à cet événement qui décline la voiture ancienne autour de ce nom magique, le Mans.

sommaire :

FERRARI 512 BB LM

Gilles Bonnafous le 18/07/2006

Partagez

réagir

La Ferrari 512 BB LM de Jean Guikas appartient à la Série 3, ultime évolution de la génération. Construite pour les 24 Heures du Mans, la BB LM s’inscrit dans la lignée de la 512 BB, présentée en 1976 au salon de Paris. Laquelle remplaçait alors la 365 GT4 BB.

La Série 3 adopte des flancs verticaux à la façon des jupes de la Formule 1. Si la mécanique est pratiquement la même, Ferrari a concentré ses efforts sur l'allégement de la carrosserie dessinée par Pininfarina. Ceci fait des Série 3 les plus légères et les plus performantes des Ferrari 512 BB LM.
FERRARI
Gilles Bonnafous
FERRARI
Gilles Bonnafous
Vendue neuve au NART en 1981, la Ferrari BB LM de Jean Guikas a pris part aux 24 Heures du Mans en 1981 et 1982. Pilotée par Cudini, Gurdjian et Morton, elle se montre, en 1981, au-dessus des autres BB dès les essais. Très véloce en qualification, elle l'est aussi pendant la course, jusqu’à ce que Gurdjian sorte de la piste à quatre heures de l’arrivée. La voiture occupait alors la troisième place.

En 1982, Alain Cudini reprend les commandes avec deux pilotes américains, Morton à nouveau et John Paul. La Ferrari BB LM est troisième quand la boîte de vitesses casse à 15 heures. Pour ne pas perdre le bénéfice de la course, le pilote attend près de la ligne d’arrivée et pousse la voiture sur la ligne à 16 heures : la Ferrari prend la neuvième.
FERRARI
Gilles Bonnafous
FERRARI
D.R.

Un mystère plane sur cette voiture qui s’est avérée la plus rapide de toutes les Ferrari BB LM qui ont couru au Mans. Les commentaires de l’époque parlent d’une mécanique magique. Pourquoi ? L’histoire de cette mécanique particulière paraît assez singulière. Ferrari l’a frappée du prénom, Marion, de l’épouse de Chinetti, le patron du NART. D’aucuns ont pensé que Marion avait financé un moteur spécial. D’où cette marque d’identification. Toujours est-il que cette BB LM est la seule Ferrari, dont le moteur soit estampillé d’un prénom de femme…

Après 1982, la voiture part aux Etats-Unis, achetée par Bob Donner. Elle revient en Europe en 1989 pour être acquise aux enchères par une banque suédoise lors de la vente Coys du Nürburgring. Elle est à cette occasion la Ferrari BB LM la plus chère jamais vendue sous le marteau. Elle passera ensuite entre plusieurs mains avant d’être rachetée par l’Américain Ed Davies en 1999. Ce dernier la fait courir dans le Challenge Ferrari aux Etats-Unis. C’est en 2003 que Jean Guikas en fait l’acquisition. Depuis, il l’aligne dans le challenge Ferrari européen.
FERRARI
Gilles Bonnafous
FERRARI
Gilles Bonnafous
Portant le châssis n°35527, la voiture est la dix-neuvième des 25 BB LM construites. Très peu restaurée, elle a gardé sa configuration d’origine. Si elle n’apparaît pas parfaite du point de vue cosmétique — elle porte quelques traces (légères toutefois) de sa vie de bolide —, elle a le grand mérite d’être authentique. Et elle fonctionne très bien.

Jean Guikas conserve précieusement le moteur Marion dans son garage, ne voulant pas prendre le risque de la casser — même s’il a été restauré aux Etats-Unis il y a trois ans. Il a monté sur sa voiture un douze cylindres boxer classique de BB LM, refait il y a un an.

Rappelons qu’il s’agit d’un cinq litres implanté en position centrale arrière. Doté d’un gros couple, il développe 485 ch et est accouplé à une excellente boîte Ferrari à cinq rapports. Ainsi gréée, la voiture file à 325 km/h.

Jean Guikas loue la fiabilité de sa voiture, sa très bonne aérodynamique, ainsi que l’efficacité de sa suspension. Elle est en effet la première Ferrari BB à avoir profité au Mans des amortisseurs Koni en aluminium, qui sont réglables en compression et en détente. « Par contre, ajoute-t-il, elle freine comme une Ferrari de l’époque, c’est-à-dire très nettement moins bien que les Porsche…».
FERRARI
Gilles Bonnafous
article précédent CONNAUGHT AL/SR

Page précédente
CONNAUGHT AL/SR

article suivant FERRARI 750 Monza

Page suivante
FERRARI 750 Monza

Partagez

réagir

Commentaires