Saga Bentley

BENTLEY Mulsanne

Gilles Bonnafous le 05/12/2006

Partagez

réagir

Pendant de la Rolls-Royce Silver Spirit, la Bentley Mulsanne fait ses débuts au salon de Paris de 1980. Si elle porte le nom du célèbre virage manceau qui termine la ligne droite des Hunaudières — clin d’œil aux nombreuses victoires des machines de W.O. Bentley dans les années trente —, cette limousine de 3,06 mètres d’empattement et de 5,30 mètres de longueur n’a rien d’une voiture de sport — même si elle roule à 195 km/h. Son importance historique n’en est pas moins décisive pour Bentley, car elle inaugure la spectaculaire renaissance de la marque dans les années 80.

La Bentley Mulsanne arbore une ligne modernisée que l’on doit à Fritz Feller. Par rapport à la T, la voiture apparaît plus basse et plus large, et la surface vitrée a été augmentée. Suivront en 1982 la Mulsanne L, version allongée à l’image de la Silver Spur, puis en 1987 la Mulsanne S au caractère plus sportif.
La Bentley Mulsanne
La Bentley Mulsanne Bentley
L’événement majeur a lieu en 1982 au salon de Genève. En lançant la Mulsanne Turbo, Bentley redécouvre les vertus de la suralimentation un demi-siècle après la "Blower". L’explosive Turbo va faire beaucoup de bruit et métamorphoser la vénérable firme. Synthèse de luxe et de sportivité, cette limousine à hautes performances marque en effet à Crewe la fin du "badge engineering", qui consistait à commercialiser des modèles identiques sous des marques différentes. A ce jeu, Bentley avait perdu son identité… et sa clientèle.

La Bentley Mulsanne Turbo s’offre une cavalerie de 50% supérieure à la version atmosphérique. Ses 350 ch (environ, puisque Crewe reste fidèle à son habitude ridicule de ne pas dévoiler la puissance de ses moteurs) en font le plus puissant modèle jamais sorti des usines Rolls-Royce. Malgré son poids (plus de 2,2 tonnes), la voiture passe de 0 à 100 km/h en moins de 8 secondes et atteint de l’ordre de 220 km/h (selon les essais).
La Bentley Mulsanne Turbo
La Bentley Mulsanne Turbo Bentley
La Bentley Mulsanne Turbo
La Bentley Mulsanne Turbo D.R.

Pour supporter le turbocompresseur, le V8 de 6750 cm3 en alliage léger a été modifié (culasses, pistons et soupapes). De même, l’échappement est nouveau.

Le turbo Garrett souffle gentiment à la pression de 0,5 bar dans un carburateur quadruple corps Solex, le système étant doté d’un clapet de décharge. La transmission automatique GM Hydramatic à trois rapports a reçu une démultiplication adaptée au couple très important à bas régime.
La Bentley Eight
La Bentley Eight D.R.
La Bentley Muslanne Turbo RT
La Bentley Muslanne Turbo RT D.R.
Extérieurement, la Bentley Mulsanne Turbo est identifiable à sa calandre peinte dans la couleur de la carrosserie et à son double échappement.

Disqualifiée aux Etats-Unis, où les voitures à carburateurs sont ostracisées (normes antipollution obligent), la voiture est vendue uniquement en Europe (surtout au Royaume-Uni et en Allemagne) et au Proche-Orient. Elle y connaîtra le succès et une centaine d’exemplaires sortira annuellement de Crewe jusqu’en 1985, soit un tiers de la production Bentley.

En 1984, apparaît la Eight, un dérivé atmosphérique de la Mulsanne dont l’équipement et la finition ont été simplifiés. La suspension a également été affermie, ce qui donne à la voiture un tempérament plus sportif.
La Bentley Mulsanne S
La Bentley Mulsanne S Bentley

Malgré ses fortes qualités, la Bentley Mulsanne Turbo est demeurée une Rolls-Royce en termes de comportement routier et de prestations dynamiques.

Lancée en 1985 au salon de Genève, la Turbo R, qui lui succède, se propose de marier les performances du turbo à la suspension de la Eight. Allusion à la Continental Type R des années cinquante, la lettre R est l’initiale de "Roadholding" (tenue de route). La géométrie de la suspension a été totalement revue avec des amortisseurs plus fermes à l’arrière. La direction est aussi plus directe. Ainsi gréée, forte de son confort exceptionnel et de ses 240 km/h, la Turbo R est sans équivalent dans la production mondiale de l’époque. Elle deviendra un best-seller de Bentley.
La Bentley Mulsanne Turbo
La Bentley Mulsanne Turbo D.R.
La Bentley Brooklands
La Bentley Brooklands Bentley
Comme sur tous les moteurs Rolls-Royce, le V8 des Mulsanne reçoit en 1987 l’injection électronique Bosch KE-Jetronic, qui ouvre la voie des marchés américains et japonais. Cinq ans plus tard, la Brooklands atmosphérique remplace la Mulsanne S et la Eight. En 1994, la S Turbo fait son apparition avec un volume de production limité. La Turbo R Sport sera lancée en 1996 avant de céder la place à l’Arnage en 1998.

En 18 ans de production, la Mulsanne et ses dérivés ont transformé Bentley pour en faire la marque la plus dynamique de Crewe.
La Bentley Mulsanne S
La Bentley Mulsanne S D.R.
La Bentley Mulsanne Turbo R
La Bentley Mulsanne Turbo R D.R.
article précédent BENTLEY Mark VI

Page précédente
BENTLEY Mark VI

Partagez

réagir

Commentaires

avatar invité
un internaute a dit le 02-02-2008 à 10:17
Je possède une Mulsane Turbo : grand confort ,silence , belle finition , mais fragilité hydraulique : fuit comme un pannier, fuite provenant de l'intérieur du moteur ,difficulté de situer ; D'autre part le freinage est dangereux à grande vitesse !!! L'habillage bois n'a pas la qualité de la shadow !