La Lotus Seven a 50 ans

Histoire : Les répliques de Seven

Vincent Desmonts le 01/08/2007

Partagez

réagir

Le concept de la Seven, celui de la simplicité, de la légèreté et du plaisir de conduite maximal n'appartient à personne : il est l'essence même de la sportive sans concession. C'est en partant de ce constat – et aussi de la facilité de conception d'un tel modèle ! – que de nombreux amateurs se sont lancés dans la fabrication de répliques plus ou moins fidèles de la Lotus Seven.

Les plus répandues sont sans doute les Westfield. Initialement, le fondateur de la marque Chris Smith avait commercialisé des répliques très fidèles de Seven S1, avec carrosserie en aluminium, ailes et nez réalisés en fibre de verre. Des répliques bien trop fidèles aux yeux de Caterham, qui intentera avec succès une action en justice pour plagiat en 1988. Dès lors, les Westfield arboreront une carrosserie entièrement réalisée en fibre de verre, ce qui permettra par ailleurs d'afficher des tarifs plus compétitifs que ceux des « répliques officielles ». La gamme est aujourd'hui encore assez large, puisqu'elle inclut même la MegaBusa à moteur de moto, ainsi que la « SEiGHT », carrément dotée d'un... V8 ! L'imporation en France reste hélas organisée au compte-gouttes.

Westfield Vincent Desmonts

Donkervoort D8 GT Vincent Desmonts
Si les Westfield représentent une alternative meilleur marché aux Caterham, les Donkervoort, à l'inverse, affichent des tarifs nettement plus élitistes ! Joop Donkervoort importa d'abord les Lotus Seven, puis les Caterham en Hollande, avant de concevoir lui-même « sa » Seven. Depuis, Donkervoort a cultivé sa différence avec un style moins fidèle à l'original, une finition supérieure, des trains roulants plus pointus... et l'apparition de moteurs suralimentés. La gamme repose aujourd'hui sur un 1.8 turbo d'origine Audi, décliné en plusieurs niveaux de puissance, jusqu'à... 270 ch ! Le constructeur a même présenté au dernier salon de Genève un prototype de coupé qui devrait être commercialisé au cours des prochains mois, et qui deviendrait la première réplique de Seven... fermée !

Donkervoort D8 Vincent Desmonts

Donkervoort D8 Vincent Desmonts

Si la Seven reste vivace en Angleterre ou en Hollande, elle n'a pas réussi à durablement s'implanter en France. Ce n'est pourtant pas faute de bonnes volontés, dont celle de Georges Martin. Le petit constructeur des Sables d'Olonne fabrique dans les années 80 et 90 une gamme complète de répliques plus ou moins fidèles : AC Cobra, Morgan, GT40 et... Seven. Martin produira 550 exemplaires de sa réplique, vendue montée ou bien en kit et sans moteur à un tarif défiant toute concurrence. La carrosserie est en polyester, le châssis tubulaire, les liaisons au sol plutôt simples. Le résultat reste concluant, mais Georges Martin finira par jeter l'éponge sous les feux croisés de la concurrence (Caterham et Donkervoort) et du durcissement des normes antipollution.

Une Martin et sa remorque, accessoire spécifique à la Française Vincent Desmonts

Martin Vincent Desmonts
Mais ce panorama serait incomplet sans citer Dax, Marcadier, Sylva, Robin Hood ou encore Birkin... pour ne parler que des répliques les moins rares ! Comme les « vraies », les répliques de Seven ont contribué à forger la légende de la kit car accessible et personnalisable à volonté.

Donkervoort D8 GT Vincent Desmonts

Sylva Striker Vincent Desmonts
article précédent  Les heures de gloire de la Lotus Seven

Page précédente
Les heures de gloire de la Lotus Seven

article suivant  Les Seven en piste

Page suivante
Les Seven en piste

Partagez

réagir