Louis Vuitton Classic 2002

Avec un ensemble exceptionnel de voitures de grande classe, dont 7 Ferrari GTO, le Louis Vuitton Classic 2002 s'est révélé comme un grand cru.

sommaire :

Louis Vuitton Classic 2002

Gilles Bonnafous le 06/09/2002

Partagez

réagir


Ferrari 250 GTO Motorlegend.com

La cour d'Honneur : Ford GT 40 1968 Motorlegend.com
Le Louis Vuitton Classic n'a pas manqué à sa réputation d'éminente manifestation internationale de voitures de collection. Le millésime 2002 s'est même révélé particulièrement excellent. Toutes les voitures exposées présentaient un vif intérêt à titre ou à un autre : design, technologie, rareté, état de conservation ou restauration, historique, etc. Une preuve ? Un exceptionnel parterre de Ferrari 250 GTO ne réunissait pas moins de sept exemplaires du modèle à l'occasion de son quarantième anniversaire. Le public pouvait admirer quatre berlinettes Scaglietti représentantes du modèle originel de 1962 et trois exemplaires différents : la 4713, carrosserie unique de 1963 due à Pinin Farina, la 5573, deuxième des trois voitures construites en 1964 avec une carrosserie style 250 LM, et la 4091, l'une des quatre GTO de 1962 recarrossées chez Scaglietti avec la robe de 1964.

Comme le veut la tradition, la pelouse d'honneur de l'orangeraie de Bagatelle accueillait une exposition de véhicules hors-concours. Voitures d'artistes pour l'an dernier, machines illustrant la Femme et l'Automobile en 2000, ce cadre prestigieux reçoit toujours un plateau d'automobiles de premier plan. Cette année, le thème retenu se voulait un " hommage aux belles américaines : cent ans de design automobile à travers six pièces d'exception ".

La cour d'Honneur : Cadillac Eldorado Biarritz 1959 Motorlegend.com

La cour d'Honneur : Duesenberg J 1931 Motorlegend.com


La Ford T, chef-d'œuvre du design automobile ? Motorlegend.com

La cour d'Honneur : Kurtis Offenhauser 1957. Motorlegend.com
Hélas, au regard de cette pompeuse annonce, c'est la moitié du plateau qui était hors sujet. Quelle mouche a donc piqué les organisateurs de la manifestation pour introniser sur l'Olympe du design automobile une Ford T, une monoplace d'Indianapolis à moteur Offenhauser et une Buick Regal de 1983 ?

Que la Ford T soit une voiture attachante et qu'elle ait joué un rôle historique majeur ne saurait être contesté. Mais que cette vilaine araignée noire, déjà abusivement proclamée voiture du siècle, puisse passer sur la pelouse de Bagatelle pour un parangon de beauté relève proprement du canular. Quant à la Kurtis Offenhauser, elle affiche la ligne banale d'une Indy car de son époque. Et la Buick Regal incarne le design peu inspiré des années 80.

Si les voitures pouvaient parler, nous aurions demandé à la Duesenberg J, somptueux chef-d'œuvre des années trente, à la Cadillac Eldorado Biarritz 1959, sommet du délire esthétique d'Harley Earl, et à la sublime Ford GT 40, ce qu'elles pensaient de ce voisinage aussi invraisemblable qu'incongru.

La cour d'Honneur : Buick Regal 1983. Motorlegend.com

La cour d'Honneur : Ford GT 40 1968. Motorlegend.com


Renault Talisman Motorlegend.com

Mercedes F 400 Carving Motorlegend.com
Plus intéressant apparaissait l'espace dédié aux concept cars, qui avait émigré cette année du recoin où ils étaient habituellement confinés vers les feux de la rampe - l'entrée du village VIP. On pouvait découvrir, ou revoir, ces voitures de rêve dévoilées à l'occasion des derniers salons automobiles (2001 et 2002) : la Renault Talisman, un coupé GT à moteur V8 Nissan, dernière création de la marque au losange, la Mercedes F 400 Carving, un roadster dont l'angle de carrossage des roues peut être modifié jusqu'à 20 degrés, deux superbes réalisations de Giorgetto Giugiaro, l'Alfa Romeo Brera et l'Aston Martin Twenty Twenty, la Cadillac Cien, dont le V12 Northstar de 7,5 litres développe 750 ch, le cabriolet de loisirs quatre places Mitsubishi S.U.P, les Peugeot RC Pique et Carreau, ainsi que la BMW CS1.

Cadillac Cien Motorlegend.com

Alfa Romeo Brera Italdesign Motorlegend.com

Partenaire du Louis Vuitton Classic 2002, Mercedes-Benz exposait hors-concours un ensemble de coupés anciens, dont un 320 N de 1937 et un 300 S de 1951. Venue du musée d'Untertürkheim, une W 196 R de 1954 fit un " tour de piste ", c'est-à-dire le tour de la cour d'honneur, en même temps que plusieurs monoplaces également présentées sur la pelouse de Bagatelle, dont une Ferrari 555 Super Squalo (1955) et deux Maserati, une 250 F et une Tipo 26B de 1927 - et à l'exception de la Gordini type 16 qui refusa de démarrer.

Pour marquer la renaissance de Maybach avec le lancement de la limousine au prochain Mondial de l'Automobile, deux monstres sacrés de Friedrichshafen avait fait le déplacement : deux cabriolets Zeppelin DS8 carrossés par Spohn, appartenant à André Lecoq et à Charles Renaud, le célèbre collectionneur de Neufchâtel (Suisse). De même, il ne fallait pas manquer une Métallurgique de 1907, monstrueuse voiture de records construite par la marque belge et motorisée par un moteur d'avion Maybach Zeppelin, un six cylindres de 21 litres…

Mercedes-Benz 300 S. Motorlegend.com

La Ferrari 555 Super Squalo et le parterre des monoplaces. Motorlegend.com
Toujours chez les ancêtres, Renault Histoire et Collection présentait un taxi de la Marne type AG, tandis qu'à deux pas un collectionneur privé exposait un coupé chauffeur Nervastella carrossé en 1933 par Binder. L'âge d'or des années trente était notamment illustré par deux Hispano-Suiza, une magnifique Duesenberg J (primée), une Panhard X72 carrossée en 1934 par Gaston Grümmer et présentée par son fils Philippe, une Packard 120 coupé chauffeur de 1938 réalisée par Franay, un coupé en aluminium Delahaye 135 Figoni (châssis court et moteur de 135 S) sortant de restauration (primé) et une Mercedes 500 K cabriolet B de 1936 (également primée).

Coupé chauffeur Renault Nervastella carrossé par Binder, 1933. Motorlegend.com

Mercedes W 196 R 1954. Motorlegend.com


Imperial Crown 1961. Motorlegend.com

Delahaye 135 Figoni. Motorlegend.com
Pour l'après-guerre, nous citerons, dans des genres fort différents, l'Aston Martin Atom, un prototype usine développé à partir de 1940, une Cadillac l'Eldorado 1953 et la BMW coupé spécial Leblond de 1955, demeurée " dans son jus ". Tel n'était pas le cas des bêtes à concours appartenant à des collectionneurs américains, dont les restaurations ont été réalisées au standard de Pebble Beach. But atteint pour l'Aston Martin DB4 GT Zagato et la Ferrari 342 America primées par le jury du concours. Dans un tout autre style, l'Imperial Crown de 1961 reçut le prix de l'audace. A double titre : pour la qualité de sa restauration (la voiture était en épave) et pour son design baroque dû à Virgil Exner.

Titre de " Best of show ", c'est-à-dire lauréate toutes catégories, pour l'Alfa Romeo 6C 2500 coupé Touring (châssis Super Sport à empattement court), un chef-d'œuvre esthétique et une restauration du meilleur niveau. Un honneur mérité pour cette merveille, qui, sortant de l'atelier où elle a retrouvé sa splendeur d'antan, effectuait à Bagatelle sa première sortie !

"Best of show" : Alfa Romeo 6C 2500 coupé Touring. Motorlegend.com

Metallurgique Maybach 1907. Motorlegend.com
article suivant ASTON MARTIN DB4 GT Zagato

Page suivante
ASTON MARTIN DB4 GT Zagato

Partagez

réagir