Tour Auto 2005

Pour la première fois depuis la réédition du Tour, les 240 concurrents sont partis de l’Esplanade des Invalides, où était installé la veille le parc fermé.

sommaire :

MORRIS Cooper S

Gilles Bonnafous le 28/04/2005

Partagez

réagir

MORRIS
Motorlegend.com
MORRIS
G.Bonnafous
Au Tour Auto comme au Mans Classic, on a l’habitude de rencontrer Pierre Bos aux commandes de sa Ford GT 40 4,7 litres, une voiture de la Scuderia Filipinetti qui s’illustra aux 1000 Kilomètres de Monza et aux 24 Heures du Mans 1966. Mais cette année, il a décidé de changer de jouet. Le voici donc au volant d’une Morris Cooper S de 1965. Si la cavalerie et le gabarit sont fort différents de l’Américaine du Mans, le plaisir qu’il prend avec sa puce est le même. Voilà bien le véritable esprit sportif et la vraie passion automobile tels qu’on les aime !

Pour Pierre Bos comme pour beaucoup de passionnés de sa génération, la Mini Cooper, c’est un rêve d’adolescence. Qu’il n’a réalisé que récemment, il y a tout juste deux ans. Pour ce faire, il s’est adressé au spécialiste toulousain de la Mini. Ce dernier lui a cédé celle qu’il possédait et qu’il n’utilisait plus depuis une quinzaine d’années. Avant d’être arrêtée, la voiture avait couru dans les années soixante et soixante-dix, participant à des courses de côtes dans le Sud-Ouest. Détail sympathique, elle a conservé son immatriculation d’origine (département du Lot).
MORRIS
G. Bonnafous
MORRIS
G. Bonnafous
La Cooper S a été apprêtée pour participer au Monte-Carlo Historique, une aventure dans laquelle Pierre Bos a été entraîné par son ami Maurice Louche. Les deux complices l’ont couru en 2004 et en 2005. Venu pour le plaisir, Pierre Bos s’y est amusé comme un adolescent, se grisant des travers et dérapages dont n’est pas avare la géniale Mini, sans se soucier le moins du monde du règlement de la régularité.

Légèrement préparé — la culasse a été travaillée —, le 1300 cm3 développe environ 90 ch contre 75 ch à la version de série. Il reçoit l’apport de deux carburateurs SU H4 et, en configuration pointue, il prend allègrement les 7000 tr/mn.

Associé à Jean-Louis Charpentier pour le Tour Auto 2005, Pierre Bos ne s’est pas inscrit en compétition, mais en régularité. Et dans le premier plateau. Pourquoi ? Parce qu’il aime se lever tôt ! Naturellement, il n’aura cure du chronomètre et ira le pus vite possible pour se faire plaisir.

MORRIS
G. Bonnafous
MORRIS
G. Bonnafous
Flash-back sur la belle aventure de la Mini Cooper. Préparateur avisé et champion du monde de Formule 1 en 1959 et 1960, John Cooper souhaitait développer la version sportive d’une voiture populaire. Fasciné par l’extraordinaire tenue de route de la Mini, il se pencha rapidement sur son moteur. C’est ainsi qu’apparut en 1961 la première Mini Cooper motorisée par le quatre cylindres BMC porté à 997 cm3 et 55 ch. Dotée de freins à disque à l’avant, la voiture s’illustra aussitôt en compétition. Trois ans plus tard, elle reçut le 998 cm3 des Riley et Wolseley, dont le couple était sensiblement supérieur.
MORRIS
G. Bonnafous
MORRIS
G. Bonnafous
La première Cooper S, initiatrice d’une lignée légendaire, est lancée en 1963. Gavé par deux carburateurs SU, son moteur de 1071 cm3 développe 70 ch. Pour faire face à l’accroissement des performances, plus de 150 km/h en pointe, ses freins à disques sont dotés d’un servo. Engagée dans de nombreux rallyes, la Cooper S s’impose devant des voitures beaucoup plus puissantes grâce à ses qualités dynamiques, tenue de route et maniabilité. C’est le cas au rallye de Monte-Carlo qu’elle remporte en 1964 avec Paddy Hopkik et Henri Liddon, devançant la grosse Ford Falcon de Ljungfeld.

Le modèle est alors remplacé par deux versions, l’une de 970 cm3 et 65 ch (elle sera abandonnée en 1965), l’autre de 1275 cm3 et 75 ch. Cette dernière se couvre de gloire au RAC, au rallye des Mille Lacs, dans la Coupe des Alpes et au rallye de Monte-Carlo. En principauté, elle remporte la victoire en 1965 et en 1967, après avoir été victime d’une scandaleuse disqualification en 1966, année où elle trusta les trois premières places. S’illustrant également sur les circuits, aux mains de John Handley, John Rhodes et Gordon Spice, la Cooper S 1275 cm3 poursuivra sa carrière commerciale jusqu’en 1971, année où le contrat avec John Cooper ne sera pas renouvelé par la BLMC.
article précédent LANCIA Stratos

Page précédente
LANCIA Stratos

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de J.C.B
J.C.B a dit le 28-08-2012 à 23:42
j'en ai eu 6'(cooper)surtout des austins :c'est la meme chose qui n'a pas conduit ces petits bolides ne peut savoir etconnaitre la joie et le plaisir que l'on eprouve a ne pas confondre avec la mini ;B.M.V rien avoir!! a bon entendeur salut!!