Tour Auto 2002

ALFA ROMEO 33 Daytona

Gilles Bonnafous le 16/04/2002

Partagez

réagir

Comme chaque année, le Tour Auto 2002 a réuni un fort contingent d'Alfa Romeo. Dans sa version Giulietta de 1300 cm3, le quatre cylindres double arbre de la firme milanaise était représenté par plusieurs Sprint (coupé Bertone), SS (Sprint Speciale) et SZ (Sprint Zagato). En définition 1600 cm3 Giulia, il rugissait sous le capot de berlines, de coupés Sprint et Sprint Zagato, de GTA et de deux TZ 1 (Tubolare Zagato). Le bataillon des voitures d'Arese était complété par une 2000 GTAM et une Montreal Groupe IV, ainsi que par une 33/2 Daytona.
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
Nous avons choisi de vous présenter cette dernière, magnifique voiture de compétition entrée dans la légende du sport automobile. De plus, signe d'une tendance qui se confirme d'année en année au Tour Auto, cette 33/2 nous venait du pays du soleil levant.

Engagée en catégorie Sport, la 33/2 était pilotée par Tetsuya Kato, qui participait pour la première fois à la ronde hexagonale. Nous l'avons rencontré alors que la voiture connaissait un ennui mécanique sur le circuit de Magny-Cours. Nous avions remarqué que le moteur " ratatouillait " sur la piste et ce ne fut pas une surprise de la voir quelques instants après, tripes à l'air, entre les mains de ses mécaniciens. Il s'agissait d'un petit problème de circuit électrique qui fut résolu. L'Alfa Romeo terminera le Tour, ralliant Biarritz à la 99ème place du classement Sport.
ALFA ROMEO
G. Bonnafous

La 33/2 appartient à un ami de Tetsuya Kato, passionné d'Alfa Romeo, qui lui a prêtée pour le Tour Auto. Il s'agit d'une version Daytona de 1968 motorisée par le V8 à 90° de deux litres. La voiture est venue de Tokyo par avion avec ses mécaniciens. Egalement fan de la marque au Quadrifolio, Tetsuya Kato possède à titre personnel un coupé Giulia Bertone GTA, qu'il affectionne particulièrement. Il nous a confirmé qu'Alfa Romeo jouit d'une très forte cote au Japon, où la moderne 156 remporte de nos jours un succès indiscutable.
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
ALFA ROMEO
G.Bonnafous
L'origine de la 33/2 (2 pour deux litres) remonte à 1964. L'initiative du projet revient à Autodelta, le service course d'Alfa Romeo, dont l'ingénieur Carlo Chiti vient de prendre la direction. Provisoirement équipé du quatre cylindres 1570 cm3 de la Giulia TZ 2, le premier prototype expérimental apparaît en 1965. C'est l'année suivante qu'est mise au point la version définitive, baptisée " Periscopica " par référence à la peu esthétique prise d'air située sur le moteur.

D'une cylindrée de 1995 cm3 et placé en position centrale longitudinale, le V8 à 90° en alliage léger de la 33/2 développe 270 ch à 9600 tr/mn. Ses quatre arbres à cames en tête sont entraînés par chaînes et ses chambres de combustion hémisphériques sont dotées du double allumage. Accouplée à une boîte-pont à six rapports, cette mécanique offre à la voiture une vitesse de 260 km/h. Son original châssis tubulaire (constitué de trois gros tubes), prolongé à l'avant comme à l'arrière par deux éléments réalisés en aluminium, reçoit une carrosserie en polyester.

Lors de sa première sortie, le 12 mars 1967, la 33/2 connaît la victoire. Mais il ne s'agit que d'une épreuve mineure, la course de côte de Fléron en Belgique. Le véritable objectif assigné à l'Alfa Romeo 33/2 est le Championnat du monde des marques, auquel elle s'attelle en 1968. Engagée aux 24 Heures de Daytona en février, la voiture y apparaît avec une carrosserie profondément remaniée - plus fine et dotée de larges prises d'air latérales à l'arrière. Cette première course dans la nouvelle définition vaudra son surnom à la voiture.
Au cours de la saison 1968, la 33/2 sera équipée selon les circuits d'une carrosserie longue ou courte.
Au cours de la saison 1968, la 33/2 sera équipée selon les circuits d'une carrosserie longue ou courte. G.Bonnafous
Alfa Romeo 33.2 Daytona 1968
Alfa Romeo 33.2 Daytona 1968 G.Bonnafous
Au cours de la saison 1968, la 33/2 sera équipée selon les circuits d'une carrosserie longue ou courte. C'est à la Targa Florio que débute la version de 2,5 litres du V8 dans une barquette confiée au Sicilien Nino Vaccarella. Obtenue par allongement de la course, l'augmentation de la cylindrée permet de faire passer la puissance à 315 ch. Avec les victoires à Vallelunga, au Mugello et à Imola, le meilleur résultat enregistré par la 33/2 est la troisième place enlevée aux 24 Heures du Mans, un (relatif) succès assorti d'un triplé en classe deux litres avec Giunti-Galli, Dini-Facetti et Casoni-Biscaldi.

Dès 1969, la 33/2 va céder la place à la 33/3, une voiture entièrement nouvelle. Dotée d'un nouveau châssis, la voiture recevra un V8 de trois litres plus sophistiqué (quatre soupapes par cylindre) et beaucoup plus puissant (400 ch).

Au total, la 33/2 a été construite à trente exemplaires, auxquels on ajoutera les 18 versions routières " Stradale " (moteur de 230 ch et empattement de 2,35 mètres), ainsi que les quelques show cars réalisés jusqu'en 1971 par Bertone, Pininfarina et Giugiaro.
Alfa Romeo Stradale
Alfa Romeo Stradale G. Bonnafous
Alfa Romeo 33/3 Le Mans
Alfa Romeo 33/3 Le Mans G. Bonnafous
article précédent  Tour Auto : mode d'emploi

Page précédente
Tour Auto : mode d'emploi

article suivant DELAHAYE 148 Antem

Page suivante
DELAHAYE 148 Antem

Partagez

réagir

Commentaires