Tour Auto 2002

S'il demeure un exceptionnel musée automobile roulant, le Tour Auto devient chaque année une course de plus en plus pointue.

sommaire :

MASERATI A6 G54 Zagato

Gilles Bonnafous le 16/04/2002

Partagez

réagir

Toutes les voitures rouges du Tour Auto 2002 n'avaient pas vu le jour à Maranello. Au milieu de la marée Ferrari, on pouvait distinguer quatre superbes Maserati A6 : trois GCS - deux engagées en catégorie compétition, la troisième en régularité -, et un rare coupé A6 G54 2000 Sport Zagato.

Originaire de la région de Milan, Marco Brustio est un homme de goût. Car si l'on juge un homme à ses fréquentations ou à son look, on le juge aussi à ses voitures. Bien que restreinte à trois véhicules, la collection de Marco Brustio ne comporte que des modèles des plus raffinés : deux Lancia, une Aurelia B 20 troisième série et une Flaminia coupé Pininfarina 2,8 litres, ainsi qu'un coupé Maserati A6 G54 Zagato - la plus sportive du lot.

Passionné de voitures italiennes des années cinquante et soixante, Marco Brustio a fait l'acquisition de sa Maserati il y a quatre ans. Sur un coup de foudre. S'il est " tombé dessus par hasard ", comme il dit, il est aussi tombé en admiration devant cette machine rare et originale.
MASERATI
G.Bonnafous
MASERATI
G.Bonnafous
Présentée au salon de Paris de 1954 et construite jusqu'en 1957, la Maserati A6 G54 n'a été réalisée qu'à soixante exemplaires, dont vingt coupés Zagato - l'exemplaire de Marco Brustio date de 1955. De plus, elle correspond à une période charnière de l'histoire Maserati. L'A6 G54 est en effet le dernier modèle au trident avant que la firme ne passe à la production en série (relative) avec la 3500 GT, dont le succès sera grand, notamment aux Etats-Unis.
MASERATI
G. Bonnafous

Outre Zagato avec son superbe coupé - et non obstant son prototype de spider apparu en 1954 qui ne sera pas produit -, l'A6 G54 a été carrossée par Allemano (coupé en deux versions) et Frua (coupé et spider).

L'A6 G54 est motorisée par un six cylindres en ligne de deux litres à double arbre à cames en tête. Doté du double allumage - les premiers exemplaires du modèle ne comportaient qu'une bougie par cylindre - et gavé par trois carburateurs Weber double corps, il développe 150 ch à 6000 tr/mn.

Pour autant, la voiture de Marco Brustio ne se révèle pas très rapide, la boîte de vitesses étant équipée de rapports courts destinés aux courses de côte. C'est la raison pour laquelle il l'a engagée en catégorie Sport au Tour Auto, qu'il court par ailleurs pour la première fois. Jouissant d'une excellente tenue de route, l'A6 G54 Zagato s'avère très agréable à conduire, nous confesse Marco Brustio. C'est une voiture légère grâce à la carrosserie en aluminium commune à (presque) toutes les réalisations Zagato.
MASERATI
G.Bonnafous
MASERATI
G.Bonnafous
L'historique de la voiture de Marco Brustio - numéro de châssis 21112 - comporte d'importantes lacunes : on sait qu'elle fut exposée au salon de Bruxelles, après quoi elle aurait été vendue à Paul Frère. Il semble toutefois plus vraisemblable qu'elle ait été prêtée au pilote belge pour réaliser des essais. La Maserati prend ensuite le chemin des Etats-Unis, où elle demeurera jusqu'à la fin des années 80. Mais sur cette période américaine, on ne sait rien. La voiture rentre alors en Italie, où elle sera notamment la propriété du comte Zanon, président de l'ASI (Automobil Club Storico Italiano), avant d'être acquise par Marco Brustio.
MASERATI
G. Bonnafous
MASERATI
G. Bonnafous
article précédent FRAZER NASH Le Mans 1951

Page précédente
FRAZER NASH Le Mans 1951

article suivant MG A Twin Cam

Page suivante
MG A Twin Cam

Partagez

réagir