Le Mans Classic 2008

Avec sa quatrième édition, qui s’est déroulée les 11, 12 et 13 juillet 2008, Le Mans Classic a confirmé qu’il était bien devenu l’un des événements majeurs de l’automobile de collection au niveau mondial.

sommaire :

ASTON MARTIN DBR1

Gilles Bonnafous le 22/07/2008

Partagez

réagir

ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
Stars du plateau 3, les deux Aston Martin DBR1, première et deuxième des 24 Heures du Mans de 1959, comptaient parmi les principales vedettes de la quatrième édition du Mans Classic. Les 80 000 spectateurs ont pu admirer tout à loisir le chef-d’œuvre esthétique que représente la DBR1, la fluidité de ses formes et la sensualité de ses courbes dues au talent de Frank Feeley, qui en font l’une des plus belles voitures de Sport jamais construite.

La voiture victorieuse au Mans en 1959, pilotée par Carroll Shelby et Roy Salvadori, apparaît comme la plus précieuse Aston Martin de l’histoire de la marque et l’une des plus célèbres Sports-Prototypes des années cinquante. Construite en 1957, elle est la deuxième des quatre châssis usine construits (DBR1/2), le cinquième ayant été vendu à un pilote privé, Graham Whitehead.
ASTON MARTIN
Loïc Bailliard
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
Son palmarès est des plus élogieux. Outre son triomphe dans la Sarthe, elle s’adjugea plusieurs victoires dans les épreuves de premier plan de l’époque : Spa en 1957 avec Tony Brooks devant l’autre DBR1 engagée de Roy Salvadori, 1000 Kilomètres du Nürburgring 1957 (Tony Brooks), Goodwood Tourist Trophy en 1958 et en 1959. Ce dernier succès lors de l’ultime épreuve du calendrier offrit le titre de champion du monde des constructeurs à Aston Martin, le seul de son histoire. La voiture était pilotée par Stirling Moss, Carroll Shelby et Jack Fairman. Confiée ensuite à un pilote privé, elle remporta le Grand Prix de Rouen en 1960.

On retrouve la DBR1 en France en 1982, quand Jacky Setton en fait l’acquisition. Elle sera exposée un temps dans son musée alors installé dans sa propriété des Yvelines. Dix ans plus tard, il la revendra à un Britannique, Peter Hardman, son actuel propriétaire. Ce dernier confiera la restauration de la voiture au spécialiste Tim Samways. Pour des raisons de sécurité propres à une voiture destinée à courir, Samways procédera à une véritable reconstruction, fabriquant un certain nombre d’éléments en l’absence de pièces détachées.

Pilotée au Mans Classic 2008 par Peter Hardman et deux Chypriotes, Harry et Nick Leventis, cette icône de Newport Pagnell se qualifia en pole position après les essais. En course, elle prit la deuxième place de la première manche, à quelques secondes de la Jaguar Type D n°55. Et termina aux quatrième et cinquième positions respectivement des deuxième et troisième manches. Au total, elle se classa quatrième à moins de deux minutes de la Jaguar victorieuse.
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Loïc Bailliard

Adrian Beecroft
Adrian Beecroft Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
La deuxième DBR1 du Mans Classic (dossard 44) est la quatrième voiture d’usine (DBR1/4). Elle commença sa carrière en 1958 en tant que DBR3, c’est-à-dire un châssis de DBR1 motorisé par le six cylindres de 3,7 litres de la DB4 ramené par réduction de la course à trois litres. Elle sera transformée en DBR1 pendant l’hiver, après n’avoir participé qu’à une seule course, à Silverstone, pilotée par Stirling Moss, qui ne l’apprécia pas du tout.

Les 24 Heures du Mans 1959 constituaient sa première course en tant que DBR1. Elle y prit la deuxième place avec Maurice Trintignant et Paul Frère aux commandes, ne terminant qu’à dix kilomètres de sa sœur victorieuse. Par contre, la troisième, une Ferrari 250 GT, était reléguée à 25 tours. Elle participa encore à plusieurs courses dans le courant de l’année, mais ne connut jamais la victoire.
ASTON MARTIN
Loïc Bailliard
ASTON MARTIN
Loïc Bailliard
En 1960, la voiture fut vendue à une écurie privée, l’Essex Racing Stable, qui l’aligna en 1961 au Mans avec Roy Salvadori et Tony Maggs. Elle abandonna à la 19e heure alors qu’elle occupait la quatrième place. Elle passa ensuite une dizaine d’années dans le musée Aston Martin, avant d’être vendue après la faillite de la marque. Au début des années 90, elle appartenait à un grand collectionneur d’Aston Martin, Simon Draper, qui l’alignait alors dans les principales épreuves de VHC.

Son propriétaire actuel, Adrian Beecroft, l’a acquise il y a trois ans. Depuis, il prend part à son volant au Goodwood Revival et aux Aston Martin Owners’ Club Series. C’est la première fois qu’il participait au Mans Classic, mais il avait déjà piloté la voiture sur le circuit de la Sarthe à l’occasion de la Le Mans Legend Race l’an dernier. Il ne tarit pas d’éloges sur sa machine « formidable à piloter, très précise et facile à contrôler ».
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Didier Bailleux
article précédent ABARTH Simca 1300

Page précédente
ABARTH Simca 1300

article suivant BMW 328

Page suivante
BMW 328

Partagez

réagir

Commentaires