Le Mans Classic 2004

Le Mans Classic 2004 a franchi un pas décisif par rapport à la première édition de 2002.

sommaire :

FERRARI 250 LM

Gilles Bonnafous le 23/07/2004

Partagez

réagir

La Ferrari 250 LM châssis n°5895 a été acquise, à sortie d’usine en 1965, par Maranello Concessionnaires, l’écurie anglaise du colonel Hoare. Equipée d’un V12 de 3,3 litres, elle appartient aujourd’hui à Giuseppe Lucchini, Italien de Brescia, qui se trouve être le président du comité organisateur des Mille Milles. Elle a couru les 24 Heures du Mans de 1965 (dossard n°23), pilotée par l’équipage Lucien Bianchi-Mike Salmon. Elle abandonna à 22 h 30 alors qu’elle occupait la sixième place (boîte de vitesses explosée).

Conçue pendant l’année 1963, la 250 LM est étroitement dérivée du prototype 250 P, dont elle apparaît comme la version de production. Avec un pavillon terminé par une lunette arrière verticale, le spider 250 P est devenu une berlinette. Si elle a pour vocation de succéder à la GTO en catégorie Grand Tourisme, la 250 LM représente toutefois une rupture dans la filiation, car son architecture est celle du moteur central arrière.
FERRARI
Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com
Hélas, la CSI (Commission Sportive Internationale) de la FIA refusera l’homologation de la 250 LM en catégorie GT. On lui reproche d’être un prototype déguisé… Mais pas plus que la Cobra Daytona ! Elle aura donc à se battre contre les prototypes, ce qui nuira considérablement à son palmarès. Mais ne l’empêchera pas de prendre régulièrement l’avantage sur la Cobra !

Le premier exemplaire de la 250 LM est présenté au salon de Paris de 1963. Il est motorisé par un moteur de trois litres. Mais dès les essais du Mans au mois d’avril 1964, la 250 LM inaugure le V12 porté à 3,3 litres. Il sera monté sur les trente-deux 250 LM suivantes, construites en 1964 et 1965. Pour autant, l’appellation 250 LM demeurera — la voiture aurait dû être rebaptisée 275 LM eu égard à sa cylindrée unitaire de 275 cm3, exactement 273,83 cm3.
FERRARI
Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com

Les 12 Heures de Reims 1964 sont le théâtre de la première victoire de la 250 LM. Graham Hill et Joachim Bonnier l’emportent sur la voiture de Maranello Concessionnaires. Mais le triomphe de la 250 LM interviendra aux 24 Heures du Mans 1965. Outre la 5895, quatre autres voitures sont engagées par des écuries privées, une américaine, celle du NART pilotée par Masten Gregory et Jochen Rindt, une suisse avec l’équipage Boller-Spoerry (elle terminera sixième) et deux belges : la jaune de l’écurie Francorchamps avec le Français Pierre Dumay et le Belge Gustave Gosselin aux commandes et celle de Langlois-« Eldé » (ils casseront leur embrayage à trois heures du matin). Profitant de l’hécatombe qui frappe les Cobra Daytona, les Ford GT 40 et les Ferrari P2, Gregory et Rindt l’emportent, suivis de Dumay et Gosselin qui assurent un superbe doublé.
FERRARI
Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com
Après la ronde mancelle, 5895 participe à de nombreuses courses de championnat du monde en Europe, dont les 1000 Kilomètres à Montlhéry. Elle passe ensuite entre les mains de pilotes privés et court en France et en Angleterre. Elle sera victime de plusieurs accidents et son moteur sera changé (plus récent de deux numéros : 5897). Giuseppe Lucchini en a fait l’acquisition en 1980 auprès d’un Français, Bernard Comte. La voiture portait alors une longue proue aérodynamique. Son état était correct, bien qu’elle fût assez fatiguée par les nombreuses courses, y compris de VHC, auxquelles elle avait participé au cours de sa carrière.

Ce n’est qu’en 2001 que Giuseppe Lucchini a fait restaurer la 250 LM. Un travail magnifique réalisé en Italie par des spécialistes connus : Cognolato et Michelotto (pour la mécanique). La voiture a été remise dans sa configuration d’origine du Mans 1965. Pour sa première sortie dans une manifestation publique depuis sa restauration, cette magnifique Ferrari a retrouvé, grâce au Mans Classic 2004, la piste de ses exploits d’il y a presque quarante ans.
FERRARI
Motorlegend.com
FERRARI
Motorlegend.com
article précédent BMW 328

Page précédente
BMW 328

article suivant FERRARI 512 M

Page suivante
FERRARI 512 M

Partagez

réagir

Commentaires