Le Mans Classic 2004

Le Mans Classic 2004 a franchi un pas décisif par rapport à la première édition de 2002.

sommaire :

BMW 328

Gilles Bonnafous le 23/07/2004

Partagez

réagir

La BMW 328 est l’une des plus séduisantes et plus performantes voitures de sport des années trente. Outre son superbe design, elle doit sa réputation à sa remarquable mécanique. Moderne et puissant, son six cylindres en ligne à soupapes en tête de deux litres développe 80 ch dans sa configuration de série (avec trois carburateurs Solex). Il offre à la voiture une vitesse de 150 km/h.
BMW
Motorlegend.com
BMW
Motorlegend.com
Baptisée le 14 juin 1936 sur le circuit du Nürburgring, la 328 sera commercialisée un an plus tard. Elle sera produite de juin 1937 à 1939 à 461 exemplaires, dont moins de la moitié subsistent aujourd’hui. Mais son moteur connaîtra un brillant avenir en Grande-Bretagne après la guerre. Saisi au titre de prise de guerre, il sera construit par la division automobile de l’avionneur Bristol Aeroplane Company. Outre les Bristol, il sera monté au cours des années cinquante sur les AC, Frazer-Nash et, dans une définition plus pointue, sur des machines de compétition comme les Tojeiro, Lister et Cooper-Bristol de F2.

Mais revenons à l’Allemagne des années trente, où plusieurs versions compétition de la 328 sont développées. Elles remportent alors de nombreux succès à Spa-Francorchamps, au Nürburgring, à l’Avus, aux Mille Milles et au Mans. Trois voitures sont engagées aux 24 Heures de 1939. Elles y réalisent l’exploit de terminer toutes les trois l’épreuve, prouvant la remarquable fiabilité de leur mécanique. Elles prennent les cinquième, septième et neuvième places au classement général avec une victoire dans la classe deux litres.
BMW
Motorlegend.com
BMW
Motorlegend.com

Mais c’est essentiellement dans les Mille Milles que la BMW 328 se couvre de gloire, remportant la mythique course italienne par deux fois en 1938 et 1940. Les voitures de Munich dominent totalement la course en 1940, terminant aux première, troisième, cinquième et sixième places. Au volant d’un coupé aérodynamique ultra léger, réalisé en aluminium par Touring à Milan, Fritz Huschke von Hanstein et Walter Bäumer l’emportent à la moyenne record de 166,7 km/h — la vitesse maximum atteinte par la voiture étant de 224 km/h, un chiffre remarquable pour l’époque. De telles performances ne sont possibles que grâce à l’excellent rapport poids-puissance de cinq kilos par cheval.
BMW
Motorlegend.com
BMW
Motorlegend.com
Portant le numéro de châssis 85021, la 328 de Thomas Feierabend est sortie d’usine en 1937. La voiture présente la particularité d’être équipée d’un compresseur, une option proposée avant la guerre par la firme VD (pour Viktor Derbuel), installée à Gera dans l’Est de l’Allemagne. Cette dernière montait ses produits sur de nombreux modèles allemands et étrangers : Adler Trumpf, Audi Front, tous modèles BMW, Steyr, Stoewer, Fiat, Citroën, etc. Outre une forte amélioration du couple, le compresseur apporte un important surcroît de puissance. Ainsi gréé, le deux litres BMW développe plus de 130 ch et permet à la voiture d’atteindre les 190 km/h dans les Hunaudières.

C'est dans une casse que le père de Thomas Feierabend a trouvé sa 328 au milieu des années soixante ! La voiture était complètement détruite. Il a fallu vingt ans pour la restaurer… Elle court depuis une douzaine d’années et participe aux grands rassemblements internationaux comme Laguna Seca, le Nürburgring et Monaco. Avec Le Mans Classic, la miraculée a retrouvé le terrain des exploits de ses camarades de 1939. Et en remportant le plateau 1 avec deux victoires sur trois manches, elle s’est montrée digne d’elles.
BMW
Motorlegend.com
BMW
Motorlegend.com
article précédent ALPINE A210

Page précédente
ALPINE A210

article suivant FERRARI 250 LM

Page suivante
FERRARI 250 LM

Partagez

réagir

Commentaires