Le Mans Classic 2002

ALFA ROMEO 8C 2900 A

Gilles Bonnafous le 21/09/2002

Partagez

réagir

Antonio Brivio et Carlo Ongaro sur la 8 C devant l'usine du Portello.
Antonio Brivio et Carlo Ongaro sur la 8 C devant l'usine du Portello. D.R
ALFA ROMEO
Motorlegend.com
La 8 C 2900 A est l'une des trois machines construites en 1936 par Alfa Romeo pour les courses d'endurance de la catégorie Sport - elle courra également les Grand Prix sans ses garde-boue. Son titre de gloire est sa victoire aux Mille Milles de 1936, pilotée par le comte Antonio Brivio et son mécanicien Carlo Ongaro. Cette année-là, Alfa Romeo truste les quatre premières places de la célèbre épreuve, les trois 8 C monopolisant le podium devant la machine de Biondetti. La voiture réalise une belle saison 1936 au sein de la Scuderia Ferrari, courant également en Amérique du Sud, où elle se classe deuxième à Sao Paolo.

Le moteur de la 8 C est emprunté à la Type B (P3) de Grand Prix, à ceci près qu'il a été dégonflé pour une meilleure fiabilité. Il s'agit d'un huit cylindres en ligne bibloc de 2905 cm3 à deux arbres à cames en tête. Gavé par deux compresseurs, il développe 220 ch - contre 255 ch pour la P3. Puissant et robuste, il entraîne la 8 C à 225 km/h. La boîte de vitesses est placée à l'arrière et fait bloc avec le différentiel.

Très performante, la 8 C 2900 A est aussi une voiture moderne, dotée d'une suspension à quatre roues indépendantes - une première chez Alfa Romeo -, qui lui assure une excellente tenue de route. À l'arrière, prennent place des bras obliques et un ressort à lame transversal.

Les trois 8 C 2900 A de 1936 ont survécu, les deux autres se trouvent aujourd'hui aux Pays-Bas et en Amérique. La voiture du Mans Classic est la propriété de la famille Grist, une famille britannique qui ne roule qu'en Alfa Romeo anciennes ! Pour être précis, le père possède une T 33, le fils la 8 C 2900 A et la fille une 1750…
ALFA ROMEO
Motorlegend.com
ALFA ROMEO
Motorlegend.com
L'historique de la voiture est bien connu. Après un séjour en Suisse, elle est venue en France, où elle a été achetée il y a douze ans (elle séjournait dans un garage et ne roulait pas) par Paul Grist, qui l'a échangée contre une Bugatti. Pour pouvoir courir, ce dernier l'a reconstruite entièrement lui-même. Il faut dire que la compétence ne lui manque pas, étant restaurateur de voitures anciennes de métier. Aujourd'hui retraité, il a vendu l'entreprise baptisée " Traction Seabert " qu'il possédait. Depuis, Paul Grist fait courir la 8 C régulièrement dans les courses historiques.

Au Mans Classic, les Grist père et fils se sont partagé le volant, le fils se révélant le plus rapide… Écoutons ce dernier : " La 8 C est parfaite pour le circuit de la Sarthe. Puissante, légère, elle est dotée de freins efficaces qui la rendent sûre. Nous pourrions aller plus vite, mais nous souhaitons épargner la mécanique, car ce circuit est dur et exigeant pour une voiture ancienne. C'est une voiture noble, qu'il faut piloter noblement ".
article précédent ALFA ROMEO 33/2 Daytona

Page précédente
ALFA ROMEO 33/2 Daytona

article suivant ASTON MARTIN DBR 1

Page suivante
ASTON MARTIN DBR 1

Partagez

réagir

Commentaires