Acheter une BMW M5 (E28) (1984 - 1988)

Stéphane Schlesinger le 08/03/2022

Recélant sous sa robe démodée un des plus magiques 6-en-ligne jamais créés, la M5 E28 a initié une lignée qui fait toujours rêver. Un collector historique.

Partagez

réagir

Un diamant dans une boîte à chaussures

BMW M5 (E28) (1984 - 1988)

Quand elle est apparue en 1972, nul n'aurait pu imaginer à quel point la BMW Série 5 allait devenir puissante. Pas même ses concepteurs ! Agréablement dessinée par Paul Bracq, qui a certainement été inspiré par le concept Bertone Garmisch de Gandini, la berline BMW a tout de même reçu en 1979 un fabuleux 6-cylindres 3,5 l proche du M88 de la supercar M1, mais avec 12 soupapes au lieu de 24. Résultat pour ce bloc codé M90, une cavalerie ramenée de 277 ch à 218 ch… Tout de même ! Dénommée M535i, cette version bénéficiait de trains roulants affûtés par BMW Motorsport. En 1981, la Série 5 subit une profonde remise à niveau, ce qui lui vaut de changer de code (E28 et non plus E12). Son Cx chute de 0,44 à 0,38, sa caisse est renforcée et son habitacle est entièrement redessiné, tout comme ses faces avant et arrière. Une déclinaison M535i revient en 1984, mais avec le bloc 3,4 l M30B34 de 218 ch… Ce n'est là qu'un avant-goût de celle dont la production débute quelques semaines plus tard, en octobre, avant d'être lancée au salon de Genève 1985 : la M5 première du nom. Sous son capot, le bloc de la M1 est de retour. Et cette fois, avec les 24 soupapes ! Nanti d'une injection revue qui lui vaut un code légèrement différent (M88/3), il produit quelque 286 ch. Utilisé depuis 1983 dans la M635 CSi, ce bloc fantastique s'accompagne dans la M5 d'une boîte Getrag et d'un pont autobloquant. Efficace, confortable, spacieuse et capable de 245 km/h en pointe, c'est la berline de série la plus rapide du monde, ce que ne trahit pas son apparence presque identique à celle de la M535i. À 388 000 F (107 100 € actuels selon l'Insee), elle coûte une petite fortune mais se pare en série – du moins en France –, de l'ABS, de la climatisation et d'une sellerie cuir. La suspension, bien sûr affermie, se complète de freins renforcés (étriers avant à quatre pistons), tandis que pour une meilleure précision de conduite les jantes BBS de 16 pouces se chaussent des très onéreux pneus millimétriques Michelin TRX (sur d'autres marchés, des Pirelli P700 sont retenus). En 1986, le tarage des ressorts change (ils sont durcis à l'arrière), à l'instar de celui des barres antiroulis. En août 1987, la M5 quitte la production qui avait lieu presque artisanalement chez BMW Motorsport, des autos étant encore montées en CKD (c'est-à-dire à partir de pièces fabriquées en Allemagne) en Afrique du Sud un an plus tard. Au total, 2 241 unités sont sorties… dont 588 pour l'Europe continentale ! Une auto donc extrêmement rare, surtout en configuration française, bardée d'options.

Précautions d'achat

Très bien fabriquée, la M5 ne souffre pas de tare particulière, mais demande un usage et un entretien des plus respectueux. Par ailleurs, comme les autres Série 5, elle se montre assez sensible à la corrosion.

La cote

Depuis une dizaine d'années, la cote de la M5 E28 s'est littéralement envolée. Alors qu'elle se dégotait encore à 10 000 € en 2014, elle nécessite actuellement un minimum de 80 000 €, en très bel état, dans sa configuration française d'origine (le pack M-Technik était commandé d'office par l'importateur) et à kilométrage relativement modéré (moins de 150 000 km). La cote est stable.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat BMW

BMW M5 F10
BMW M5 F10
BMW M5 E60 V10 507 CH
BMW M5 E60 V10 507 CH
BMW M5 E39 5.0i 400 Ch
BMW M5 E39 5.0i 400 Ch
Tous les guides d'achat BMW

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de marccsi
marccsi a dit le 30-03-2022 à 17:25
Votre titre est erroné !! 218 ch est la puissance des M535i La puissance des M5 (E28) est de 286 ch