Saga Honda

Fondé en 1948, Honda n’a cessé de cultiver sa tradition d’innovation technologique sur tous les types de moteurs et de véhicules.

sommaire :

Histoire : Historique Honda

Gilles Bonnafous le 03/05/2004

Partagez

réagir

Honda trouve son origine dans les années trente quand Soichiro Honda produit dans l’entreprise qu’il a créée, Tokai Seiki Heavy Industry, des segments de piston. Après avoir vendu cette dernière à Toyota en 1945, il s’associe à Takeo Fujisawa, un homme d’affaires, pour donner naissance en 1948 à la Honda Motor Company Ltd. Cette dernière construit des bicyclettes à moteur auxiliaire et autres petits deux roues utilitaires, dont le Japon ruiné de l’après-guerre a grand besoin.
Soichiro Honda se fait d’abord un nom avec les motocyclettes, en particulier grâce à la compétition. La première moto techniquement évoluée apparaît au début des années cinquante avec la Dream type E, une 150 cm3 quatre temps à trois soupapes. Le premier titre mondial est obtenu en 1961 — en 125 cm3 avec l’Australien Tom Phillis. Cinq ans plus tard, la marque remporte les cinq titres moto : 50 cm3, 125 cm3, 250 cm3, 350 cm3 et 500 cm3. C’est la première fois qu’un constructeur truste l’ensemble des trophées. Aujourd’hui, Honda a produit plus de cent millions de deux roues, dont la 50 cm3 Cub C100 lancée en 1958 et qui sera construite à plus de 26 millions d’exemplaires. Sans parler de la légendaire CB 750 quatre cylindres présentée en 1969.

Après quinze ans d’expérience motocycliste, Honda aborde l’automobile en 1963. Les premiers véhicules à quatre roues sont, outre le micro utilitaire T 360, les petites S 360 et S 500. Ces voitures de sport miniatures sont motorisées par un quatre cylindres double arbre en aluminium équipé d’un vilebrequin à roulement à billes et de quatre carburateurs, comme sur les motos de course…
Honda S 360
Honda S 360 D.R
Soichiro Honda
Soichiro Honda D.R

Avec la N 360 à refroidissement par air naît en 1967 la première Honda construite en série. Dotée d’un bicylindre en aluminium monté transversalement, elle est aussi la première traction de la marque. Dix années seront nécessaires à Honda pour se faire une place dans le concert mondial de la construction automobile, la production passant de 136 voitures en 1963 à 232 000 en 1969.

Convaincu de la supériorité du refroidissement à air (héritage de la moto), Soichiro Honda souhaite mettre en œuvre cette technique sur des véhicules supérieurs en gamme aux petites N 360 et N 600. En 1969, il conçoit une 1300 traction avant motorisée par un quatre cylindres à carter sec de 100 ch placé transversalement. Outre qu’elle est équipée de freins à disque, la voiture reçoit le système DDAC (Dual Dyna Air Cooling), qui réduit le bruit inhérent au refroidissement à air. Pourtant, en 1972, ce dernier est remplacé par refroidissement liquide et Socheiro Honda a la franchise d’admettre devant ses ingénieurs qu’il s’est trompé. La 1300 a été un modèle ruineux pour Honda.
Honda N 360 1965
Honda N 360 1965 D.R
Honda 1300 Coupé
Honda 1300 Coupé D.R
Quant à la Z 360, elle est la base d’une gamme de petites voitures qui aboutit au lancement de la Civic en 1972. Cette traction à carrosserie bicorps équipée d’un moteur de 1,2 litre monté transversalement va apporter la rentabilité à la division automobile de Honda. Cheval de bataille de la marque, elle va permettre à Honda de s’établir aux Etats-Unis, qui deviendront le premier marché de la firme.

En 1972, Honda présente le système CVCC (Compound Vortex Controlled Combustion) mis au point pour satisfaire les sévères normes américaines antipollution incluses dans le Clean Air Act. Orientée sur l’efficacité et la propreté de la combustion, cette technique permet de brûler les polluants à l’intérieur du moteur plutôt que dans un pot catalytique. Honda ne sera pas récompensé de ses efforts et les pots catalytiques prendront le dessus pour des raisons plus politiques que techniques.

Soichiro Honda prend sa retraite en 1973 en même temps que son complice Takeo Fujisawa. Kiyochi Kawashima, qui a commencé sa carrière à la base en assemblant des moteurs à l’usine, lui succède au poste de président. A partir de sa nomination, la croissance de Honda sera spectaculaire, la firme développant également des produits d’équipement (moteurs hors-bord, pompes, tondeuses, groupes électrogènes etc.).

L’un des éléments clé de ce développement est l’American Honda Motor Company Inc, première filiale implantée à l’étranger dès 1959 (pour les motos). La production de voitures commence à Marysville en 1982 avec l’Accord, faisant de Honda le premier constructeur japonais installé sur le territoire américain. L’Accord deviendra la voiture la plus vendue aux Etats-Unis, où les ventes Honda dépasseront celles réalisées au Japon.
Première filiale Americaine Honda - Pico Blvd. Los Angeles
Première filiale Americaine Honda - Pico Blvd. Los Angeles D.R
Au cours de la seconde moitié des années 70, le chiffre d’affaires automobile dépasse pour la première fois celui des motos. En 1979, la production atteint les 700 000 voitures et la Civic est exportée pour les trois-quarts.

Afin de construire une tête de pont en Europe et disposer d’un accès au marché de l’Union Economique Européenne, Honda consent de lourds investissements en Grande-Bretagne à travers l’accord signé avec British Leyland. Construite sous licence à partir de décembre 1979, la Ballade est suivie d’une prise de participation croisée entre les deux sociétés. En 1987, un accord de fabrication pour une gamme moyenne donne naissance aux Rover Concerto/200/400. Rover produit les voitures à Longbridge et Honda les moteurs dans son usine de Swindon. L’Accord sera construite à Swindon à partir de 1992 et la Rover 600 (version Rover de l’Accord) à Cowley. L’histoire prendra fin en 1994 avec le rachat de Rover par BMW.
Honda Civic
Honda Civic D.R
Honda Accord 1976
Honda Accord 1976 D.R

Fidèle à ses débuts, Honda ne cesse de cultiver sa tradition d’innovation technologique, exprimée au plus haut niveau par les moteurs de Formule 1. Présentée en 1978, la Prélude devient, pour le lancement de sa troisième génération en 1987, la première quatre roues directrices au monde produite en série. Sa technique mécanique sera remplacée en 1991 par un système électronique. La marque lance également le VTEC en 1988. Il s’agit d’un système de distribution variable et de contrôle électronique de la levée des soupapes en fonction du régime moteur. Il équipe notamment la fameuse NSX, première monocoque entièrement en aluminium construite en série. Voiture d’image high-tech, cette superbe GT a pour objectif de placer Honda aux côtés de Ferrari et Porsche. La NSX est également la première automobile dotée d’une direction assistée électrique.
Honda Prelude
Honda Prelude D.R
Honda NSX
Honda NSX D.R
Honda s’engage en 1994 dans le segment des monospaces avec l’Odyssey présentée au salon de Genève en 1995. Basée sur l’Accord et dotée d’un moteur de 2,2 litres, la voiture est commercialisée en Europe sous le vocable Shuttle.

Dans le but de développer et de fabriquer des voitures mieux adaptées à la clientèle, Honda met en œuvre une stratégie accordant une certaine autonomie aux filiales des grands marchés. Ainsi, un bureau de design avec trois studios est installé en Californie. C’est à Honda Californie que l’on doit notamment la Civic de 1988 et le coupé Accord de 1991. La CRX a également été imaginée aux Etats-Unis, où Honda ne vend pas moins d’un million de voitures par an…
Honda Shuttle
Honda Shuttle D.R
Honda Civic
Honda Civic D.R
article suivant  Honda en France

Page suivante
Honda en France

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de Guy Hometel
Guy Hometel a dit le 24-03-2013 à 18:23
Merci pour ce résumé intéressant de l'histoire Honda, même s'il manque l'évocation de quelques modèles: la gamme Accord avec une version 4 roues motrices, la petite camionnette du même genre que celle de Suzuki, les versions Shuttle sur base Civic, puis le monospace Shuttle 2,2 puis 2,3 produit jusqu'en 2001 uniquement en version boîte automatique 4 rapports et 2 versions de finition. Enfin le petit suv HRV, le grand suv CRV, le Stream qui a succédé au Shuttle et le FRV 6 places dont 3 à l'avant qui fut abandonné en 2010. Peut être que certains modèles n'étaient pas importés en France mais étaient disponibles sur le marché suisse.