Les berlines Grand Tourisme

Les berlines de grand luxe à très hautes performances représentent une sorte de jardin d’Eden, où ces prestigieuses quatre portes offrent des puissances identiques à celles des coupés GT de haute volée.

sommaire :

ISO Rivolta S4/Fidia

Gilles Bonnafous le 20/12/2006

Partagez

réagir

L’Iso Rivolta S4 appartient à l’école des italo-américaines, ces GT et berlines de très haut de gamme motorisées par de surpuissants V8 d’outre-Atlantique et fabriquées en séries limitées par de petits constructeurs transalpins (Iso, De Tomaso).

Juste avant la Seconde Guerre mondiale, Renzo Rivolta monte une société spécialisée dans la fabrication de réfrigérateurs, Isothermos. L’industriel se diversifie dans les années quarante pour construire des scooters sous le nom d’Iso. En 1953, apparaît la célèbre Isetta, une micro-voiture équipée d’un moteur de moto et qui sera produite sous licence dans plusieurs pays jusqu’en 1964.
ISO
Motorlegend
Intérieur de l'Iso Fidia
Intérieur de l'Iso Fidia D.R.
Le début des années soixante voit Renzo Rivolta changer de braquet. En 1961, il se tourne vers les GT de haut de gamme qu’il motorise avec des V8 Chevrolet et dont il confie les carrosseries à Ghia et Bertone. La première est la Rivolta, un coupé quatre places auquel succédera plus tard la Lele. Suivra la magnifique Grifo dessinée par Giugiaro, l’une des plus belles voitures italiennes jamais construites.

La paternité de la S4 revient à Piero Rivolta, qui a pris les rênes de l’entreprise après le décès de son père. L’objectif du fils, qui a pour référence la Maserati Quattroporte, est de créer la berline la plus rapide du monde.

Présentée en septembre 1967, l’Iso Rivolta S4 est le fruit de la collaboration entre Ghia et Iso. Malgré son gabarit, ce vaisseau de cinq mètres de long (empattement de 2,85 mètres) apparaît élégant et racé, grâce au talent du maître Giorgietto Giugiaro, qui, alors chez Ghia, l’a dessiné. La voiture bénéficie d’un pavillon très lumineux grâce notamment à la finesse de ses montants.
ISO
Motorlegend

Par contre, l’habitacle, qui peut accueillir cinq personnes, paraît assez pauvre en finition (planche de bord triste) par rapport à ce qu’il est convenu d’attendre d’un véhicule de ce niveau de gamme et de prix — sensiblement égal à celui de la Mercedes 300 SEL 6,3. Les projecteurs sont d’origine Fiat.

La S4 reçoit le V8 Chevrolet de 5,4 litres monté sur la Corvette et dont les 300 ch permettent à la voiture d’atteindre les 220 km/h — une performance inférieure à celle de la Quattroporte… Le groupe est accouplé à une boîte manuelle à quatre rapports ou à une optionnelle transmission automatique GM Powerglide. Un différentiel autobloquant complète l’équipement.

La production démarre en février 1968 après que quelques modifications ont été apportées aux freins et à la suspension. Les caisses proviennent de Ghia et la voiture est montée chez Iso.
ISO
D.R.
ISO
D.R.
Mais après les 45 (ou 43 selon les sources) premiers exemplaires construits, la fabrication est interrompue. Car Piero Rivolta se plaint de la mauvaise qualité du travail réalisé par Ghia. Il décide donc de rapatrier la fabrication des caisses chez lui.

L’Iso est retravaillée pour en élever le niveau de qualité et l’habitacle est entièrement revu pour être digne des ambitions du modèle. Les sièges en cuir, la planche de bord ornée de boiseries et la console sont nouveaux.

Pour bien marquer la différence, la S4 est rebaptisée Fidia par référence à Phidias, l’un des plus grands architectes et sculpteurs de la Grèce antique et auteur du Parthénon. Du coup, la présentation à la presse est organisée en février 1969 à Athènes, au pied de l’Acropole.

La Fidia va rapidement troquer son V8 Chevrolet pour un Ford Cleveland de 5,7 litres donnant 325 ch. Elle gagne également une boîte ZF à cinq rapports — une transmission automatique Cruise-o-matic est proposée en option. La voiture sera ainsi construite jusqu’en 1974 à un peu moins de 200 exemplaires, dont l’un sera acquis par John Lennon…
ISO
D.R.
article précédent ASTON MARTIN Lagonda

Page précédente
ASTON MARTIN Lagonda

article suivant MONICA 560

Page suivante
MONICA 560

Partagez

réagir

Commentaires