Alfa Romeo GT, la tradition en héritage

Dévoilée en avant-première au Salon de Genève en mars 2003, l’Alfa Romeo GT est commercialisée depuis le début de l’année 2004. Elle reprend avec bonheur une longue tradition de Grand Tourisme typées initiée par la Giulietta Sprint, il y a cinquante ans.

sommaire :

ALFA ROMEO Giulietta SS et SZ

le 14/04/2004

Partagez

réagir


Après Bertone et Pinin Farina d’autres s’emparèrent à leur tour de ce modèle mythique et donnèrent naissance à de nouvelles carrosseries, notamment Zagato qui assura trois séries de sportives les SVZ et deux SZ. Mais ce fut Bertone, toujours sur un dessin de Franco Scaglione, qui proposa le premier une autre version de la Giulietta Sprint particulièrement aérodynamique, la Giulietta Sprint Speciale et souvent appelée Giulietta SS.

Giulietta SS
Giulietta SS Alfa Romeo
Giulietta SS
Giulietta SS Alfa Romeo
Encore plus aérodynamique

Avant que Zagato ne s’attaque à une version véritablement vouée à la compétition, Alfa Romeo avait demandé à Bertone d’imaginer une version mieux profilée de la Sprint pour répondre à une forte demande sportive. Franco Scaglione avait esquissé les courbes qui caractérisent son style autour de la plate-forme de la Sprint en les étirant et en les faisant coller au plus près des organes mécaniques. On y retrouvait quelques traits des prototypes BAT un peu assagis. En octobre 1957, au Salon de Turin, Alfa Romeo avait dévoilé sa nouvelle sportive, sur un châssis court de 2,25 m d’empattement, 13 cm de moins que la berline et le coupé, mais 5 cm de plus que le Spider Pinin Farina. C’est ce même châssis qu’utilisera justement Zagato pour la SZ. Le prototype de la SS de Bertone n’arborait pas encore l’emblématique calandre en écu et ne disposait pas non plus de pare-chocs. C’est en juin 1959 que la version définitive de la Giulietta SS est présentée à la presse sur l’aérotautodrome de Monza. La calandre traditionnelle est désormais présente, mais elle n’a pas encore de pare-chocs. Son moteur, plus puissant que celui des Sprint et Spider, délivre 100 ch à 6 500 tr/min. En mars 1960, après l’apparition de la SZ, la SS s’embourgeoisera et recevra systématiquement des pare-chocs. La Giulietta SS fut produite à 1 366 exemplaires avant de prendre le nom de Giulia et de recevoir un 4 cylindres de 1600 cm3. C’est sans doute l’une des Alfa Romeo de série les plus attachantes.
Giulia SS
Giulia SS Alfa Romeo

La plus sportive

Pour créer une version encore plus sportive de sa Giulietta, Alfa Romeo se tourne vers son voisin milanais, Zagato, un vieux complice auquel on doit quelques-unes des Alfa Romeo les plus sportives d’avant-guerre et d’après guerre. La Giulietta change de registre pour se plier aux réalités de la compétition. Aérodynamique et légèreté sont au programme. Avant de produire la Giulietta SZ en série pour le compte de la marque, Zagato avait réalisé une petite série de coupés allégés et baptisés SVZ ou Sprint Veloce Zagato dès septembre 1956. Elle n’a jamais été officiellement répertoriée au catalogue Alfa Romeo, c’est une sportive pure et dure, réservé aux pilotes privés que le coupé SS de Bertone, encore trop civilisé à leur goût, ne satisfait pas complètement. Les 18 exemplaires de SVZ ne sont pas tous identiques. On distingue une deuxième version, apparue en mars 1958, qui perd le fameux toit à double bulle typique de Zagato, mais est dotée d’un nez mieux profilé avec des phares carénés.
Giulietta SZ Zagato
Giulietta SZ Zagato Alfa Romeo
Giulietta SZ Zagato
Giulietta SZ Zagato Alfa Romeo
Une sportive en série

En décembre 1959, Zagato lance la Giulietta SZ, construite sur un l’empattement de 225 cm de la SS. Elle en reprend également le moteur, poussé, affiche 100 ch. Mieux profilée avec une carrosserie en aluminium – elle ne pèse que 750 kg - la SZ atteint les 215 km/h en pointe. Ce modèle au confort spartiate mais aux prestations nettement plus sportives que la Sprint et la SS sera construit à 170 unités en 1960 et 1961 avec des différences de l’une à l’autre concernant les équipements, les phares carénés ou non et la finition, tant intérieure qu’extérieure. À partir de septembre 1960, Zagato développe une version encore plus soignée du point de vue aérodynamique. Elle se différencie par un arrière allongée et tronquée, d’où son surnom de coda tronca (queue tronquée), en italien. Cette deuxième mouture de la SZ sera commercialisée en septembre 1961. Là encore, selon qu’ils sont destinés à la compétition proprement dite ou à un simple usage routier, les versions diffèrent et la finition s’adapte en fonction des besoins. La “ Coda tronca ” sera construite à 42 exemplaires jusqu’en janvier 1963 avant d’être remplacée par la Giulia TZ à châssis tubulaire dévoilée au Salon de Turin en 1962.
Giulietta SZ Coda Tronca
Giulietta SZ Coda Tronca Alfa Romeo
Giulietta SZ Coda Tronca
Giulietta SZ Coda Tronca Alfa Romeo
article précédent ALFA ROMEO Giulietta Sprint

Page précédente
ALFA ROMEO Giulietta Sprint

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de Yannoo
Yannoo a dit le 01-11-2013 à 15:38
Superbe voiture
avatar de dedenet
dedenet a dit le 04-03-2013 à 18:38
je suis intéressé par votre 1300 SS l'avez vous toujours?
avatar de elba1950
elba1950 a dit le 25-01-2013 à 18:03
Une -vraie- Giulietta SS 1300 se morfond dans le fond de mon garage en Alsace en attendant une restauration par un maître de l'art. Le moteur est démonté, complet mais probablement pas celui d'origine, mais... Par contre, la carrosserie bien que très fatiguée -quoique non rouillée- est complète et saine pour entreprendre une résurrection. Les trains roulants et freins sont également complets et présents. Point TRES important pour ce modèle: toutes les vitres et pare-brise sont intactes. Nr de chassis sur demande. Faire offre (sérieuse) à: [email protected]
avatar de Leo0700
Leo0700 a dit le 13-01-2013 à 23:35
La Guilietta SS est une pièce rare, surtout en bon état, Cette voiture est très rare mon carossier en ne dans son garage, il me dit bientot s'attaquer a sa restauration, la caisse est impeccable.Cette voiture me fait rever. Mais on ne peut pas tout avoir !
avatar de JG31
JG31 a dit le 05-01-2008 à 12:44
Possesseur d'une SS 1300 CC de 1962 en état concours, j'apprecie sa ligne voluptueuse, sa sonorité envoutante, sa puissance 100 ch, sa maniabilité de boite... en résumé un vrai régal des yeux, des oreilles, de la conduite. Une voiture que l'on m'envie et que j'ai plaisir à montrer car rare.